Les engins divers insolites

Fil des billets

vendredi 20 août 2021

Beltoise BT01 - 2021













Née de l’héritage d’un grand pilote, Jean-Pierre Beltoise, associée à la passion de ses fils Julien et Anthony, la société « Beltoise eTechnology » a été créée avec l’ambition de devenir l’un des acteurs majeurs du sport automobile de demain. Pour y parvenir la société à créé une nouvelle marque et le tout premier véhicule GT 100% électrique, conçue pour la compétition et les stages de pilotage. La Beltoise BT01 concilie sport automobile et développement durable ....





Le plus jeune des deux fils du regretté Jean-Pierre Beltoise, a lui aussi été pilote de course, comme son frère Anthony, plus âgé de trois ans, qui écume toujours les circuits en catégorie GT. Aujourd’hui, le benjamin de la famille, Julien, gère le circuit de Haute Saintonge en Charente-Maritime voulu par son père, où se déroulent des stages de pilotage et de sécurité routière, et est confronté à l’image jugée par certains "polluante et bruyante" de cette activité. D’où l’idée de se lancer dans l’aventure de la création d’une GT de course 100% électrique, la Beltoise BT01 ....





C’est un projet 100% bleu-blanc-rouge qui prend forme avec la Beltoise BT01 étudiée par les équipes de Beltoise e-technology, l’entreprise créée par Julien Beltoise. En effet, Spark Racing Technology s’est chargée de la conception de cette GT “à piles” et son assemblage sera réalisé dans les ateliers du pôle mécanique de Haute-Saintonge en Charente-Maritime. A l’horizon 2023, un championnat monotype devrait ainsi voir le jour, ceci en support d’autres épreuves comme la Formula E ....





Spark Racing Technology, la société crée et dirigée par Frédéric Vasseur basée en région parisienne, est le concepteur des Formula E et Extreme E, rien de moins. Une pointure dans le domaine de la course zéro émission donc. Pour sa Beltoise BT01, Julien Beltoise a voulu un cahier des charges adapté à son activité, les stages de pilotages donc, mais aussi à une éventuelle formule monotype de course en lever de rideau des compétitions internationales, laquelle pourrait être complémentaire, à la future catégorie GT électrique annoncée mi-mai par la FIA ....





Le but de la Beltoise BT01 est donc de proposer des performances comparables à celles des autos de la catégorie GT4 (0 à 100 km/h en moins de 4s) avec, pour l'activité stage de pilotage, une disponibilité de ces performances durant un peu plus de trois heures par jours, le tout étant répartit en une vingtaine de séries de 10 à 12 minutes. Ce qui laisse le temps, pendant le changement de pilote entre deux sessions et avec une recharge rapide, de regonfler partiellement la batterie afin de disposer d'assez d'énergie pour la journée ....





Pour contenir les coûts de conception et de fabrication, les ingénieurs de la belle Beltoise BT01 sont partis d'un châssis tubulaire d'origine Ginetta un petit constructeur de voitures de circuit Anglais, l'ont élargi devant, et adapté derrière l'habitacle pour implanter la motorisation et autres organes électriques. Enfin, pour obtenir une répartition homogène des masses (48% devant, 52% derrière), les 415 kg de batterie sont répartis en 7 modules, quatre implantés à l'avant, un dans le tunnel central, et les deux derniers juste derrière les sièges ....





Beltoise eTechnology prévoit de construire entre 150 et 200 exemplaires de sa Beltoise BT01 sur 5 ans au niveau mondial. Son prix se situerait alors aux alentours des 150.000 euros. « Entre celui d’une Alpine Cup et d’une Porsche Cup », a situé Julien Beltoise. Assemblés au Pôle mécanique de Haute-Saintonge, les premiers exemplaires pourraient être livrés au cours du premier trimestre 2022 ....





Sous le capot de la belle Beltoise BT01 les ingénieurs ont donc implanté une motorisation 100 % électrique qui est en fait confiée à deux moteurs électriques de 290 kW alimentés par sept batteries lithium-ion de 46 kWh, le tout envoyant jusqu’à 394 chevaux sur les seules roues arrière. Avec 430 Nm de couple, et son faible poids de 1.200 kg, cette motorisation est capable d'un 0 à 100 km/h expédié en 4 secondes et de 210 km/h en vitesse de pointe malgré l'absence de rapports de boîte ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : 100 % électrique
  • Moteur : 290 Kw
  • Batteries : 7 lithium-ion de 46 Kw/h
  • Puissance : 394 chevaux
  • Couple : 430 Nm



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Argus
- © Beltoise - © AutoMag - © SparkRacing






JPBlogAuto

vendredi 26 mars 2021

Porsche Taycan Cross Turismo - 2021











La Porsche Taycan est une berline électrique de type coupé commercialisée par le fameux constructeur automobile allemand Porsche à partir de 2019. Il s'agit du premier modèle 100 % électrique du constructeur de Stuttgart. Depuis Mars 2021 cette voiture est dérivée en une toute nouvelle version dite baroudeuse de cinq portes nommée Cross Turismo qui passe donc du type coupé au break ....





Parce que Porsche a pour objectif qu'un véhicule vendu sur deux soit électrique ou hybride rechargeable d'ici 2025, autrement dit demain, le constructeur allemand accélère l'électrification de sa gamme à vitesse grand V. C'est une véritable révolution de palais qui est engagée à Stuttgart et à Zuffenhausen. Pour preuve, celle qui était attendue depuis quelques temps, la version break surélevée de la Taycan, ce premier modèle 100 % électrique de la marque, vient enfin d'être finalement révélée et complète cette gamme voulue de plus en plus électrifiée. Elle est baptisée Porsche Taycan Cross Turismo ....





Il suffit de regarder de profil la Porsche Taycan Cross Turismo pour comprendre l'intérêt du Cross Turismo. Grâce à sa ligne de toit prolongée horizontalement jusqu'aux charnières d'un hayon, ce en qui en fait une carrosserie 5 portes, ce break permet de gagner 47 mm de garde au toit aux places arrière par rapport à la berline. Pour ce qui est du coffre, si son volume ne gagne que 39 litres sous tendelet, il est en revanche beaucoup plus pratique et modulable puisqu'il peut être porté à 1.212 litres une fois la banquette rabattue. Logiquement, avec sa ligne de toit moins fuyante, la version break se veut plus habitable que la berline, mais malgré son profil élancé, on parle bien davantage d'un break de chasse conçu pour les esthètes plutôt que d'un véritable déménageur ....





Le constructeur de Zuffenhausen va proposer, à partir de l’été prochain, avec sa Porsche Taycan Cross Turismo un véhicule capable de prolonger le voyage là où l’asphalte se transforme en chemin boueux ou défoncé et où une berline classique ne peut s’aventurer et qui plus est en 100% électrique. Avec cette déclinaison, le véhicule adopte l'attirail du parfait baroudeur à base de sabots avant et arrière, de protections rapportées sur les passages de roue et les bas de caisse mais aussi de déflecteurs spéciaux aux coins des boucliers et aux extrémités des seuils de portes. Ce pack se complète d’un mode tout-terrain «graviers» qui adapte le châssis et les systèmes électroniques à une évolution en terrain accidenté ....





Destiné à un usage familial et sportif le Porsche Taycan Cross Turismo peut recevoir un système de porte-vélos spécifique développé par Porsche. Ce dispositif a été conçu de telle sorte que le hayon reste accessible, même lorsque des vélos (jusqu'à 3) y sont arrimés. Sur le plan de la chaîne de traction, le Cross Turismo ne prend que le meilleur du Taycan, c'est-à-dire la grosse batterie "Performance Plus" de 93,4 kWh, et la configuration 4 roues motrices à deux moteurs. Avec sa batterie spéciale il peut être rechargé jusqu'à une puissance 270 kW, ce qui autorise la récupération de 100 km d'autonomie en à peine plus de 5 minutes ....





L'habitacle intérieur de la Porsche Taycan Cross Turismo est vraiment très fonctionnel et plutôt axé sur le côté confort afin de satisfaire tout type de client. Le tableau de bord et la console centrale abritent la plupart des instruments et des commandes. Les boutons mécaniques ont presque tous été remplacés par des versions numériques. L’intérieur paraît ainsi très épuré et vraiment moderne. Il en va de même pour les écrans haute définition qui remplacent autant que faire se peu les anciens compteurs analogiques. Il en existe jusqu’à 4 et leur utilisation est intuitive, directe et permet de rester concentré, comme on peut s’y attendre sur une Porsche ....





Quatre versions du Porsche Taycan Cross Turismo seront disponibles dès son lancement. La batterie Performance Plus, d’une capacité totale de 93,4 kWh, est toujours montée de série, mais 4 motorisations électriques sont disponibles au choix. En configuration maximum, puissance Overboost avec Launch Control, on dispose de 350 kW soit 476 chevaux, ou 420 kW soit 571 chevaux, ou 500 kW soit 680 chevaux, ou enfin 560 kW soit 761 chevaux. Le châssis haute technologie avec transmission intégrale automatique à 2 rapports et la suspension pneumatique adaptative équipe de série les quatre modèles. L'autonomie (WLTP) est comprise entre 390 et 450 km suivant la puissance moteur utilisée ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : électrique
  • Moteur : 2 moteurs
  • Batterie : 93,4 kWh
  • Puissance : 761 chevaux soit 560 kW
  • Vitesse max : 250 km/h bridé





Porsche Taycan Cross Turismo - 2021 ...



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Porsche - © AutoMoto - © AutoMania - © AutoPropre




JPBlogAuto

jeudi 5 novembre 2020

Volkswagen Golf 8 TGI - 2020











La Volkswagen Golf est un modèle d'automobile lancé par VW en 1974 afin d'amener un véhicule compact de 3,705 mètres de long et à hayon sur le marché. Elle est le troisième modèle à traction de la marque et a était dessinée par Giorgetto Giugiaro, elle sort en 1974 et remporta immédiatement le succès avec 30 millions d'exemplaires tous modèles confondus. Produite en 3 portes, 5 portes, cabriolet, break, ou SUV, elle a était motorisé en essence, diésel, électrique, hybride et même récemment dans sa huitième génération au gaz ....





Officiellement présentée le jeudi 24 octobre 2019, la 8ème génération de la compacte allemande propose en effet une motorisation au gaz naturel. Sous le label TGI, cette nouvelle génération de la Volkswagen Golf reste fidèle à la technologie GNV (Gaz Naturel pour Véhicule). Pour ce gaz la firme allemande a choisi la formule technique du gaz GNC (Gaz Naturel Comprimé) qui offre des avantages comme une consommation de carburant réduite de seulement 4,3-4,1 kg de gaz naturel par 100 kilomètres avec des émissions de CO2 de seulement 117-111 g/km ....





La Volkswagen Golf TGI repose sur une version optimisée de la plateforme de la Golf 7, cette nouvelle Golf arbore des dimensions quasi identiques. Elle mesure 4 284 mm de long, 1 789 mm de large et 1 456 mm de haut pour un empattement de 2 636 mm. Côté design, les changements sont bien plus importants. Si la silhouette de cette nouvelle Golf se révèle proche de sa devancière, la face avant affiche une véritable rupture avec les 7 générations précédentes. Inédites, les optiques se révèlent beaucoup plus étirées. Elles sont complétées par une large bande à LED reliant les deux feux et par une calandre en nid d’abeille ....





A l’arrière, la Volkswagen Golf TGI se dote de nouveau feux et d’un monogramme portant son nom au milieu du hayon. Au final le design demeure reconnaissable et classique, malgré l’adjonction d’une nouvelle signature lumineuse et un pavillon légèrement rabaissé à l’arrière. La barre chromée de la calandre vient rejoindre la signature lumineuse à LED, conférant un regard froncé à la Golf. Les boucliers avant et arrière se restent pour leur part très discrets, mais quelques détails comme les rappels couleur carrosserie à l’avant égayent un peu la présentation autrement bien classique ....





Le profil de la Volkswagen Golf TGI est peut-être ce qui change le moins. A l’exception de la vitre arrière plus inclinée, la Golf 8 reprend quasi exactement la même silhouette que la 7, avec des passages de roue et des bas de caisse marqués. Finalement avec cette huitième génération, l’Allemande se veut plus technologique, un peu plus dynamique, mais toujours aussi statutaire. En somme, Volkswagen a choisi de conserver la même recette et de l’adapter plutôt que de changer de méthode au risque de perdre la fidèle clientèle d’habitués, on ne change pas une équipe qui gagne ....





L'habitacle intérieur de la Volkswagen Golf TGI offre une présentation radicalement repensée. C’est simple, la Golf 7 prend instantanément un gros coup de vieux dès qu’on a goûté à l’habitacle de la 8. La plupart des boutons disparaissent et la majorité des commandes devient tactile ou sensitive. Tout est très bien construit et ajusté, et les matériaux ne souffrent pas la critique. Le système multimédia est très fourni et paramétrable. Bien entendu, la Golf ne fait pas non plus l’impasse sur un combiné d’instrumentation digital qui offre plusieurs affichages différents suivant que l’on veuille mettre en avant des informations comme le GPS, les compteurs ou encore l’ordinateur de bord ....





Sous le capot de la Volkswagen Golf TGI on retrouve donc un bloc quatre cylindres de 1.5 litres de cylindrée, qui développe jusqu’à 130 chevaux de puissance, celui-ci est alimenté par trois réservoirs GNC cumulant 17,3 kilos de capacité et un petit réservoir essence auxiliaire de 9 litres. Ce moteur 1.5 TGI de la Golf fonctionne selon le principe innovant du "Cycle de Miller", un processus de combustion qui permet d’obtenir de faibles émissions de CO2 grâce à son rendement élevé et à un taux de compression de 12,5:1. Dans le même temps, un turbocompresseur de gaz d’échappement à géométrie variable augmente la pression de suralimentation et envoie par conséquent plus d’air dans les cylindres. ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : gaz GNC et essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 1.500 cm3
  • Puissance : 130 chevaux
  • Autonomie : environ 450 km



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Volkswagen
- © Turbo - © AutoMania




JPBlogAuto

vendredi 21 février 2020

Renault Mars II Electric - 1969











Un véhicule électrique est un véhicule dont la propulsion est assurée exclusivement par un ou plusieurs moteurs électriques. Il peut tirer son énergie de ressources embarquées comme une batterie ou une pile à combustible. Les véhicules routiers électriques voient le jour à la fin du XIXe siècle avec Charles Jeantaud qui élabore la "Tilbury" en 1881, puis la "Jamais contente" qui devient la première voiture à franchir les 100 km/h, en 1899. De nos jours pour suivre un des précurseurs Tesla, quasiment tous les gros constructeurs mondiaux proposent un véhicule électrique dans leur gamme. En 2017, la vente de véhicules électriques progresse dans le monde et la Renault Zoe est en tête des ventes, avec 23,8 % du marché européen ....





Au milieu des années 60, un jeune entrepreneur et homme d'affaires américain dynamique, Robert Raymond Aronson, étudia la possibilité de transformer de petites voitures françaises disponibles sur le marché américain à prix modéré en véhicule électrique économique, et cela bien avant le tout premier choc pétrolier. C'était en fait le début de l'aventure de l'automobile électrique sur ce continent avec une marque française Renault ....





Curieusement, ce sont les Américains, qui payaient le moins cher leur pétrole, qui montraient le plus d'inventivité en la matière à cette époque. Aronson avait déjà inventé la batterie plomb-cobalt tri-polaire en 1966 et créé la même année la société EFP (Electric Fuel Propulsion). Le premier test de cette batterie à recharge rapide eut lieu quelques semaines seulement après l'invention d'Aronson dans son usine de la Nouvelle Orléans, en Louisiane ....





Une série de batteries plomb-cobalt fut installée provisoirement dans une Renault Dauphine et testée dès 1966 au Shilstone Testing Laboratory, Inc. de la Nouvelle Orléans, afin de réaliser les premiers essais routiers. Ce véhicule unique révéla des performances étonnantes pour l'époque avec une autonomie de 193 km sur une seule charge, pour une vitesse maximale de 83,6 km/h, un record. Baptisé MARS I, le prototype accélérait de zéro à 65 km/h en 10 secondes ....





La MARS I allait servir de modèle de définition à la Renault MARS II de série, conçue cette fois sur la base d'une Renault 10. La MARS II fut testée par Pennsylvania Power & Light en 1967 et commercialisée peu de temps après. Elle fut produite à 42 exemplaires, dont un seul, apparemment le prototype, subsisterait aujourd'hui en état d'origine au Boyertown Museum of Historic Vehicles. La première MARS II fut vendue le 14 septembre 1967 à la Wisconsin Power & Light (WPL). Comme elle, beaucoup des 42 autres exemplaires furent eux aussi livrés à des compagnies d'électricité, huit exemplaires étant destinés à la Pennsylvania Power Corporation. Un exemplaire vendu à Calgary City Power, au Canada, fut par la suite offert à l'Université de Calgary ....





La Renault MARS II fonctionnait en courant continu 120 volts. L'une des caractéristiques les plus marquantes du véhicule (qui extérieurement est identique à la R10) est le panneau de contrôle mécanique, muni de contacteur métalliques et de "résistors" contrôlant le voltage du courant qui partait vers le moteur. Ce panneau préfigurait les contrôleurs électroniques des générations suivantes de véhicules électriques. Une autre caractéristique surprenante était la présence d'une roue de secours de format européen replacée à l'arrière de la voiture à l'extérieur au dessus du par choc car tout l'espace était occupé afin d'augmenter le nombre de batteries emportées (soit 10 à l'avant et 10 à l'arrière) ....





La Renault MARS II se fit tout d'abord remarquer à l'occasion de deux voyages longue distance, le premier entre Détroit, dans le Michigan, et Washington D.C. en 1967 et le second entre Détroit et Phoenix à l'automne 1967, sous la houlette du Arizona Public Service, à une vitesse moyenne de 85 km/h. Peu de temps après, une série de cinq stations de recharge rapide dans les Holiday Inn de la nationale 1-94, entre Chicago (Illinois) et Détroit, fut mise en place sous le nom de "Electric Car Expressway" (voie express électrique), mais cette expérience n'eut malheureusement pas de lendemain ....





En 1968, la General Motors et le Laboratoire aéronautique de l'université de Cornell entreprit une étude de six mois avec la Renault MARS II, au cours de laquelle il put atteindre une autonomie de 234,6 kilomètres avec une seule charge. Puis le 11 mars 1970, à l'occasion du "Earth Day" (journée de l'environnement), un dénommé Arthur Godfrey conduisit la MARS II sur la nationale 94, depuis l'hôtel Pontchartrain de Détroit jusqu'au Inn West Ann Arbor (également dans le Michigan) soit une distance d'environ 100 kilomètres à des pointes de 110 km/h. Malgré la petite quinzaine de projets électriques à l'époque aux Etats-Unis, l'exploit de Godfrey fut très remarqué et largement médiatisé ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Renault
- © Renault Concepts





JPBlogAuto

- page 1 de 33