vendredi 26 février 2021

Octane Magazine









Octane Magazine est un magazine mensuel britannique consacré uniquement à l'automobile, et plus particulièrement aux voitures sportives ou prestigieuses. L'édition originale fondé en 2003 qui est publié par l'éditeur Dennis Publishing est en langue anglaise, mais le magazine est aussi diffusé en France dans une version entièrement traduite et remaniée. Il est également diffusé dans de très nombreux autres pays en Europe. Son Directeur de la rédaction est David Lillywhite ....





Octane Magazine avec son édition anglaise est devenue une référence mondiale dans le domaine de la presse automobile sportive et de collection, mais son édition déclinée en langue française n'a vue le jour que en Juin 2018. De plus, cette déclinaison francisée de ce magazine n'est produite que en édition bimestrielle soit tous les deux mois contrairement à l'édition anglaise qui est un mensuel ....





Toutefois Octane Magazine dans sa version française reste, à l'image de la version anglaise, une revue de haute qualité dédiée aux passionnés purs et durs, éditée par la société NG Presse dont le siège social est situé au 3 avenue du Maréchal Foch à Lyon, dans le sud-est de la France, la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes. La version française a adopté comme slogan " L'essence de la passion " et propose une jolie couverture qui cache 130 pages de vintage en plus de quelques anachronismes bienvenus ....





Le Directeur de la publication de Octane Magazine, Nicolas Gourdol propose avec son équipe rédactionnelle très professionnelle ce nouveau magazine qui sent bon l’essence mal brûlée et l’huile de ricin, un titre qui devrait vite devenir incontournable dans la communauté des puristes. Mais cette équipe décline aussi tous ses sujets sur le web dans le site dédié spécialisé et aussi évidement sur les réseaux sociaux comme par exemple Facebook avec une bonne dose de "french touch" en plus des inévitables monstres sacrés de l’automobile. Ce titre s'adresse à tous ceux pour qui l'automobile est un art de vivre et même un art tout court. Des textes riches, vivants et précis sont mis au service du lecteur pour une expérience de lecture à la fois informative et divertissante ....





Jaguar, Mercedes, Aston Martin, Ferrari, Porsche, toutes les marques mythiques de l’univers automobile sont dans les pages de ce magazine mensuel. Dans chaque numéro de Octane Magazine, la présentation des dernières nouveautés dans cette gamme automobile de prestige et de sport, les tests, les comparatifs, un véritable guide d’achat que ce soit pour les nouveaux modèles mais aussi les collectors, les modèles qui ont fait rêver des générations. Les autos les plus marquantes de l’histoire sont mises en valeur, exposées, célébrées, expliquées. Des textes riches, vivants et précis sont mis au service d’une iconographie d’exception pour offrir au lecteur une expérience de lecture à la fois informative et divertissante, dans un support qui se distingue par une qualité de réalisation très valorisante ....





Octane Magazine parle finalement à ceux qui ressentent l'automobile, c'est le langage des sensations, des émotions, les puristes parlent du langage "des tripes". Cette revue au format A4 agrémentée de photos de qualité et imprimée sur un beau papier assez épais est finalement une mine d'infos grâce aux documents, aux essais, aux news, aux comparatifs, aux analyses, aux présentations ou aux divers tests quelle propose, pour tous les passionnés des voitures sportives, des belles voitures qui « en ont sous le capot » et dont la ligne et le design font la différence, à découvrir sans faute ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Octane Mag
© - NG Presse © - TurboMag © - A2Presse




JPBlogAuto

vendredi 19 février 2021

Alec Issigonis - Designer









Alec Issigonis de son véritable nom Alexandre Arnold Constantine Issigonis est un designer industriel et ingénieur britannico-turc né à İzmir en Turquie le 18 novembre 1906 et décédé le 2 octobre 1988 à Edgbaston dans le comté de Birmingham en Angleterre. Son père est ingénieur, ressortissant britannique, et sa mère, d'origine allemande, amena son fils Alec en Angleterre, à la mort de son père et après la défaite de l'armée grecque face à l'armée d'Atatürk en 1922 ....





Après avoir terminé ses études secondaires, Alec Issigonis s'inscrit à l'examen d'entrée de l'école polytechnique de Battersea pour faire des études supérieures, mais il rate trois fois cet examen à cause du niveau élevé des mathématiques. Ayant le rêve de devenir ingénieur automobile dès son plus jeune âge et comme il excellait en dessin mécanique, il ne se laissera pas décourager par son échec à polytechnique et s’engage dans un cycle de trois années d’études d’ingénieur en génie mécanique. Finalement il sort diplômé en tant qu'ingénieur et sa mère lui offre une voiture, une Singer 10 Weymann ....





Dipôme en poche Alec Issigonis entre alors dans la vie active professionnelle et il commence à travailler en 1928 en tant que dessinateur et commercial pour un bureau d’étude automobile qui développait un type d’embrayage semi-automatique chez Edward Gillet. Il est alors en contact avec Chrysler et Humber, intéressés par ce projet. Humber l’engage alors pour étudier une nouvelle suspension à triangle supérieur et ressort à lame transversal. On le retrouve pendant ses loisirs au départ de quelques compétitions automobiles locales, mais sans résultats probants. ....





Avec sa première paye, Alec Issigonis s’achète une Austin Seven qu’il va transformer afin de participer plus surement à des courses. Mais son rêve le plus secret est de concevoir une automobile complète. Après de longues ébauches il réalise avec son ami George Dowson une voiture de course, la "Lightweight Spécial". C'est déjà un prototype de course construite sans l’aide d’outils de production professionnel qui a pour particularités très innovantes une suspension composée d'anneaux de caoutchouc, et un dispositif permettant une modification rapide du carrossage des roues ....





À l'âge de 30 ans, Alec Issigonis jouit d'une réputation montante qui lui permet d’entrer au département « études » chez Morris. D'abord affecté au poste d’ingénieur du train-roulant, il développe sa connaissance des systèmes de suspension indépendante, moins onéreux que les autres et met au point un système de ressorts de suspensions indépendantes à la place des lames de ressort pour la Morris Ten de 1938. Finalement il est nommé "Project Engineer" pour toute la gamme Morris et va concevoir la Morris Minor qui sort en 1948 ....





Encouragé par le succès de la Morris Minor, Issigonis continue ses recherches en design chez Morris Motors, mais des dissensions internes entre les employés des deux anciens concurrents le poussent à quitter la société. Il démissionne de peur de perdre sa liberté dans une si grosse entreprise et intègre la société Alvis pour concevoir un véhicule expérimental avec un V8 de 3,5 litres de cylindrée et d'une puissance de 130 chevaux. Finalement quand Morris fusionne avec Austin Motor Company en 1952 pour former la British Motor Corporation, Sir Leonard Lord, le patron de la BMC, demande à Issigonis de plancher sur une voiture économique pour 4 adultes et leurs bagages, avec pour seule contrainte d’utiliser un moteur déjà fabriqué par la firme ....





En 1956, Alec Issigonis commence la conception de la célèbre Morris Mini Minor, petite automobile économique et populaire à moteur transversal, présentée à l'été 1959. Innovante, unique, iconique, la Mini a fait sensation avec son design et sa taille plutôt petite, elle est rapidement devenue culte et a eu des fans enthousiastes dans le monde entier. Toujours ambitieux, Issigonis développe de nombreuses versions comme le Van, le Pick-up ou la Moke et la Morris Mini Traveller utilisée par les pompiers et la poste en Grande-Bretagne. Issigonis dirige le bureau d’étude Austin durant les années soixante, et tente d’appliquer l’alchimie de la Mini aux berlines 1100-1300, à la 1800 Balanza, à la Maxi et à la 3 Litres et finalement il prend sa retraite en 1971, avec le plaisir de voir sa Mini toujours en production. En fait la production ne cessa qu’en 2000, faisant de la Mini (Morris Mini Minor ou Austin Se7en) la voiture britannique la plus produite de tous les temps avec 5,3 millions d’exemplaires ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - CoachBuild © - Petrolicious
© - Alec Issigonis © - ClassicSport © - MiniCom





JPBlogAuto

- page 1 de 251