Mot-clé - Renault

Fil des billets

jeudi 30 avril 2020

Infiniti jette l'éponge en Europe







infiniti00.jpg



Infiniti est un constructeur automobile japonais, filiale haut de gamme de Nissan et donc de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. La commercialisation d’Infiniti a officiellement débuté en novembre 1989 aux États-Unis, et son activité internationale s’est depuis lors étendue au Mexique, au Canada, au Moyen-Orient, à Taïwan, en Corée du Sud, en Russie, en Chine où la production démarre en 2014, en France, en Espagne, au Royaume-Uni, en Ukraine, au Chili, à Singapour, en Afrique du Sud, en Australie, à Hong Kong et au Brésil ....





La réputation de la marque Infiniti s'appuie sur des notions de qualité de finitions et de service, ainsi que de fiabilité. Plus d'un million de voitures ont été vendues aux États-Unis depuis sa création en 1989. En 2010, la marque japonaise noue un partenariat avec Mercedes. Le réseau mondial d’Infiniti comprend plus de 200 revendeurs dans 17 pays dont environ 80 en Europe. Malgré tout, la distribution de la marque en Europe n'est pas une priorité, et reste donc confidentielle. Finalement, en mars 2019, le constructeur annonce son retrait de l'Europe pour le début 2020, afin de se concentrer sur les marchés de l’Amérique du Nord, la Russie et la Chine ....





A partir du premier avril de cette année la marque Premium de Nissan, pliera donc ses bagages et quittera définitivement l’Europe occidentale. Il est vrai que sa démarche commerciale en Europe restait assez discrète car Infiniti ne participait pas aux salons de l’auto et n’a donc jamais pu profiter de cette formidable vitrine pour vendre ses voitures. Le patron de la marque Trevor C. Hale a annoncé en début d'année dans un communiqué envoyé à ses clients, agents et partenaires un plan de restructuration visant à concentrer la marque sur ses marchés les plus porteurs, à savoir l’Amérique du Nord et la Chine ....





Autrement dit, ce plan de restructuration précise qu'à cette échéance Infini cessera ses activités commerciales dans les pays suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, France, Pays-Bas, Hongrie, Italie, Luxembourg, Pologne, République tchèque, Royaume-Uni et Suisse. Dans son communiqué, la firme rappelle son souhait d’électrifier sa gamme à l’horizon 2021. Le constructeur déclare vouloir mettre davantage l’accent sur la gamme de SUV en Amérique du Nord et introduire cinq nouveaux modèles en Chine au cours des cinq prochaines années ....





En ce qui concerne le service après vente, celui-ci sera entièrement repris par quelques concessions Nissan qui doivent encore être désignées par l’importateur. Au grand dam du réseau de distribution qui cessera ses activités en mars 2020, ce renoncement offre, au final, un parfait cas d’école. Pour espérer poser sa griffe sur le très disputé segment du « premium » et le non moins exigeant marché européen, un discours marketing, fût-il bien senti, et un design original, même bigrement efficace, ne sauraient suffire ....





Pour percer, il aurait fallu proposer des arguments technologiques percutants et plus lisibles, renouveler la gamme avec moins de parcimonie, coller davantage au boom des SUV. Au lieu de quoi, Infiniti n’a jamais atteint le seuil de notoriété qui lui aurait permis de faire autre chose que de la figuration. Dès 2021, la marque va électrifier son portefeuille, cessera d’offrir du diesel et concentrera ses ressources sur ses principales opportunités. La société mettra davantage l’accent sur sa gamme de SUV en Amérique du Nord, introduira cinq nouveaux véhicules en Chine au cours des cinq prochaines années, travaillera à l’amélioration de la qualité des ventes et de la valeur résiduelle, et réalisera davantage de synergies avec Nissan. Tout ceci fait partie de la vision de la firme pour le futur ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images
- © Infiniti - © AutoPlus - © Motor1




JPBlogAuto

vendredi 13 mars 2020

Le guide de la Formule 1 pour 2020









Le championnat du monde de Formule 1 de 2020 en est à sa 71e édition et comporte pour la première fois vingt-deux Grand-Prix dont le retour du Grand Prix des Pays-Bas à Zandvoort et l'apparition du Grand Prix du Vietnam sur le circuit urbain de Hanoï, tandis que la manche allemande à Hockenheim disparait du calendrier. La course d'ouverture a lieu comme de tradition sur le circuit de l'Albert Park de Melbourne pour le Grand Prix d'Australie le 15 mars, et le championnat s'achève le 29 novembre par le Grand Prix d'Abou Dabi sur le circuit Yas Marina ....




Concernant les écuries du plateau ça avait été un peu animé en 2019 avec Red Bull qui passait chez Honda à l’instar de l’écurie fille Toro Rosso. Renault prenait officiellement le nom de Renault F1 Team et Haas signait un partenariat inédit avec Rich Energy, entre autres. En 2020, cela bouge logiquement assez peu, Mercedes prend la dénomination sportive Mercedes-AMG Petronas Formula One Team. Afin de faire la promotion de la marque de prêt-à-porter, appartenant au groupe Red Bull, la Scuderia Toro Rosso est renommée Scuderia AlphaTauri. Avec l'arrivée du pilote polonais Robert Kubica qui devient pilote de réserve, PKN Orlen est sponsor-titre de l'écurie Alfa Romeo Racing, renommé commercialement Alfa Romeo Racing Orlen. En effet, les règles ne changent que très peu par rapport à 2019. Les changements plus profonds dans les écuries ne viendront qu’à partir de 2021 avec un nouveau règlement technique complètement remanié ....


* / MERCEDES-AMG PETRONAS MOTORSPORT :



Dans les écuries F1 2020, voici la championne du monde en titre, pour la sixième fois consécutive. Avant le retour en 2010 de Mercedes, il fallait remonter à 1955 pour voir des Flèches d’Argent sur la grille d’une manche de F1. L’arrivée en 2014 des V6 change la donne et pour cause : Mercedes a raflé tous les titres constructeurs et pilotes depuis 6 ans, un record parmi tant d’autres ....


* / SCUDERIA FERRARI MISSION WINNOW :



la Scuderia fait partie du patrimoine historique de la F1. La ferveur autour de l’écurie d’Enzo Ferrari est forte à travers le monde. Les tifosi sont toujours au rendez-vous et le Grand Prix d’Italie vaut d’être vécu en rouge ! Elle fait également rêver bien des pilotes qui souhaiteraient la rejoindre. C’est tout simplement l’écurie la plus titrée et Schumacher est intimement lié à la gloire de Ferrari ....


* / ASTON MARTIN RED BULL RACING :



En 2010 c’est la consécration : avec la patte de Newey et le pilotage de Vettel, Red Bull gagne les titres constructeurs et pilotes de 2010 à 2013. L’arrivée des V6 et les difficultés de Renault avec son moteur laisse la place aux moteurs Honda. Un pari plutôt gagnant, le moteur Honda n’étant pas complètement à la rue et permettant d’offrir des victoires et podiums à Verstappen ....


* / MCLAREN F1 TEAM :



McLaren est probablement l’une des écuries les plus populaires auprès des fans. Il s’agit d’une des écuries les plus titrées du plateau et présente en continu depuis 1966. Fondée par le mythique pilote Bruce McLaren au début des années 60, l’écurie a survécu au-delà de sa mort. McLaren est à son sommet au milieu des années 80 jusqu’au début des années 90 et nous a offert l’une des luttes les plus intenses de l’histoire de la F1 avec le duel Prost-Senna ....


* / RENAULT F1 TEAM :



La première Renault entre en F1 en 1977 avec l’introduction du V6 turbocompressé. Le losange obtint 2 titres constructeurs avec Alonso en 2005 et 2006. Motorisant Red Bull, Renault participe au succès de la boisson énergisante entre 2010 et 2013. Après un retrait entre 2012 et 2015 au profit de Lotus, Renault revient en tant que constructeur. En 2018, ils terminent 4e du classement constructeurs. Après avoir signé Ricciardo en 2019, Renault continue sa reconstruction avec un vent de fraîcheur suite à l’arrivée d’Ocon ....


* / SCUDERIA ALPHA TAURI HONDA :



Parmi les écuries F1 2020, elle constitue le Junior Team de Red Bull. la saison 2019 a permis de glaner deux podiums supplémentaires sous le nom de Toro Rosso grâce à la 3e place en Allemagne de Kvyat et la 2e place de Gasly au Brésil. Cela permet à cette équipe de terminer 6e du classement des constructeurs. A partir de 2020, l’écurie se nomme AlphaTauri, qui est la marque de vêtements détenue par Red Bull, la principale nouveauté parmi les écuries F1 2020 ....


* / BWT RACING POINT F1 TEAM :



En 2018, les déboires financiers du propriétaire indien, et les dettes s’accumulant, se concluent par le rachat de l’écurie par Lawrence Stroll, qui renomme l’écurie Racing Point et y propulse son fils. Si les résultats ne sont pas présents en 2019, 2020 montre de très fortes similitudes de conception entre la Racing Point et la Mercedes ....


* / ALFA ROMEO RACING ORLEN :



Sauber démarre son aventure en F1 au début des années 90. Fondée par Peter Sauber, l’écurie est toujours présente, malgré quelques soubresauts. L’arrivée de Fred Vasseur au sein de l’organigramme permet d’éviter l’accord avec Honda pour 2018 et de renforcer son partenariat avec Ferrari. Ce partenariat se confirme alors avec l’arrivée d’Alfa Roméo comme partenaire principal, qui prend officiellement la place de Sauber dans le nom du team en 2019 ....


* / HAAS F1 TEAM :



De l’autre côté de l’Atlantique, Haas est une institution du sport automobile, notamment en NASCAR. Arrivé en 2016 en F1, l’écurie se lie avec Ferrari et achète le maximum de pièces autorisées. L’année 2019 était source d’espoir avec un fort partenariat entre Haas et Rich Energy, boisson énergisante. Mais le partenariat tourne au fiasco. L’écurie espère remonter dans le rang parmi les écuries F1 2020 ....


* / ROKiT WILLIAMS RACING :



Williams, à l’instar de Ferrari ou McLaren, fait partie du patrimoine historique de la F1. L’écurie fondée par Sir Frank Williams possède un riche passé. Basée à Grove, l’écurie britannique a brillé dans les années 80 et 90, en étant régulièrement prétendante au sacre. Mais les années 2000 s’avèrent plus compliquées avec une lente descente aux enfers. Résultat, une saison 2019 en dernière position tournant à plus de deux secondes des autres voitures ....





En ce qui concerne les pilotes, en 2019 cela avait bougé de manière quasi inédite chez pratiquement toutes les écuries, excepté chez Mercedes et Haas. Il faut dire que le départ surprise de Ricciardo de Red Bull pour rejoindre Renault avait créé un effet boule de neige. Ajoutons également le départ d’Alonso qui s’est éloigné de la F1 pour tenter l’aventure américaine en IndyCar, et le retour de Räikkönen chez Sauber qui a apporté de la fraîcheur. La moisson des pilotes F1 2020 a par conséquent, peu évolué. Albon, arrivé en milieu de saison chez Red Bull, Kubica et Hülkenberg sont partis. Au final, ce sont huit écuries sur dix qui conservent le duo de pilotes qu’elles avaient en fin de saison 2019. On note surtout le retour d’Ocon en F1 chez Renault et l’arrivée du rookie Latifi chez Williams ....





Le calendrier 2020 a été validé par le conseil mondial de la FIA le 4 octobre 2019, avec des réserves concernant l'homologation des circuits de Zandvoort et du tracé urbain de Hanoï. L'épidémie de Maladie coronavirus 19 dont l'épicentre se trouve en Chine, provoque le report à une date ultérieure du Grand Prix sur le circuit de Shanghaï qui devait avoir lieu le 14 avril. « Tous les acteurs vont prendre le temps nécessaire pour étudier la viabilité d'une nouvelle date pour le Grand Prix de Chine, plus tard dans l'année, si la situation s'améliore », indique le communiqué publié le 12 février 2020 par les instances dirigeantes de la Formule 1. Mais pour l'instant le plus important est de savoir si le premier Grand Prix de la saison en Australie va bien avoir lieu ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - AutoHebdo © - MotorSport





JPBlogAuto

vendredi 29 mars 2019

L'inévitable rapprochement entre la Formule 1 et la Formule E











Tous les passionnés de compétition automobile sont bien conscients que la pollution inquiétante qui règne sur les grandes villes, le réchauffement climatique, les émissions toxiques et d'autres facteurs liés à l'environnement sont très inquiétants pour la planète et menacent forcément le sport automobile dans son ensemble. Signe des temps, dans les travées du dernier Salon de Genève, on ne parlait que de motorisation électrique dans l’industrie avec les conséquences que l’on devine pour l’avenir du sport automobile ....





Le Championnat FIA de Formula E célèbrera le cinquantième E-Prix de sa jeune histoire ce week-end à Hong Kong, tandis que le cap du millième Grand Prix de Formule 1 sera atteint mi-avril, également en Chine, à Shanghaï. Grande puissance émergente du 21ème siècle, la Chine va exercer une influence grandissante sur le futur du secteur en représentant un marché énorme. La plupart des constructeurs y sont déjà présents et les consommateurs chinois vont dicter les grandes tendances de l’évolution de l’automobile dans les années à venir ....





Du coup, l’industrie automobile s’est engouffrée dans la brèche en pariant sur le tout-électrique, a fortiori dans la foulée du « diesel gate », et donc en orientant forcément la production vers des véhicules propres, autant que possible, et en privilégiant les motorisations électriques et/ou hybrides. Ainsi les grandes marques se positionnent dans le sport en fonction de cette tendance comme Peugeot qui s’est retiré du World RX car son passage à l’électrique a été retardé, ou Citroën qui menace d’en faire autant en WRC si les rallyes n’épousent pas la bonne cause écologique et même DS qui fait déjà partie des dix constructeurs impliqués en Formula E ....





On peu déjà constater que parmi les grandes marques présentes en Formule 1, Mercedes a déjà décidé de s’engager en Formula E dès la saison prochaine (avec HWA Racelab en poisson-pilote cette année) dans la foulée de ses concurrents allemands Audi, BMW et bientôt Porsche alors que Renault a cédé le flambeau à Nissan pour défendre les couleurs de l’Alliance dans le championnat électrique. Car pour les grands acteurs de l’industrie, le sport automobile a une raison d’être non seulement en matière de recherche et développement mais aussi sur le plan du marketing ....





Dans ce contexte, la Formule E tient le beau rôle avec un temps d'avance au détriment d’une Formule 1 qui doit se réinventer, elle dont le modèle économique obsolète met l’avenir de la discipline en danger. Le nouveau détenteur des droits commerciaux des Grands Prix, Liberty Media, peine à fédérer les écuries autour d’un projet à long terme rendant le sport à la fois économiquement et écologiquement correct. Car on sait déjà que cette problématique d’image va naturellement influencer les constructeurs dans les années à venir avec une production de masse basculant progressivement vers l’électrique d’ici 2030 ....





Dans un avenir assez proche, que va donc devenir le sport auto ? La Formule E n’a que cinq ans, mais que de chemin parcouru et quel potentiel prometteur depuis le premier E-Prix à Pékin ! La Formule 1, créée en 1950, va vers son millième Grand Prix, et pourtant c’est son avenir qui est incertain. Même si on ne peut pas du tout comparer les deux disciplines tant les monoplaces électriques sont loin de la redoutable efficacité des machines de Grand Prix, les considérables ressources déployées pour améliorer le rendement des batteries fera à terme converger les deux compétitions ....





Alors que la Formule 1 s’enferme dans un statu-quo en motorisation hybride pour avoir été incapable d’attirer un ou plusieurs nouveaux constructeurs pour la période post-2020, tôt ou tard, pensent beaucoup d’observateurs avertis et de spécialistes confirmés, les progrès technologiques vont rapprocher les performances des deux formules et l’éventualité d’une fusion s’imposera donc en toute logique ....





Pour étayer ces propos on sait déjà que les mêmes acteurs économiques sont aux manettes des deux côtés avec Liberty Global, le groupe Discovery et Liberty Media. La seule incertitude qui plane encore, c'est "quand" interviendra cette croisée des chemins, que d’aucuns estiment inévitable, et c’est la grande question à suivre, évidemment ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © FIA - © Formula1
- © FormulaE - © AutoHebdo - © F1i - © Pierre Van Vliet





JPBlogAuto

mercredi 31 octobre 2018

Berlinette Magazine









Berlinette Magazine est un magazine automobile français grand public, totalement indépendant, haut de gamme, fait par des passionnés, qui s’adresse à des lecteurs très éclairés et passionnés eux aussi des marques Alpine et Renault. Lancé en Février 2004 par le Groupe Hommell le magazine est édité par la Société Française d’Édition et de Presse (SFEP), dont le siège social est 48/50 Boulevard Sénard à Saint Cloud ....





Berlinette Magazine, avec quasiment 15 ans d'existence, est le plus ancien magazine spécialisé de la marque Alpine en Europe qui est au cœur de la passion Alpine et Renault sportive internationale. Ce magazine publie tous les 2 mois pour les amateurs des infos sur la marque avec en particulier des sujets historiques et d’actualités proposés aussi bien par leurs historiens, que par les acteurs de la saga ou même par les lecteurs gardiens du temple ....





C'est en fait le seul magazine de langue française vendu en kiosque qui propose, outre les dernières nouveautés systématiquement présentées à l'essai, aussi du design, du sport, de l'évasion, de la technique et même de gros dossiers thématique, sans oublier bien sur le côté sportif de la marque fondée par Jean Rédélé ....





Le directeur de la publication Michel Hommell et le directeur général de la revue Jean-Claude Lebon s'accordent à dire que : " Berlinette Magazine est certainement le bimestriel parmi les plus appréciés des passionnés d’Alpine et Renault sportives par la qualité de ses articles ". En effet la revue propose un historique de la marque des plus exhaustif vraiment très apprécié des lecteurs, car grâce à une solide expérience et d’importantes archives les sujets dédiés aux hommes et aux voitures sont traités en profondeur ....





Parce qu'on a toujours besoin d'un conseil, d'un avis, ou même de pouvoir comparer différents modèles, Berlinette Magazine devient une aide précieuse qui permet au néophyte de mieux comprendre et appréhender la marque Alpine. En effet, la revue va à la rencontre des futurs propriétaires en développant en profondeur les sujets sur les pièges à éviter lors de l’achat d’un véhicule, mais aussi en épluchant le coût d’entretien et les bons « tuyaux » pour une acquisition sans soucis ....





Berlinette Magazine a bien un positionnement "premium" et propose une maquette moderne et claire qui à évoluée au fil du temps. Ce succès est incontestablement due à l'image de marque et la passion que véhicule la firme Alpine, mais aussi grâce à ses rédacteurs qui sont des journalistes automobiles compétents comme par exemple Jean-Jacques Mancel, Pierre Veneau, Fabrice Kalebjian, Thierry Liban, Stéphane Blatter, Philippe Fugier, ou Edmund Iniesta et à leurs articles pointus qui sont complétés par des photos de grande qualité ....





La bonne qualité du papier et de la couverture donne a Berlinette Magazine une belle allure générale plutôt classieuse. Si la publicité est présente comme dans tous magazines modernes, elle n'est pas envahissante et la plupart du temps colle au thème de l'automobile autant que possible. Le sérieux de la revue n'est aujourd'hui plus à démontrer. Pas une Alpine, qu'elle soit de route ou de course, n'a eu au moins droit une fois à un essai ou un comparatif ! Les avis des journalistes, véritables experts de la marque, n'en sont que plus précieux. La revue se veut être véritablement au cœur de la machine ....





En Juillet 2018, Berlinette Magazine vient de publier son numéro 87 qui est maintenant reconnu comme un gage de sérieux et de qualité ou on se sent à l’aise. Ce magazine au format A4 de 82 pages de papier glacé épais, avec des photos de bonne qualité, des articles fouillés, des pages bien documentées et dont la lecture est très agréable est plutôt luxueux. Les collectionneurs avertis et passionnés se délecteront de trouver une foule de précisions et de détails sur leurs belles agrémenté de superbes photos témoins. Au final c'est un rendez-vous à ne pas manquer, tous les deux mois, le rendez-vous de votre " Passion Alpine " ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Berlinette Mag © - Éditions Hommell






JPBlogAuto

- page 1 de 19