vendredi 3 février 2023

Triumph Italia 2000 - 1960











Triumph Motor Company est un constructeur automobile anglais aujourd'hui disparu. La compagnie commença à produire ses propres cycles dès 1889 et c'est seulement deux ans après l'acquisition du constructeur automobile Dawson en 1921 que furent présentés les premiers modèles de voitures Triumph. Les droits de la branche automobile appartiennent aujourd'hui au groupe allemand BMW ....





C’est l’italien Salvatore Ruffino, directeur général de CESAC l’entreprise qui importait la marque Triumph en Italie, qui fut à l’origine personnellement de la création du coupé Triumph Italia 2000. Désireux de produire sa propre version de la TR3A, il fit appel au designer Giovanni Michelotti afin de dessiner sa future Italia que produira finalement la Carrosserie Vignale. Une version définitive sera présentée à Turin en 1959 devant toute la presse immédiatement conquise ....





Le jeune designer Michelotti déjà plutôt aguerri par ses fructueuses collaboration chez Farina, Vignale et Allemano chez qui il a travaillé sur la Ferrari 166 Inter, ou les Maserati A6G/54 et aussi 3500GT désire monter son propre établissement et recherche de nouveaux clients. Il va donc sauter sur cette occasion pour proposer une Triumph à la sauce latine avec un design inédit. Son dessin sur le rustique châssis Triumph sera élégant tout en finesse afin d'offrir au coupé Triumph Italia 2000 une ligne sobre et racée ....





Sans doute afin de la distinguer de la production de la maison mère britannique, la belle Triump Italia 2000 va se parer de petits attributs personnels, comme par exemple un "Badge Vignale" positionné sur le bas des ailes avant, "Triumph Italia" sur le sommet des ailes arrière avec un ensemble de drapeaux nautiques croisés Vignale. Une grande inscription stylisée "Italia 2000" en chrome trône sur l'avant du capot moteur. "By G. Michelotti" est marqué sur le capot, des emblèmes "Vignale" sont sur la poignée de coffre, et enfin, au-dessus de la poignée de coffre, une barrette chromée rappelle que l’auto est une Triumph 2000 ....





Si la belle Triumph Italia 2000 a plusieurs atouts dans sa poche, l’image d’une voiture de loisirs anglaise avec une carrosserie italienne signée par un grand nom, les choses ont toutefois rapidement mal tourné. Hélas, le ciel va rapidement s’obscurcir pour Ruffino. Avec les coûts d’importation, le prix de l’Italia est presque multiplié par deux sur le marché américain. L’Eldorado sur lequel a misé l’italien n’est pas si accessible. Il va se concentrer essentiellement sur l’Europe. Les Italia y sont bien meilleur marché et s’écoulent correctement. Toutefois, Triumph ne tient pas ses promesses. La marque anglaise commence par omettre d’apporter les modifications aux châssis livrés à Vignale. et Salvator va finir par entamer des poursuites judiciaires à l’encontre de son principal fournisseur ....





Au début de l’année 1961, tandis que presque 250 Triumph Italia 2000 ont trouvé preneur, la groupe Triumph fusionne avec la Leyland Motor. Le nouveau directoire décide de développer rapidement la nouvelle TR4 pour relancer les ventes de la marque et la Leyland stoppe la distribution de l’Italia pour ne pas la mettre en concurrence avec sa toute nouvelle TR4. A la fin de l’année 1962, le projet Italia prend fin. Selon les sources, entre 297 et 329 autos seront sorties des chaînes de montage de Vignale ....





L'habitacle intérieur du superbe coupé Triumph Italia 2000 est conforme à ce que propose l'industrie automobile à cette époque, surtout avec une sellerie en cuir soignée et un tableau de bord richement doté. Rien de voyant, mais des matériaux de qualité, parfaitement assemblés. L’ensemble va à l’essentiel, dans un style maitrisé avec un volant Nardi à trois branches aluminium cerclé de bois et des moquettes confortables. Pas moins de six compteurs, deux gros et quatre petits ornent la planche de bord pour bien contrôler toutes les fonctions de la mécanique ....





Pour ce qui concerne la motorisation, le coupé Triumph Italia 2000 propose un moteur de 4 cylindres en ligne implanté longitudinalement à l’avant offrant 1.991 cm³ de cylindrée qui développe une puissance maximale de 100 chevaux à 5000 tr/min et un couple de 16,2 Nm à 3000 tr/min. La distribution était assurée par arbre à cames latéral et 8 soupapes en tête. L'alimentation se fait par 2 carburateurs SU HS6A. Ce moteur sera accouplée une boite de vitesses manuelle à 4 rapports plus un overdirve. La suspension AV se compose de roues indépendantes, doubles triangles inégaux superposés, et ressorts hélicoïdaux. La suspension AR est à essieu rigide, et ressort à lame semi-elliptique ....






Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 4 cylindres en ligne
  • Cylindrée : 1991 cm³
  • Puissance : 100 chevaux à 5000 tr/min
  • Ccouple : 16,2 Nm à 3000 tr/min
  • Poids : 950 Kg



Triumph Italia 2000 - 1960 ....



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Triumph
- © Vignale - © Gazoline - © Mecanicus - © StubsAuto





JPBlogAuto

vendredi 27 janvier 2023

Talbot Lago T26 GS Farina - 1951










Talbot était un ancien constructeur automobile français d'origine anglaise dont l'histoire est assez mouvementée. La branche française, devenue indépendante grâce à l'ingénieur entrepreneur Anthony Lago, fut vendue à Simca en 1958. Rachetée finalement par Peugeot, elle fut encore une fois revendue à Chrysler Europe vingts ans plus tard en 1978. En Grande-Bretagne, la marque vivra encore de façon étonnante jusqu'au milieu des années 1990. Cette vénérable marque appartient depuis au Groupe PSA ....







La seconde guerre mondiale a paralysé la grande majorité des entreprises françaises. La production de Talbot Lago s’est aussi arrêtée mais l’entreprise n’est pas totalement fermée. Malgré l’occupation, Antony Lago et son nouvel ingénieur en chef, Carlo Marchetti, avaient continuer à travailler sur un futur projet de coupé sportif luxueux. Les premiers essais des prototypes sont effectués au début de l’année 1942. Ces derniers s’avérant concluants, le projet avance correctement et, dès les premiers mois qui suivent la fin de la guerre, la firme est en mesure de sortir un véhicule nouveau, le très joli coupé Talbot Lago T 26 GS ....





Anthony Lago l’avait conçue pour être la voiture du gentleman-driver, un bolide que les amateurs de conduite sportive auraient la possibilité d’utiliser comme une voiture de course qu’ils pourraient engager dans les compétitions de haut niveau, le week-end, mais qui pouvait aussi servir de voiture "normale" au quotidien. La plupart des très luxueuses Talbot Lago T26 GS sont fabriquées entièrement par la firme elle-même, châssis et carrosserie. Cependant, certains châssis roulants sont livrés à des carrossiers de grand renom : Saoutchik, Letourneur et Marchand, Antem, Franay, Dubos, Guilloré, etc. ....





La Talbot Lago T26 GS présentée ici est l’un des derniers modèles Grand Sport fabriqué par Talbot Lago. C'est un modèle totalement originale unique et exclusif car le châssis roulant est confié au carrossier Stabilimenti Farina à la demande d’un client fortuné portugais. L’histoire dit que c’est Guiseppe Farina, lui-même, qui conduit la voiture à Paris pour qu’elle soit exposée sur le stand Talbot Lago au salon de l’Automobile de 1951. Après quelques essais dans les ateliers de Suresnes, le propriétaire récupère sa voiture et prend directement la route pour Lisbonne ....





Le nom de la voiture fait référence à la puissance fiscale du moteur '26 cv'. Entre la première présentation de la Talbot Lago T26 GS en 1946 et l’arrêt de sa production en 1955, seulement 36 modèles ont été fabriqués, aucun ne ressemblant à un autre à cause de la multitude de carrossiers et la demande de leur clients. Un succès bien modeste. Et pourtant Talbot Lago est le seul constructeur français important à sortir un véhicule complètement nouveau en cette période difficile d’après-guerre, alors que ses concurrents français les plus directs, Bugatti, Delage ou Delahaye, n’ont pu produire que leurs modèles d’avant-guerre plus ou moins remis au goût du jour ....





Le premier propriétaire de cette superbe Talbot Lago T26 GS Farina ne profitera pas longtemps de sa voiture car il aura un accident vers la fin de l’année 1951. Il vend alors son coupé à un compatriote qui, après réparations, va la conserver jusqu’en 1985. Elle changera de mains encore deux fois avant d’être acquise par un collectionneur qui la fera méticuleusement entièrement restaurer avant de la présenter au Pebble Beach Concours d’Elégance en 2010 où elle remportera le trophée « Best of Class ». L’année suivante elle sera encore présentée au Concorso d’Eleganza Villa d’Este ....





L'habitacle intérieur du superbe coupé Talbot Lago T26 GS Farina est l’un des meilleurs de l’industrie automobile française de l'époque, accueillant et confortable. Rien de voyant, mais des matériaux de qualité, parfaitement assemblés. Du solide. L’ensemble va à l’essentiel, dans un style maitrisé même si l'engin est typée plutôt sportif. La voiture est équipée de série d’un intérieur tout cuir de fort belle facture et d'un tableau de bord complet, harmonieux et bien pensé avec cinq petits compteurs et deux gros. De belles moquettes épaisses participent à l'insonorisation et au confort des occupants. L'espace n'est pas compté et on voyage avec aisance ....





Pour ce qui concerne la motorisation, véritable pièce d’orfèvrerie mécanique, le six cylindres conçu par Marchetti pour la Talbot T26 Grand Sport qui affiche une cylindrée de 4.482 cc est alimenté par trois carburateurs Zenith-Stromberg qui lui permettent de développer pas moins de 195 chevaux à 4500 t/mn. Ce qui en fait le moteur le puis puissant du moment, non seulement de la production française mais aussi au sein de la production mondiale car il n’y alors guère que les voitures de course qui peuvent atteindre une puissance supérieure. Ce moteur est accouplé à une boîte de vitesses présélective Wilson, qui figure alors avec celle à système électromagnétique Cotal parmi les meilleures de boîtes de vitesses de l’époque. Ces performances mécaniques lui permettent d’atteindre une vitesse maxi de l’ordre de 200 km/h ....






Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 6 cylindre en ligne
  • Cylindrée : 4.482 cm3
  • Puissance : 195 cv à 4500 t/mn
  • Transmission : boîte de vitesses présélective Wilson




Sources : © Wikipédia - © Google Images - © JPEchavidre
- © StubsAuto - © Carpage - © RetroPassion - © Peugeot-Talbot





JPBlogAuto

- page 1 de 276