Sujets divers et VIP

Fil des billets

vendredi 2 septembre 2022

Le radar de stop











Le radar de stop, est un nouveau dispositif, qui vient compléter l'arsenal du législateur, composé d'une caméra vidéo et d'un système de reconnaissance automatique des plaques d'immatriculation, permettant de transmettre aux autorités les images et la plaque des véhicules ne respectant pas la règle de l'arrêt au panneau stop. Un PV électronique peut alors être rédigé par des policiers sur la foi de ces informations incontestables recueillies ....





Vous l’avez peut-être déjà croisé, le radar de stop a été installé depuis déjà 2016 assez discrètement alors qu’il s’agissait dans un premier temps d’expérimenter ce nouveau type de radar. Cela fait donc plus de cinq ans que ce dispositif existe et pourtant il n'est pas encore vraiment rentré dans les habitudes des automobilistes français. Pourtant il va bien falloir s'y habituer car les autorités souhaiteraient maintenant en installer partout en France, car au même titre que les radars de feu rouge ou bien encore les radars mobiles, le radar de stop va proliférer ....





Mis en place pour la toute première fois donc en 2016 dans la ville de Yerres, cette petite commune de l’Essonne, le radar de stop à vite démontré son efficacité. En effet son fonctionnement est très simple. Dès lors qu’un automobiliste ne marque pas l’arrêt à un stop, il se fait flasher. Placés à certaines intersections, ces radars vérifient également que le conducteur ait bien respecté la priorité. Si le conducteur en question ne cède pas le passage aux véhicules qui circulent, le radar le verra. Grâce à une caméra vidéo ainsi qu’un système de reconnaissance des plaques d'immatriculation, le radar envoie les images aux autorités. Celles-ci n’ont plus qu’à adresser un PV aux conducteurs n’ayant pas respecté la règle ....





Concrètement, le radar de stop s’assure que l’article 415-6 du Code de la route soit bien respecté. Ce dernier dit « à certaines intersections indiquées par une signalisation dite stop, tout conducteur doit marquer un temps d'arrêt à la limite de la chaussée abordée. Il doit ensuite céder le passage aux véhicules circulant sur l'autre ou les autres routes et ne s'y engager qu'après s'être assuré qu'il peut le faire sans danger ». Et comme le prévoit le Code de la route, tout contrevenant s’expose à une sanction ....





Si un automobiliste se fait prendre par le radar de stop, il reçoit une contravention de la part des autorités. Il est donc puni d’une amende de quatrième classe. Celles-ci prévoient une amende forfaitaire de 135 €. Elle peut être minorée ou majorée (paiement après 45 jours). Il s’agit du même type d’amende que pour l’usage d’un téléphone au volant, d’un excès de vitesse inférieur à 20 km/h en ville ou limité à 50km/h ou encore du non-port de la ceinture de sécurité. Outre le fait de devoir payer 135 €, le contrevenant perdra 4 points sur son permis de conduire ....





En France, on compte 122.300 non-respects du panneau « stop » par an en moyenne. Pas moins de 1.300 personnes se sont vues être dépossédées de leur permis de conduire pour seul motif du non-respect d’un stop ou d’un feu rouge. Ce nouveau radar de stop inventé par AFS2R s'imposait. Positionné sur un carrefour géré par un ou plusieurs panneaux stop, il est prévu dans le but de contrôler le respect des obligations d’arrêt. Il permet de diminuer le nombre de situations à risques et d’élaborer des statistiques pour mieux connaître les sites accidentogènes ....





Lors de sa phase de test, le seul radar de stop de la ville de Yerres aurait relevé pas moins de 500 infractions en une seule demi-journée. Mais au vu d'un tel succès, l'efficacité d'un tel dispositif ne devrait pas s’arrêter là. En effet, bientôt, une version radar de passage-piétons sera disponible. « Il sera capable de traquer le refus de priorité à un piéton engagé sur un passage protégé lorsque ce dernier n’est pas équipé d’un feu tricolore » ....




Le radar de stop ...



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © AFS2R
- © LeLynx - © Eplaque - © AutoPlus - © AssurLand





JPBlogAuto

vendredi 5 août 2022

Les nouveaux panneaux du code de la route









En cette année 2022, des nouveaux panneaux viennent enrichir le paysage français car la signalisation routière évolue. Avec le chassé croisé des vacanciers de Juillet et Août, des milliers d'automobilistes vont emprunter nos routes et donc la signalisation joue un rôle essentiel dans la sécurité routière. Leur apprentissage et leur compréhension fait partie intégrante des thématiques du Code de la route à connaître sur le bout des doigts. Découvrez les derniers arrivants de la famille des panneaux de signalisation ....





Pour s’assurer que toutes les situations dangereuses ou que toutes les informations utiles sont couvertes par une signalisation adaptée, les autorités ajoutent régulièrement des nouveaux panneaux à ceux déjà existants. Les tout derniers panneaux de signalisation pouvant être rencontrés sur le territoire français ont donc été officialisés par décrets et ajoutés au Code de la route car l’apparition de nouvelles règles suppose la création de nouveaux panneaux de signalisation ....


* LES CORRIDORS DE SÉCURITÉ :



Le corridor de sécurité, tous les automobilistes en ont déjà entendu parler, mais ils sont peu nombreux à savoir ce que c’est vraiment. Cette règle est pourtant inscrite dans le code de la route depuis 4 ans et peut même entraîner une amende de 135 euros. Elle impose aux automobilistes de se déporter sur la voie de gauche à l’approche d’un véhicule arrêté sur la bande d’arrêt d’urgence et de réduire sa vitesse. Ce dispositif pédagogique se caractérise par une série de trois panneaux espacés de 300 mètres, alertant les usagers de la route de la présence d’un véhicule arrêté en amont, et les bons gestes à appliquer pour respecter le fameux corridor de sécurité. “Le premier panneau informe l'usager de la voie de droite qu'il doit ralentir, le second panneau l'informe qu'il doit mettre son clignotant et changer de voie et le troisième panneau l'informe qu'il s'agit de la règle du corridor de sécurité”, précise l’arrêté du 5 avril 2022 ....


* LES PÉAGES À FLUX LIBRE :



Suite au coup d'envoi officiel de la première autoroute sans péage de France, qui s'étendra sur près de 100 km d'ici le mois d'octobre, lorsque le tronçon complet sera ouvert. Pour l'heure, une portion d'une trentaine de kilomètres est au programme avec de nouveaux panneaux de signalisation. Les autoroutes avec péage à flux libre donneront droit à 4 moyens de paiement et un récent arrêté fixe les panneaux qui seront utilisés sur ces autoroutes. Quatre panneaux indiquent donc les moyens de paiement disponibles, par télépéage, par lecture de plaque, ou encore sur Internet. Il a donc fallu trouver une signalisation adaptée, notamment pour ceux qui devront s'arrêter afin de payer aux bornes en carte bancaire ....


* LES DISTANCES DE SÉCURITÉ :



Afin d’inciter les usagers à respecter les distances de sécurité, l’arrêté du 13 juin 2022 propose de nouveaux panneaux d'information dans les tunnels. La signalisation de ces panneaux existe en deux versions (l'une avec deux voitures et l'autre avec une voiture et un camion). Elle invite les conducteurs à repérer les distances au moyen de balises bleues installées dans le tunnel. Plus la vitesse d'un véhicule est élevée, plus la distance d'arrêt sera donc grande. Le temps de réaction varie de 1 à 2 secondes. Il est donc primordial de respecter les distances de sécurité. Dans un tunnel, pour identifier la bonne distance il faut laisser 2 lumières bleues entre deux véhicules, et jusqu'à trois pour les poids lourds dans certains tunnel ....


* LA CIRCULATION INTER-FILES :



Une nouvelle signalisation routière informe les usagers de la route qu’ils circulent sur une voie concernée par la nouvelle expérimentation de la circulation inter-files des deux-roues motorisés. La circulation inter-files, de nouveau expérimentée depuis le 2 août 2021, bénéficie de nouveaux panneaux pour informer de cette pratique aussi bien les usagers des deux et trois roues motorisés que les conducteurs des autres véhicules qui partagent avec eux la route. Pour rappel, 21 départements sont concernés : les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, la Gironde, l'Hérault, l'Isère, la Loire-Atlantique, le Nord, le Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes, la Drôme, le Vaucluse, les Pyrénées-Orientales et les départements de la région Île-de-France. Seules les autoroutes et les voies rapides à chaussée séparée sont concernées ....


* LES NOUVEAUX PANNEAUX DE RADARS :



Les nouveaux panneaux d’annonce de radars fixes ont bénéficié d’un lifting. À partir du 1er mars 2016, les panneaux de radars comportant la mention “contrôles fréquents” disparaissent progressivement du réseau routier français et sont remplacés par des panneaux qui, s’ils gardent globalement la même forme et les mêmes pictogrammes (mis à part le retrait du pictogramme de camion pour faciliter la lisibilité du panneau), indiquent dorénavant la limitation maximum de vitesse ....


* PANNEAU BROUILLARD OU FUMÉE :



Le panneau d’annonce de nappes de brouillard ou de fumées épaisses est un panneau de danger, le plus souvent utilisé sous sa forme temporaire. Il permet d’annoncer aux usagers la présence de zones comportant un risque de voir y apparaître des fumées épaisses ou du brouillard. Les usagers rencontrant un tel panneau doivent donc absolument adapter leur comportement routier en conséquence, notamment en réduisant leur allure ....


* LES PANNEAUX LOI MONTAGNE :



La loi Montagne a pour objectif l’obligation d’équipements hivernaux pour les véhicules. En d’autres termes, les véhicules (légers, camping-cars et utilitaires) devront être équipés de quatre pneus hiver ou de dispositifs antidérapants pour au moins deux roues motrices (chaînes métalliques ou textiles) afin de circuler dans certains périmètres. Afin d’encadrer ce décret et les périmètres concernés, le Code de la route accueille deux nouveaux panneaux loi montagne. Le premier de forme rectangulaire à fond blanc et doté d’une bordure rouge stipule un début de zone d’obligation d’équipements en période hivernale. Le second bordé par une bande noire et non rouge indique la fin de la zone d’obligation ....


Sources : © - Wikipedia © - Google Images © - Capital © - Ornikar
© - CodeDeLaRoute © - SécuritéRoutière






JPBlogAuto

vendredi 22 juillet 2022

Les concept cars vintage de la General Motors











General Motors ou GM est un constructeur automobile américain basé à Détroit dans le Michigan, aux États-Unis, qui contrôlait encore une quinzaine de marques à la fin des années 1990. La société fondée en 1908 par William Crapo Durant possédait des marques célèbres comme Buick, Chevrolet, Chrysler, Cadillac, Oldsmobile, GMC, Holden, Vauxhall ou Pontiac. General Motors est le premier constructeur aux États-Unis de 1931 à 2020 avec 2,2 millions de véhicules vendus en 2021....





Cet article parle d'un temps révolu, celui d'une époque heureuse et insouciante où l'automobile faisait encore rêver, où l'amateur de belles mécaniques ronflantes passait pour un honnête homme. C'était avant que de lourds nuages ne s'abattent sur l'automobile, la mortalité routière, la congestion et les bouchons, la pollution et les chocs pétroliers. Les temps ont bien changé, qui font aujourd'hui du fou de bagnole un "has been" rejeté par le monde moderne. Ce billet va donc vous plonger dans l'imagination débordante des années 50 et 60, cette période bénie des dieux du design et synonyme de rêve au pays de l'Eldorado automobile ....





En fait, dans les années 50 et 60, chez nous en France vont apparaitre l’Ami 6, la R4 ou la Simca 1000, et donc ce fameux rêve avait une patrie, les États-Unis, pays de cocagne de l'automobile. Eldorado de tous ceux qui, en culottes courtes, rêvaient déjà de voitures hors du commun. Une terre qui engendra la notion même, et le vocable de "dream car". Exemple unique au monde d'un pays, où à l'époque tout l'espace social est pensé en fonction de la voiture. Avec un mode de vie centré sur l'automobile, l'American way of life a tout d'un "Automotive way of life". Chez GM, on forme des jeunes étudiants avec des cours de design, de style avancé, de façonnage des maquettes et des cours de prototypage ....





Rien d'étonnant, dans ces conditions, à ce que l'automobile américaine se soit imposée partout comme la référence. Déjà dans les années 30 la " ligne fuseau Sochaux " chère à Peugeot était une copie de la Chrysler Airflow, tandis que, grand admirateur de Henry Ford, Louis Renault imitait le style de Dearborn. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis donnent pareillement le ton avec la ligne ponton qui se généralise, avant que, dans les années cinquante, lignes acérées et ailerons de l'Amérique triomphante débarquent elles aussi rapidement en Europe ....





Juste après-guerre, Harley-J Earl, le grand patron du design GM, encourage toutes ses équipes de stylistes et designers à créer des concepts de toutes sortes. Dans le pays qui a inventé le marketing, le design est conçu comme une arme commerciale, qui doit inciter les consommateurs américains à renouveler le plus fréquemment possible leur véhicule. A partir de 1955, c'est à un sidérant rythme annuel que se fait le renouvellement des modèles par le design. On ne dit plus une Chevrolet ou une Cadillac, mais une Chevy 57 ou une Cad 59. Dans les bureaux de style, qui fonctionnent comme de véritables laboratoires d'idées, les créateurs font leur l'adage célèbre de Raymond Loewy, " la laideur se vend mal " ....





Les chefs designers des grands constructeurs sont alors de puissants personnages de l'industrie automobile d'outre-Atlantique. Les bureaux d'études fonctionnent à plein et proposent des dessins de voitures à qui mieux mieux. Star doté d'un pouvoir considérable au sein de G M dont il fut vice-président et maître absolu du design américain sur lequel il régna pendant plus de trente ans, Harley Earl fut comparé à un empereur romain. Il est vrai que près de cinquante millions de voitures ont porté sa griffe. C'est l'époque où la GM invente le Motorama, salon itinérant qui sillonnera le pays d'Est en Ouest de 1949 à 1961. Version de la caravane publicitaire, ce show présentait au public les concept cars du groupe dans des mises en scène à l'américaine présentant les voitures du futur. Les Motoramas obéissaient également à une préoccupation plus opérationnelle, tester les réactions des prospects face aux études de style et aux innovations imaginées par les designers ....





C'est à cette époque que certains concepts cars peuvent être totalement extravagants, et apparaitre comme de purs délires dont la ligne est fortement influencée par les jets de l'aviation américaine, un thème qui passionnait alors le public. Mais la prospective est un art difficile. En 1950, les dessins d'anticipation faisaient voler les voitures à l'horizon de l'an 2000. Au milieu des années 1960, GM met même en place une équipe de stylistes de la division Pontiac du Design Center qui doit travailler sur de nouveaux projets développés dans le studio “secret” mis en place par le designer maison Bill Mitchell, le “Warehouse Studio” situé à l’extrême sud du centre technique. Les dream cars de l'époque sont le plus souvent d'authentiques véhicules de recherche, voire dans certains cas de véritables prototypes. Ceci concerne aussi bien la technique que le design. Dans le premier cas, le véhicule futuriste explore une voie qui paraît réaliste, en tout cas au moment où il est présenté ....





C'est ainsi que tout au long de ces années de rêve vont s’enchainer les croquis, les dessins, les études de styles, les maquettes réduites, les modèles à l'échelle 1 en bois ou en clay. Sur un plan esthétique, les concept cars de la General Motors préfigurent les modèles de production et nombre de leurs traits novateurs seront repris quelques années plus tard sur les voitures de série. Car le propre de ces "dream cars" de Detroit est d'offrir à l'Américain moyen la chance de transformer rapidement son rêve en réalité. En europe, Pinin Farina reprendra ce style pour dominer l'espace européen de ses lignes orthogonales avec ses Peugeot 404, Austin Cambridge et Morris Oxford, Lancia Flaminia, Fiat 1800. L'audace des ailerons conquerra même la très respectable dame de Stuttgart avec les Mercedes séries 110, 111 et 112 ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © GM
- © Gilles Bonnafous - © MotorLegend - © LignesAuto





JPBlogAuto

mercredi 6 juillet 2022

La nouvelle norme WLTP











La procédure d'essai mondiale harmonisée pour les véhicules légers (en anglais Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures, ou WLTP) qui concerne les voitures particulières et les véhicules utilitaires légers est une norme d'essais d'homologation des véhicules qui permet de mesurer la consommation de carburant, l'autonomie électrique et les rejets de CO2 et de polluants. ....





La WLTP, mise au point sous les auspices du Forum mondial pour l'harmonisation des réglementations sur les véhicules, est entré en application en Europe en septembre 2018 pour tous les véhicules neufs, en remplacement de l'ancien système (NEDC), datant de 1973 et mis à jour en 1996. De nos jours, le cycle NEDC est dépassé, puisqu'il n'est plus représentatif des styles de conduite modernes, car les distances et la variété des routes auxquelles se confronte une voiture moyenne a changé. Les résultats WLTP sont affichés par les constructeurs à partir du 1er janvier 2019. ....





WLTP, pour l'instant, ces quatre lettres ne vous disent pas forcément grand-chose. Mais dans les prochains mois, elles devraient prendre de plus en plus d'importance dans votre vie d'automobiliste. Sur les sites des constructeurs automobiles, vous commencez donc à voir apparaître ces quatre lettres, accompagnées de chiffres de consommation plus élevés qu'auparavant. Ce qui ne signifie pas qu'il y ait eu du relâchement chez les ingénieurs. Bien au contraire, puisqu'ils doivent trouver de plus en plus d'astuces pour réduire les émissions de CO2, afin d'éviter de lourdes amendes à leurs employeurs. Non, cette hausse "sur le papier" est simplement le fruit d'un protocole de mesures plus proche des conditions que vous rencontrez réellement lors de l'utilisation de votre véhicule ....





Les nouvelles exigences WLTP pour les dispositifs de surveillance de la consommation de carburant et/ou d'énergie électrique enregistrent des informations comme :

  • la consommation totale (durée de vie) de carburant (en litres) ;
  • la distance totale (durée de vie) parcourue (en kilomètres) ;
  • le débit de carburant moteur (en grammes/seconde) ;
  • le débit de carburant moteur (en litres/heure) ;
  • le débit de carburant véhicule (en grammes/seconde) ;
  • la vitesse du véhicule (en kilomètres/heure).

Ces informations sont enregistrées dans le dispositif OBFCM, obligatoire sur les véhicules neufs depuis 2021 ....





Afin de compléter les données WLTP, un second test, nommé RDE (Emissions de Conduite Réelle), est obligatoire en complément du WLTP pour homologuer les véhicules qui arrivent sur le marché, notamment européen et français. Ces tests, ayant pour objectif de mesurer les émissions polluantes en circulation réelle, incluent un ensemble de situations pouvant être rencontrées par les automobilistes : conditions météorologiques, terrain, charge supportée par la voiture, style de conduite du conducteur, type de routes empruntées. En résumé, le protocole WLTP, est une représentation plus juste de la consommation et des émissions lors des trajets du quotidien, car il prend en compte le type de véhicule, les équipements et les options choisis ....





L’un des principaux objectifs de la norme WLTP est d’offrir une procédure uniforme pour mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO2 notamment des différents types de motorisations, par exemple essence, diesel, gaz naturel et même électrique. Le respect du cycle WLTP doit fournir des résultats comparables dans les régions du monde qui utilisent désormais cette norme, les résultats seront ainsi comparables pour un même type de véhicule ....





La nouvelle norme WLTP tient également plus compte de l’aérodynamique et des éventuels équipements supplémentaires sur la consommation. Le véhicule ne peut ainsi plus être optimisé (pneus plus étroits, aucun accessoire, modèle allégé, etc...) pour le test de façon à obtenir une consommation particulièrement faible. On atteint ainsi le but recherché qui réduit nettement l’écart entre données d’usine et consommation réelle sur route. Les tests ont démontré que la différence entre données d’usine et mesures en condition réelle n’était en moyenne plus que de 0,3 l/100 km. En conduisant de façon plutôt respectueuse de l’environnement (ECO Drive) on parvient même, en conduite réelle, à atteindre les données d’usine ....




La nouvelle norme WLTP ....



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © AutoMag - © VW
- © Peugeot - © Renault - © DS - © Audi - © AutoMania





JPBlogAuto

- page 1 de 9