Mot-clé - Ferrari

Fil des billets

vendredi 15 janvier 2021

De Tomaso Vallelunga - 1965











On ne présente plus la marque automobile De Tomaso ce constructeur automobile italien fondé par l'Argentin Alejandro de Tomaso à Modène en Italie en 1959. Né en Argentine en 1928, Alejandro commence à courir dans son pays natal en 1951. Ses talents de pilote le font vite remarquer et il rejoint alors l’Italie dans l’équipe de compétition de Maserati puis de Osca. Cette dernière entreprise ayant été fondée par les frères Maserati l’expérience a très certainement inspiré De Tomaso qui, à son tour, créé sa propre entreprise en 1959, la société De Tomaso Automobili ....





Au tout début de son activité, la course automobile est sa seule préoccupation et la jeune entreprise De Tomaso construit des voitures pour la Formule Junior, la Formule 3, la Formule 2 puis aussi la Formule 1 pour l'équipe de Frank Williams. En ce début des années 60, Alejandro visionnaire et imaginatif entrepreneur cumulait les projets dans plusieurs domaines, les moteurs de F2, les monoplaces destinée à Indianapolis, les prototypes divers, et aussi la Formule1. Cette énergie débordante le pousse même à devenir constructeur automobile généraliste et il décide alors de se lancer dans la production d’une voiture de sport destinée au grand public ....





La toute première voiture de tourisme créée par la jeune entreprise alors débutante, la De Tomaso Vallelunga est un joli coupé à moteur central, commercialisé à partir de 1964. C'est une voiture de sport construite en 53 exemplaires de 1963 à 1967 dessinée par le designer Giorgetto Giugiaro et construite par la Carrozzeria Ghia. Trois prototypes furent construits par Fissore au début, en aluminium, mais rapidement, Alejandro de Tomaso préféra privilégier la fibre de verre, moins coûteuse, et confia la fabrication en série à Ghia ....





Le nom De Tomaso Vallelunga est une référence au Circuit italien de Vallelunga dans la proche banlieue de Rome. La voiture est construite autour d'un châssis-poutre en aluminium et habillée donc d'une carrosserie en fibres de verre, un type de châssis qui restera la marque technologique du constructeur. L'expérience de De Tomaso dans la conception des voitures de course apparait surtout dans le train de roulement de la Vallelunga, qui se compose d'une suspension à roues indépendantes à l’avant comme à l’arrière au moyen de double triangles et de ressorts hélicoïdaux, d'une direction à crémaillère et de freins à disque Campagnolo implantés sur les quatre roues ....





La superbe carrosserie de style coupé deux portes a été dessinée avec quelques similitudes avec la Ferrari 250 LM ou encore la Dino 206. Si les articles de presse se montrent prudents à la sortie du prototype, les essais des versions de série, dont celui de José Rosinski dans le journal Sport Auto, font état d'un très beau comportement routier. A la conduite la De tomaso Vallelunga confirme donc sa vocation sportive. Les commandes sont fermes mais précises, la position de conduite idéale facilite le pilotage et l’habitacle résonne du son envoutant du moteur alimenté par de gros carburateurs Weber. Le comportement routier plutôt vif mais parfaitement équilibré confirme la promesse de promenades à allure soutenue en parfaite sécurité ....





L'habitacle intérieur de la De tomaso Vallelunga est vraiment très fonctionnel et plutôt axé sur le côté sportif bien que des concessions sont faites pour un peu de confort afin de satisfaire tout type de client. Le tableau de bord et la console centrale abritant la plupart des instruments et des commandes sont composés d'inserts en bois incrustés dans des gainages en cuir. Un superbe volant en aluminium cerclé de bois lui aussi s'accorde avec la grille en aluminium de la boite de vitesse dont le pommeau est encore en bois. De jolis sièges baquet en cuir noir assortis au tableau de bord complètent l'habitacle ....





La belle De Tomaso Vallelunga est propulsée par un moteur quatre cylindres Ford Kent issu de la Cortina de 1,5 litre de cylindrée préparé par Lotus développant une puissance maxi de 132 chevaux à 6.200 t/mn et un couple maxi de 174 Nm à 3.200 t/mn. Le moteur, implanté longitudinalement en position centrale arrière et accouplé à une boite de vitesses manuelle à cinq rapports, participe à la rigidité du châssis, une pratique devenue courante pour les voitures de compétition mais qui reste rare parmi les véhicules de tourisme. Avec un poids plutôt contenu de 726 kilos, la vitesse de pointe se situe aux alentours de 220km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 1500 cm3
  • Puissance : 132 chevaux à 6200 t/mn
  • Couple : 174 Nm à 3200 tr/mn





De Tomaso Vallelunga - 1965 ...



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © De Tomaso - © JP Echavidre - © Ghia




JPBlogAuto

vendredi 18 décembre 2020

Ferrari 212 Inter Ghia Coupe - 1952











Dès le moment ou Enzo Ferrari a quitté son employeur Alfa Romeo en raison d'un désaccord avec le directeur technique espagnol et ait créé sa propre entreprise, il savait qu'il devrait se lancer dans la construction de véhicules pour le marché. C'est ce qu'il a fait mais il n'a pas construit que des voitures ordinaires, il a construit des voitures qui sont devenues pour la plupart mythiques. Sa société des automobiles Ferrari fondée en 1947 et basée à Maranello, dans la province de Modène a produit depuis ses débuts un grand nombre de modèles tant pour la route que pour la compétition ....





A partir de 1947 jusqu'en 1951, les modèles produits seront différentes variantes de la 166 et de la 195. Mais à partir de 1951 et jusqu'en 1953 la Ferrari produite sera l'étonnante 212. C'est à cette époque que la firme utilise dorénavant l’appellation "Inter" pour ses modèles les plus raffinés et destinés principalement à un usage routier, contre "Export" pour ses modèles sport. La Ferrari 212 Inter est présentée pour la toute première fois en octobre 1951 au salon de Turin ....





Les Ferrari 212 Inter sont en fait, comme c'était d'usage à l'époque, livrées aux carrossiers sous la forme de châssis roulants que le client peut équiper suivant tous ses souhaits possibles dans le domaine de la garniture intérieure. De ce fait il n’y aura, en fait, pas deux modèles identiques. Les carrossiers utilisés par Ferrari à cette époque sont presque tous italiens, Touring, Vignale, Stabilimenti Farina, Bertone et Ghia. Le modèle le plus populaire sera le coupé Touring et l'un des plus rare le coupé Ghia ....





La Ferrari 212 Inter Ghia Coupe est un modèle unique et vraiment rare construit à seulement 73 exemplaires qui a fait ses débuts comme show-car de la marque. Le carrossier Ghia se démarquera dans sa conception des autres carrossiers concurrents en adoptant un style Fast-back cher à la maison et déjà utilisé sur d'autres modèles, avec désormais une calandre ovale classique et dès custodes de forme plus allongée. Ses ailes harmonieusement fines mais galbées sont propice à l'adoption d'une peinture de carrosserie bicolore ....





Le succès en compétition des Ferrari 212 est immédiat. En 1951 Vittorio Marzotto gagne le Tour de Sicile. La "Coupe Inter Europa" est gagnée par Luigi Villoresi, tandis que Gianni Marzotto gagne la "Coupe de Toscane". Néanmoins, la plus importante victoire sera celle de la célèbre Carrera Panamericana, toujours en 1951. La voiture conduite par Luigi Chinetti et Piero Taruffi terminera première, avec un doublé réalisé par Alberto Ascari et Luigi Villoresi qui finissent second. Ce fût alors un très bon coup médiatique pour Ferrari qui cherchait à se faire une réputation sur le riche marché nord américain ....





Cette propulsion était assez bien équilibrée avec une position du moteur longitudinal avant. Avec son poids de 1000 kg seulement, la 212 affiche un rapport poids/puissance de 6,1 Kg/ch qui, aujourd'hui encore, inspire le respect. Pour faciliter le processus de confection de la carrosserie en aluminium, le tableau de bord était constitué dans une tôle plate avec deux grands trous au milieu où étaient installés l'indicateur de vitesse et le compte-tours. Elle est équipée également d’un embrayage mono disque, d’un allumage bobine à deux distributeurs. Le freinage est assuré par des freins tambours à commande hydraulique aux quatre roues. Les suspensions sont à roues indépendantes à l’avant et à pont rigide à l’arrière, avec double ressorts à lames semi elliptiques et longitudinaux ....





Pour ce qui concerne le look de la Ferrari 212 Inter Ghia Coupe, le capot moteur est dominé par une calandre ovale avec une grille à maille rectangulaire. Les phares sont incorporés dans la bordure de la calandre au lieu de l’extrémité des ailes ce qui procure un côté allégé plus élégant. Les roues à rayon Borrani chromées complètent à merveille le profil de la voiture. , le cuir de l'habitacle, rendent cette grand tourisme très luxueuse ....





L'habitacle intérieur de la Ferrari 212 Inter Ghia Coupe est vraiment très luxueux entièrement gainé de cuir de haute qualité avec des surpiqures et des gances de couleur. Un superbe volant alu cerclé de bois équipe le bolide. C'est la grande classe. Avec un habitacle lumineux à montant fin et ses surfaces vitrées importantes, l'intérieur est clair. Le savant mélange de cuir et de moquettes de l'habitacle, rendent cette grand tourisme très luxueuse. Cette Ferrari est dotée d'un intérieur particulièrement somptueux qui regorge de détails ergonomiques bien pensés ....





Sous le capot de la belle Ferrari 212 Inter Ghia Coupe les ingénieurs de la marque l'ont équipée d’un moteur V12 à 60° de 2.563 cc de cylindrée alimenté par trois carburateurs Wéber 36 DF3 développé et mis au point par le sorcier maison Gioachino Colombo. Il développe une puissance maxi de 170 chevaux à 6.500 t/mn pour un couple de 186 Nm à 5.000 tr/mn. Accouplé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapport, ce moteur permet à la voiture d'un poids contenu d'une tonne d’atteindre la vitesse de pointe de 200 km/heure. ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : V12 à 60°
  • Cylindrée : 2563 cm3
  • Puissance : 170 chevaux à 6.500 t/m
  • Couple : 186 Nm à 5.000 tr/mn





Ferrari 212 Inter Ghia Coupe - 1952 ....



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Ferrari - © JP Echavidre - © ArgusAuto




JPBlogAuto

vendredi 13 novembre 2020

Ferrari Roma - 2020











La Ferrari Roma est une automobile grand tourisme du fameux constructeur automobile italien commercialisée à partir de 2020 mais dévoilée en novembre 2019. C'est une voiture de sport coupé 2+ 2 (soit 2 places avant + 2 places d'appoint arrière), basée sur le coupé-cabriolet Portofino qui est une concurrente de l'Aston Martin DB11, de la McLaren GT ou encore de la Bentley Continental GT. Même Ferrari a besoin de se diversifier et, avant l’arrivée d’un SUV d’ici deux ans, la gamme s’enrichit à la fin de l’année de la Ferrari Roma, ce coupé élégant dehors et très "techno" dedans qui ne renie rien de la sportivité de la maison ....





La Ferrari Roma offre une ligne très épurée et moins radicale que les dernières nouveautés du constructeur au cheval cabré comme par exemple la SF90 Stradale ou la F8 Tributo. Ce superbe coupé 2+2 privilégie la polyvalence mais tout en conservant l’âme d’un pur sang. Pour pouvoir satisfaire tous les “happy few” capables d’investir 200.000 € dans un coupé d’exception, Ferrari a décidé de viser cette clientèle, férue d’élégance et de bonnes manières mais sans négliger le confort, ni la facilité d’utilisation au quotidien. La Roma est même vendue par Ferrari avec un programme d'entretien étendu comprenant l'entretien, les pièces et la main d’œuvre pendant 7 ans tout compris ....





La Ferrari Roma offre ce look hyper moderne dessiné par le designer en chef maison, Flavio Manzoni. La GT est dotée d'une calandre perforée qui s'étend sur toute la largeur de la face avant reliant les projecteurs. Elle est inclinée vers l'intérieur du spoiler avant, rappelant les dernières Ferrari Monza SP1 et SP2 présentées en 2018. La belle italienne est un plaisir pour les yeux, elle séduit par ses traits épurées, elle qui prend bien soin de n’afficher aucun appendice disgracieux avec même son efficace aileron arrière qui ne se déploie qu’en roulant ....





Sur cette magnifique Ferrari Roma, finies les surfaces tortueuses complexes, génératrices d’appui, en vogue sur les précédents modèles, place aux justes et discrètes mais élégantes proportions. La proue se distingue par le come back d’une vraie grille de calandre, évoquant l’âge d’or des années 1950 et 1960. Les optiques, divisées en deux parties, ne s’étirent plus le long du capot, mais inaugurent la nouvelle signature lumineuse matérialisée par une simple ligne pure. Très reculée, la cellule de l’habitacle se conclut par une queue "kammback". Aux feux arrière circulaires se substituent des galets aplatis, répondant à un quatuor d’échappements. Au final, la Roma a reçu le "Car Award 2020 du design" ....





Cette magnifique Ferrari Roma est aussi facile à prendre en mains qu’une Clio, en fait elle séduit d’emblée par son confort de suspension, malgré les roues de 20 pouces et son insonorisation si soignée qu’elle gomme l’impression de vitesse. Toutefois, derrière ses manières de coupé bien élevé, la Roma affiche toutes les qualités attendues d’une Ferrari. Ayant reculé au maximum son moteur sous le capot, l’italienne profite d’une répartition des masses très bien équilibrées, et des avantages qui vont avec. En plus elle est pourvue d'une suspension très bien étudiée qui propose un amortissement vraiment performant contrairement par exemple à une Aston Martin Vantage ....





L'habitacle intérieur de la Ferrari Roma est vraiment très luxueux mais aussi très moderne. La voiture dispose d'une instrumentation digitale composée d'un écran de 41 cm, et la planche de bord reçoit un écran tactile de 21 cm pour la navigation et l'info-divertissement ainsi qu'un petit écran devant le passager. Climatisation, navigation ou sytème audio, tout se contrôle via l’écran central orienté en format portrait. On règle même les rétroviseurs en caressant un touchpad. Pou le reste, les cuirs, les moquettes, l'alcantara, l'aluminium, le carbone, tout est présent et en bonne place pour donner une réelle impression de luxe ....





Sous le capot de la belle Ferrari Roma les ingénieurs de la marque ont monté le V8 de 3,9 litres bi-turbo de 32 soupapes qui développe 620 chevaux à 7.500 t/mn et 760 Nm à 5.750 t/mn de couple, provenant de la Portofino avec 20 chevaux supplémentaires, associé à la boîte de vitesses automatique robotisée à 8 rapports à double embrayage, issu de la SF90 Stradale. Ainsi motorisée, les performances sont à la hauteur avec le 0 à 100 km/h abattu en 3”2, et le 0 à 200 km/h en 9”3. Rappelons que ce moteur a remporté le prix de « Meilleur moteur » dans la catégorie du « moteur international de l'année » (International Engine of the Year) en 2016, 2017, 2018 et 2019 ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : V8 biturbo
  • Cylindrée : 3.900 cm3
  • Puissance : 620 chevaux à 7.500 t/mn
  • Couple : 760 Nm à 5.750 t/mn




La Ferrari Roma de 2020 ...


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Ferrari - © Turbo - © AutoMag - © TopGear




JPBlogAuto

vendredi 2 octobre 2020

Vladimir Urbánek - Artiste Peintre









Vladimir Urbánek est un artiste peintre et illustrateur Tchéque plutôt réputé mais surtout de grand talent. Il est né en 1973 à Prague la capitale et la plus grande ville de la Tchéquie, en Bohême, située au cœur de l'Europe centrale, à l'ouest du pays. C’est de l’autre côté du rideau de fer que Vladimir a développé cette passion pour l'automobile et l'aviation ....





Vladimir Urbánek adolescent a assez rapidement interrompu ses études pour se consacrer au dessin et a la peinture car sa passion pour l'art, qui ont tous deux commencé dans l'enfance, l'ont amené à devenir autodidacte en peinture bien qu'il ne soit pas professionnel ....






Vladimir Urbánek est un travailleur acharné qui, d'un côté plus personnel, s’intéresse énormément à l’automobile ancienne en particulier. Par amour de l'art il peint un large éventail de sujets comme par exemple des natures mortes, des paysages, des portraits, des nus, des avions et bien sur des voitures classiques ....





Vladimir Urbánek commence à remporter un succès et une réputation de plus en plus importante au fil des ans grâce notamment à ses travaux dans le domaine de l'aviation. C’est tout près de chez lui, au Musée Technique de Prague qu’il a trouvé une partie de son inspiration. On y retrouve en effet un Spitfire, avion mythique, qu’il a souvent dessiné. Mais les Hurricanes, Messerschmidt, P-38 et autres avions plus récents tels des F84 ou un Saab Gripen sont aussi des sujets pour lui ....





Plus récemment Vladimir Urbanek s’est mis au dessin des automobiles avec bonheur. C’est une nouvelle fois au musée qu’il a trouvé l’inspiration, devant une superbe flèche d’argent Mercedes. Les autos classique ont alors pénétré massivement dans son atelier. On retrouve une belle variété de sujet comme par exemple, des Walter, des Fiat produites sous licence, des Bugatti, en passant par des Tatra, des Jaguar ou aussi des Ferrari ....





Forcément, chez Vladimir Urbanek l’aviation n’est jamais loin. Mais dorénavant on retrouve donc des mix entre automobile et avions dans certaines de ses peintures. Ainsi il associe une Rolls Royce et un Supermarine S6B (motorisé par Rolls Royce) ou une Saab 93 et un J35 Draken. Pour ses œuvres, il utilise deux techniques distinctes. Ses monochromes sont réalisés au crayon tandis que ses peintures colorées sont réalisées à l’huile ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Vladimir Urbánek © - Stern © - Kunst



JPBlogAuto

- page 1 de 32