Sujets divers et VIP

Fil des billets

vendredi 8 octobre 2021

Les nouveaux radars









Un radar de contrôle routier est un instrument servant à mesurer la vitesse des véhicules circulant sur la voie publique à l'aide d'ondes électromagnétiques de l'ordre du centimètre. Ce type de cinémomètre qui fonctionnent sur le principe de l'effet Doppler-Fizeau pour mesurer la vitesse est principalement utilisé afin d'identifier les contrevenants aux limites de vitesse. Depuis plus de 25 ans sur le bord des routes de France, le Mesta 206, plus communément appelé "barbecue" sévissait, mais dorénavant de nouveaux radars plus performants sont en fonction ....





En France actuellement, pas moins de 14 types de radars différents surveillent, et surtout sanctionnent, nos mauvais comportements au volant. Voici donc un rapide aperçu de tous les radars qui, depuis l’arrivée, en 1974, du Mesta 206 hantent aujourd’hui nos rues et nos routes :

* LES RADARS FIXES :

  • Le radar fixe classique

À l’origine du système des radars automatiques et donc du contrôle de sanction automatisé, il surveille la vitesse dans un seul sens de circulation.

  • Le radar fixe double face

Il flashe dans un seul sens de circulation mais en approche et en éloignement. Il fournit ainsi une vue de l’avant et de l’arrière du véhicule en infraction.

  • Le radar fixe double sens

À ne pas confondre avec le précédent ! Il contrôle simultanément la vitesse des véhicules dans les deux sens de circulation.

  • Le radar discriminant

Généralement installé sur les portions à fort trafic de poids-lourds, il sait faire la différence entre différents véhicules. Il peut déterminer la voie sur laquelle se trouve le véhicule en infraction et, éventuellement, flasher dans les deux sens de circulation.

  • Le radar de vitesse moyenne ou radar tronçon

Il fonctionne avec deux caméras, l’une positionnée au début du tronçon surveillé et l’autre à la fin. Il peut ainsi sanctionner les véhicules dont la vitesse moyenne est supérieure à la vitesse autorisée.

  • Le radar de franchissement

Il ne mesure pas la vitesse mais sanctionne les véhicules qui brûlent un feu rouge ou qui franchissent un passage à niveau quand le feu rouge clignote.

  • Le radar urbain

Récemment mis en service, il peut mesurer la vitesse mais aussi le franchissement d’un feu rouge, le non-respect de l’espace qu’il faut réserver aux vélos aux feux tricolores, la circulation sur une voie de bus…

  • Le radar de distance de sécurité

Il ne flashe pas mais identifie et signale éventuellement aux forces de l’ordre un véhicule qui en suit un autre de trop près.




* LES RADARS MOBILES :

  • Le radar mobile classique

Contrairement à ce que suggère son nom, le radar mobile doit être immobile pour fonctionner, soit sur un trépied soit dans le coffre d’une voiture (break ou voiture avec hayon). En revanche, il peut être déplacé d’un endroit à un autre, d’où son nom.

  • Le radar mobile mobile

Confié au départ aux forces de l’ordre, le radar mobile mobile l’est de plus en plus à des sociétés privées. Installé dans de nombreux modèles de voitures banalisées, Il flashe très discrètement les véhicules qu’il croise et ceux qui le dépasse.

  • Le radar de chantier

Entièrement autonome, il prend place sur des zones présentant un danger temporaire comme les chantiers. Il peut contrôler jusqu’à quatre voies de circulation.





Ne plus pouvoir passer entre les mailles du filet du code de la route, tel est le postulat de tous ces nouveaux radars qui ont fleuri ces dernières années sur nos routes. Pour ce faire, la technologie est évidemment en première ligne, permettant de concevoir en la matière des appareils aux performances accrues et dotés de nouvelles fonctions, toujours plus efficaces. En matière de radar répressif, la prochaine étape prendra la forme d'un appareil mobile multifonctions qui sera aussi positionné sur les ponts pour traquer différentes infractions. Reste que si nous connaissions tous les cabines fixes classiques de radars de vitesse, d’autres appareils, en revanche, de nouvelle génération nous sont bien moins familiers ....





Le radar tourelle est une nouvelle génération de radar capable de contrôler 32 véhicules simultanément, sur 8 voies différentes. Ce nouveau radar est doté de caméras haute résolution conçues pour traiter les 36 millions de pixels capturés à chaque cliché. Dans un document annexé au projet de loi de finances 2018, le gouvernement prévoit le déploiement de 445 cabines de type radar tourelle sur tout le territoire avant fin 2018. À l’instar du radar de vitesse, , ce « super radar » est non seulement capable de détecter les excès de vitesse mais disposera aussi de nombreuses autres fonctionnalités ....





Comme les radars de vitesse classiques (radars fixes ou radars mobiles), le radar tourelle pourra mesurer la vitesse des différents conducteurs en distinguant les poids lourds des véhicules légers par exemple qui sont soumis à des limitations de vitesse différentes. Le radar tourelle a reçu sa première homologation le 18 avril 2017 l’autorisant à contrôler la vitesse et le franchissement du feu rouge ou d’un passage à niveau. Toutefois, il a été prévu que le dispositif puisse détecter simultanément plusieurs autres infractions.
Le non-respect des distances de sécurité, le dépassement par la droite, la détection de franchissement de voie interdite, le téléphone au volant ou encore le non-port de la ceinture de sécurité sont d’autant d’infractions au code de la route de la sécurité routière qui ne lui échapperont pas. Doté d’une caméra haute définition, le radar tourelle pourra photographier en détails et avec précision les infractions routières commises par tous les usagers de la route ainsi que la plaque d’immatriculation des contrevenants ....





Sources : © - Wikipedia © - Google Images © - LeProgrés
© - ActiRoute © - SécuritéRoutière






JPBlogAuto

jeudi 30 septembre 2021

Les nouvelles interdictions au volant









Certains automobilistes s’imaginent pouvoir faire tout ce qu’ils souhaitent, dès lors qu’ils se trouvent à l’intérieur de leur voiture sous le prétexte fallacieux que ce serait comme leur domicile. Et pourtant, le Code de la route est strict à ce sujet et sanctionne même bon nombre de comportements dangereux au volant. Voici un petit tour d’horizon de ces faits et gestes trop souvent pratiqués soit disant en toute bonne fois mais à bannir ....





En préambule il faut savoir que un article du Code de la route, modifié en 2008, sanctionne "tout comportement dangereux, le conducteur doit à tout moment adopter un comportement prudent et respectueux vis-à-vis des autres usagers." En clair cela signifie que si aucun article précis de la Sécurité routière ne mentionne spécifiquement une interdiction quelconque, cela ne veut pas forcément dire qu'il est impossible d'être verbalisé pour ça car en fait l'infraction présumée reste à l’appréciation de la police ou de la gendarmerie ....





L'habitacle d'une automobile est donc devenu au fil du temps un espace de plus en plus réglementé par des articles de loi sans cesse en évolution calqués sur la progression croissante de la technologie mais aussi sur les us et coutumes des diverses populations de conducteurs. À partir du 1er juillet 2021, les sanctions se sont sensiblement renforcées afin de lutter principalement contre la dramatique croissance de la mortalité routière. De nouveaux textes ont donc été publiés avec de nouvelles interdictions, de nouvelles amendes et un nouveau barème pour la perte de points. Tout cet arsenal répressif a emballé la sphère médiatique sur les réseaux sociaux qui ont fait un amalgame d'exagérations et de "fake news" entre les nouveautés et les anciennes interdictions ....





LES INTERDICTIONS STRICTES :

  • Téléphoner au volant : Il est bien évidemment strictement interdit d’utiliser son téléphone au volant, que ce soit pour un appel, écrire un message, ou naviguer sur ses applications. Pris la main dans le sac, vous risquez 135€ d’amende, et le retrait de 3 points de permis.
  • Regarder une vidéo : Interdiction de regarder un écran : clip vidéo sur tablette ou Smartphone Amende 150€ et 3 points en moins.
  • Plus de casque, ni d’oreillette : il est désormais interdit aux automobilistes, motards et cyclistes de porter à l’oreille un « dispositif susceptible d’émettre du son » en cas de non-respect de cette mesure, le conducteur en infraction se verra allégé de 135 € d’amende et de 3 points sur son permis de conduire.
  • Alcoolémie : Passage de 0,5 g/l à 0,2 g/l d’alcool dans le sang pour les jeunes conducteurs, amende 135€ et - 6 points, autrement dit tous les points d’un permis probatoire, du moins la première année, et l’immobilisation du véhicule.
  • Ceinture de sécurité : le port est obligatoire à l'avant comme à l'arrière, sanctionné par 135 €uros d'amende et 3 points.
  • Fumer en présence d’un mineur : Au 1er juillet 2015, une loi est passée dans laquelle il est énoncé qu’il est interdit à tous les occupants d’un véhicule de fumer en présence d’un enfant mineur de moins de 12 ans en voiture. Depuis le 26 janvier 2016, cette loi a été modifiée pour inclure tous les mineurs de moins de 18 ans. Donc si vos enfants sont à bord, il vous faudra attendre les pauses pour fumer en dehors du véhicule. En cas d’infraction, l’amende est de 135€
  • Conduite et stupéfiants : il est bien évidement strictement interdit de conduire sous l'emprise de stupéfiants de quelque nature que ce soit, cet état peut être sanctionné par une amende allant jusqu'à 4500 €uros et suivant conditions le retrait du permis de conduire.






LES COMPORTEMENTS À BANNIR :

  • Stop au maquillage : Interdiction formelle de se maquiller en voiture, même à l’arrêt sauf si vous voulez vous faire crever un œil, amende 75 €uros, reste à l’appréciation de la police ou de la gendarmerie.
  • Écouter la musique trop fort : Interdiction d’écouter la musique à fond dans sa voiture, au risque de ne plus entendre la circulation. Amende 75€uros, reste à l’appréciation de la police ou de la gendarmerie.
  • Stop aux grignotages : Interdiction de grignoter au volant, même un sandwich, gâteau, fruit car cela empêche une bonne conduite, amende 75€ reste à l’appréciation de la police ou de la gendarmerie.
  • Interdiction de boire au volant : même une boisson plate ou gazeuse non alcoolisée car ça limite la possibilité d’être en état et en position d’exécuter commodément et sans délai les manœuvres nécessaires à la conduite en toute sécurité, reste à l’appréciation de la police ou de la gendarmerie.
  • Fumer au volant : est interdit à partir du moment où la cigarette dans la main empêche une bonne conduite. Ainsi, ce n’est pas la cigarette au volant qui est interdite mais bien l’impossibilité d’être en état et en position d’exécuter commodément et sans délai les manœuvres nécessaires à la conduite en toute sécurité avec un champ de vision convenable conformément à l’article R 412-6 du Code de la route, reste à l’appréciation de la police ou de la gendarmerie.
  • Fouiller dans la boîte à gants ; récupérer un objet dans sa boite à gant en conduisant est également interdit et puni par la loi. Amende 75€uros, reste à l’appréciation de la police ou de la gendarmerie.






Sources : © - Wikipedia © - Google Images © - PDLV © - AutoJm © - FranceTVinfo






JPBlogAuto

vendredi 2 avril 2021

Ford ferme ses usines au Brésil











L'histoire commence dans les années 1920, lorsque le célèbre industriel américain Henry Ford a construit sa ville idéale qu'il baptise Fordlândia, au cœur de l’Amazonie brésilienne. C'est en fait une cité ouvrière du monde américain bâtie en 1928, sur une immense concession au bord du Rio Tapajós dans l'État de Pará au Brésil. Elle se situe à mi-parcours entre Santarem et Itaituba. Elle est reliée par une piste de 50 km à la Transamazonienne afin de répondre au besoin grandissant d’exploiter le caoutchouc naturel pour la fabrication à moindre coût des pneumatiques des voitures en plein essor ....





Henry Ford avait l'intention d'utiliser Fordlandia comme une source d’approvisionnement en caoutchouc pour les pneus des voitures Ford, en mettant fin à sa dépendance avec le caoutchouc de la Malaisie britannique. Il voulait en faire la plus grande plantation de caoutchouc du monde, avec une matière bon marché, qui réduirait par conséquent le coût de ses pneus. « Nous n’irons pas en Amérique du Sud pour faire de l’argent, mais pour aider à développer cette terre merveilleuse et fertile », avait déclaré Henry Ford à l’époque. Il achète un immense terrain, délocalise les hommes et les machines ....





De gros moyens sont déployés pour attirer et rendre la vie des ouvriers plus agréable. Les maisons des contremaîtres américains répondaient aux exigences du confort moderne. Jamais la jungle n’avait connu de tel luxe. Pour attirer la main-d’œuvre, Henry Ford fait construire un hôpital moderne, des écoles, une bibliothèque, un terrain de golf. Mais les plans ambitieux de Ford se heurtent vite à des problèmes de taille. En dix ans, tous les hévéas seront décimés par un champignon, transformant le rêve de Ford en ville fantôme. Et le climat fait de très nombreux morts. Pire, à partir de 1945, le développement de la production de caoutchouc synthétique a réduit la demande mondiale en caoutchouc naturel. Les rêves et les investissements de Ford cessent brutalement ....





Malgré cet échec cuisant, Ford “L’icône du capitalisme du XXe siècle” a aussi été le premier constructeur à se développer au Brésil et a y produire avec succès plusieurs modèles de voitures adaptées à ce marché spécifique qui se sont bien vendus. Au fil des années, le géant de Dearborn au Michigan va même construire jusqu'à trois usines de production sur le sol brésilien pour produire en masse des voitures comme par exemple la LTD, la Corcel, la Ikon, ou la flotte de voitures Ka de la police nationale, autant de modèles spécifiques adaptés aux besoins du marché local ....





Après cette expansion jusqu'aux années 2000, Ford va cependant arrêter complètement en 2019 la production de camions. Et malheureusement, tout récemment, après un peu plus de 100 ans de présence dans le pays, la firme Ford vient d’annoncer qu’elle cessera toutes ses activités de production au Brésil. Cette décision implique la fermeture de 3 sites de production, et la mise au chômage d’environ 5.000 travailleurs. Dans un secteur plongé dans la crise par la pandémie de Covid-19 qui n'a fait qu'augmenter la capacité de production inutilisée et la réduction des ventes en provoquant des années de pertes significatives, ces mesures devraient permettre au constructeur d'économiser 4,1 milliards de dollars ....





En février 2019, Ford avait déjà fermé sa plus ancienne usine au Brésil, qui employait plus de 3.000 personnes dans le pôle industriel historique de Sao Bernardo do Campo, près de Sao Paulo, dans le cadre d'un plan de restructuration mondial. Le constructeur automobile a précisé que la production allait cesser "immédiatement" dans les usines de Camaçari (nord-est) et Taubaté (sud-est), et que seule serait maintenue la fabrication de certaines pièces pendant quelques mois pour assurer le service après-vente. L'usine d'Horizonte, dans l'Etat du Ceara (nord-est), va pour sa part continuer à fonctionner jusqu'au quatrième trimestre 2021 ....





"Nous savons que ces décisions sont très difficiles, mais nécessaires, pour créer une entreprise saine et durable", a déclaré le président de l'entreprise, Jim Farleye. "Nous allons travailler d'arrache-pied avec les syndicats, nos employés et nos autres partenaires pour mettre en place des mesures qui aident à faire face à l'impact difficile de cette annonce", a déclaré Lyle Watters, PDG de Ford en Amérique du Sud. "Le secteur automobile a connu une forte consolidation ces dernières années. General Motors en particulier a pris des mesures énergiques pour se retirer de marchés qui n'avaient pas de sens sur le plan financier. Le retrait de Ford du Brésil confirme qu'ils sont prêts à prendre les mêmes décisions concernant les marchés peu performants", a estimé l’annaliste Karl Brauer ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Ford
- © Challenges - © AutoMania






JPBlogAuto

vendredi 4 octobre 2019

Le contrôle radar de défaut d'assurance











* LES RADARS PEUVENT DÉSORMAIS SANCTIONNER LE DÉFAUT D'ASSURANCE *.






C’est par un très bref arrêté, publié le 19 septembre dernier au Journal officiel et passé quasiment inaperçu, que l’exécutif est venu entériner cette réforme amorcée fin 2015 par la précédente majorité. En effet, afin de mieux sanctionner les conducteurs qui roulent sans assurance, toutes les plaques d’immatriculation flashées notamment par les radars automatiques pourront dorénavant être comparées au fichier des véhicules assurés et il sera donc aisé de savoir si un conducteur pris en faute est assuré ou non. Dans l’optique de détecter de manière quasi-automatique les véhicules non assurés, le gouvernement de Manuel Valls avait fait adopter, dans le cadre du projet de loi sur la justice du 21ème siècle, un amendement obligeant les assureurs à alimenter un « fichier des véhicules terrestres à moteur assurés », dit FVA, qui a officiellement vu le jour l’année dernière ....





Depuis le 19 septembre dernier, les cabines radar si souvent décriées ont ajouté une nouvelle fonctionnalité à leur arsenal. Le site Next INpact a repéré un bref arrêté, publié au Journal officiel et donc désormais applicable, qui va considérablement muscler la traque des automobilistes circulant sans assurance. En effet, dans ce nouvel arrêté, une seule petite phrase a été ajoutée dans l’article 5, consacré au "traitement" des données collectées par ces radars, il est désormais précisé que ces données peuvent être "interconnectées, mises en relation ou rapprochées" du "fichier des véhicules terrestres à moteur assurés." Un simple petit ajout qui change beaucoup de choses ....





Grâce à ce nouvel outil, baptisé "Fichier des véhicules assurés" (FVA), les forces de l’ordre peuvent désormais vérifier en direct, lors de chacune de leurs interventions, la situation d’un automobiliste. Un enjeu majeur, selon la Sécurité routière, qui estimait en 2016 que 700 000 personnes conduisaient un véhicule sans assurance. Pour un automobiliste pas assuré pris en défaut pour la première fois, l’amende est de 750 euros, pouvant être minorée à 600 € si elle est réglée dans les quinze jours, et majorée à 1 500 € après 45 jours, rappelle service-public.fr. La récidive, elle, "peut aller jusqu’à 7 500 € d’amende, assortie de peines complémentaires". ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - NextINpact
© - Service-Public © - SudOuest - © YouTube




Rien n'échappe aux nouveaux radars ...





JPBlogAuto

- page 1 de 7