Mot-clé - Bertone

Fil des billets

vendredi 6 août 2021

Maserati 3500 GT Spyder Frua - 1959











La Maserati 3500 GT est une automobile de grand tourisme produite par le constructeur Maserati de 1957 à 1964. Elle est le fruit d'une étude de l'ingénieur Giulio Alfieri et construite pour concurrencer les 250 GT de Ferrari. C'est la première Maserati issue d'une construction en série et d'une production industrielle du constructeur italien. Fascinante par son style que beaucoup considèrent comme une véritable réussite, dont « l'homogénéité confère son charme unique à la voiture », la 3500 GT est le premier grand succès commercial de la firme italienne ....





A sa sortie en 1958, la Maserati 3500 GT séduit d'ailleurs le prince Rainier III de Monaco, quelques chanteurs célèbres ou encore les acteurs de cinéma tels que Tony Curtis, Stewart Granger, Rock Hudson ou Anthony Quinn. Le designer en chef de Maserati Giulio Alfieri avait en fait sous-traité à plusieurs carrossiers italiens la conception de la 3500 GT en se réservant la possibilité de choisir la version finale. Lors du lancement à Genève en 1957, une version Allemano et une Touring Coupé sont présentées. Le design de Touring est finalement choisi et la production commence plus tard dans l'année ....





Le pari, assez risqué, de Maserati porte ses fruits puisque la 3500 GT devient rapidement un grand succès commercial qui incite la firme à lancer l’étude d’un modèle Maserati 3500 GT Spyder sur un châssis 3500 GT raccourci. Une nouvelle fois divers carrossiers tentent d’emporter le marché comme Vignale, Touring, Bertone, Allemano, Boneschi ou Frua. La conception finale est assez similaire à celle du coupé ce qui rend le « Spyder » facilement reconnaissable en tant que 3500 GT. La production en série a commencé en 1960 ....





La conception de la Maserati 3500 GT Spyder selon la technique Superleggera chère au constructeur de Modène dont la devise « le poids est un ennemi, et la résistance de l’air un obstacle » résume la philosophie de cette nouvelle Maserati. Tout aussi beau que le coupé, la 3500 GT Spyder remporte de nombreux prix dont celui du prestigieux Concours d'élégance Amelia Island. Les spécialistes et amateurs de sportives s'accordent à dire que le dessin est une véritable réussite. « Remarquable » par son profil équilibré, « agressive » par sa grille de calandre généralement associée à une gueule de requin, ornée de l'imposant trident, emblème de Maserati, « évocatrices de puissance » par ses jantes de 16 pouces ....





La Maserati 3500 GT bénéficie au fil des années de quelques améliorations mécaniques, comme les freins à disques en série à l'avant en 1960, un pont autobloquant et une boîte de vitesses à cinq rapports en 1961. La voiture devient GTI en 1962 avec l'adoption de l'injection indirecte Lucas. La première évolution est présentée au salon de Genève de 1962 sous l’appellation de coupé « S ». Cette 2 + 2, dont la silhouette sportive et trapue a été dessinée par Vignale, deviendra ensuite la Sebring. Construite sur l’empattement du cabriolet, donc plus courte que la 3500 GT, la voiture verra sa cylindrée passer à 3,7 litres, puis à 4 litres ....





L'habitacle intérieur de la Maserati 3500 GT Spyder est vraiment très luxueux et plutôt cossu, remarquable par l'excellence de sa finition. La position de conduite est agréable et les sièges en cuir assurent un bon confort. À l'image des modèles précédents, le volant conserve les classiques trois branches au cœur arborant le trident Maserati. Cinq petits cadrans circulaires, ampèremètre, température d'eau, jauge d'essence, pression et température d'huile sont disposés sur le tableau de bord, autour de la colonne de direction. Le tachymètre et le compte-tours, dont la zone rouge est graduée à partir de 5.000 tr/min, sont quant à eux disposés de part et d'autre de ces cinq cadrans ....





Pratiquement quatre fois moins coûteuse en production que les Ferrari concurrentes, la Maserati 3500 GT a été produite à 2.223 exemplaires dont 242 spyders. Cette première Maserati de route a permis au constructeur transalpin de sortir de ses difficultés économiques et de s’orienter vers une nouvelle production de routières ‘grand tourisme’ puissantes et raffinées visant l’élégance et le luxe sans trahir l’héritage sportif de la marque ....





Sous le capot de la belle Maserati 3500 GT Spyder Frua les ingénieurs de la marque chargés de la technique ont choisi le six cylindres en ligne directement dérivé de celui de la 350 S « sportsracer », qui était lui-même basé sur les moteurs de la monoplace 250 F très réussie et de la sportive 300 S. Aménagé pour un usage routier et une fiabilité garantie, le moteur de 3.485 cc de cylindrée, à double allumage, alimenté par trois carburateurs Wéber 42 DCOE, développe une puissance maxi de 220 chevaux à 5.500 t/mn. Grâce à son rapport alésage / course « carré » le moteur dispose d’un fort couple à bas régime de 343 Nm à 3.500 t/mn. Accouplé à une boîte de vitesses à quatre rapports, le « six » est monté dans un châssis tubulaire allégé qui permet d'atteindre les 230 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 6 en ligne
  • Cylindrée : 3485 cm3
  • Puissance : 220 chevaux à 5500 t/mn
  • Couple : 343 Nm à 3.500 t/mn



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Artcurial
- © Maserati - © JP Echavidre - © Frua - © StubsAuto





JPBlogAuto

vendredi 28 mai 2021

Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta - 1953











La marque automobile Stanguellini, aujourd'hui disparue, est une ancienne société de construction mécanique italienne située à Modène qui s'est autrefois particulièrement distinguée dans le secteur de la compétition motocycliste et automobile. Cette marque naît en 1900 de la passion de son créateur Francesco Stanguellini pour le sport mécanique. Dans les premières années du XXe siècle, la marque prend de l'importance en participant à ses premières courses motocyclistes puis d'automobiles. En 1936, la société entre dans une production de modèles dérivés de châssis de Fiat et Maserati ....





En 1937, la marque forme une première équipe de compétition automobile qui débute par une série de victoires jusqu'à remporter la première place de classe au 12e Mille Miglia en 1938 avec une Stanguellini 750, obtenant ainsi une belle reconnaissance au niveau international. Dès le début des années 50, forte de ses succès, la marque Stanguellini va se rapprocher de la fameuse Carrosserie Bertone pour commencer à concevoir ses propres modèles de voitures de tourisme ....





Après la Seconde Guerre mondiale, l'Europe se remet lentement de ses blessures. L'économie redémarre mais avec la reprise des productions d'avant guerre. C'est à cette période que Stanguellini va entamer une astucieuse collaboration avec le célèbre designer Franco Scaglione, qui était alors le patron du style du carrossier Bertone. Cette étroite collaboration va finir par la production de quelques modèles d’exception sur la base de voitures Fiat dont ils s’efforcent d’améliorer tous les composants ....





L'étonnante Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta est radicalement différente de tout ce qui existe à cette époque car chez Bertone, Franco Scaglione produit certains des designs les plus audacieux du moment. À bien des égards, la voiture présentée ici incorpore des traits spécifiques inédits. Une lunette arrière en deux parties, un profil arrière élégant, une calandre entièrement intégrée avec des phares et des petits ailerons incurvés sur les ailes arrière offre un design novateur spécifique jamais vu .…





L'insolite Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta a pour base le sous bassement de la plate-forme entièrement en acier de la Fiat 508C. Pour ce qui est de la carrosserie, les panneaux de portes, le capot et le couvercle de coffre arrière sont fabriqués en aluminium par la Carrosserie Bertone. Plus tard ce sera la plate-forme Fiat 1100/103 qui sera utilisée en lieu et place de la 508C car Stanguellini était toujours sensible aux performances et donc presque tous les composants ont été mis à niveau pour ces voitures afin d'offrir le meilleur essai routier possible ....





Alors que la plupart des efforts de la firme italienne se sont concentrés sur les applications de compétition, un nombre limité de voitures de route portaient également le badge Stanguellini. Cette rare Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta était de celles la et en prime elle bénéficiait des améliorations les plus pointus de la compétition. Ainsi la suspension avait été notablement amélioré à l'avant en devenant indépendante mais aussi avec un essieu arrière direct et des ressorts à lames semi-elliptiques amortis. Le système de freinage avait été lui aussi grandement revu avec l'adoption de freins à tambour hydrauliques plus puissants aux 4 roues ....





À l’intérieur de la belle Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta on trouve une superbe sellerie en cuir bicolore qui s'harmonise parfaitement à la couleur de la carrosserie. La planche et le tableau de bord sont plutôt minimaliste car l'esprit de compétition règne mais complet et bien agencé. Les compteurs, voyants, accessoires et interrupteurs de commande sont bien placés, bien lisibles et suffisants pour le bon fonctionnement de la mécanique ....





La mécanique de la Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta est donc un moteur d'origine Fiat. C'est un moteur à 4 cylindres en ligne à soupapes en ligne de 1089 cm3 alimenté par un carburateur Weber 40DCO3 simple corps et doté d’un collecteur d'admission spécial et d’une culasse à haute compression. Ce moteur modifié, après être passé dans les mains des ingénieurs chez Stanguellini développe environ 95 chevaux à 7.300 t/mn. Accolé à une transmission manuelle à 4 rapport, ce moteur permet avec le poids léger de la voiture d'avoisiner les 200 km/h en vitesse de pointe, un chiffre plutôt impressionnant à l'époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres en ligne
  • Cylindrée : 1.089 cm3
  • Puissance : 95 chevaux à 7.300 t/mn
  • Vitesse : environ 200 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Stanguellini
- © JP Echavidre - © Coachbuild - © Supercars - © Bertone






JPBlogAuto

vendredi 18 décembre 2020

Ferrari 212 Inter Ghia Coupe - 1952











Dès le moment ou Enzo Ferrari a quitté son employeur Alfa Romeo en raison d'un désaccord avec le directeur technique espagnol et ait créé sa propre entreprise, il savait qu'il devrait se lancer dans la construction de véhicules pour le marché. C'est ce qu'il a fait mais il n'a pas construit que des voitures ordinaires, il a construit des voitures qui sont devenues pour la plupart mythiques. Sa société des automobiles Ferrari fondée en 1947 et basée à Maranello, dans la province de Modène a produit depuis ses débuts un grand nombre de modèles tant pour la route que pour la compétition ....





A partir de 1947 jusqu'en 1951, les modèles produits seront différentes variantes de la 166 et de la 195. Mais à partir de 1951 et jusqu'en 1953 la Ferrari produite sera l'étonnante 212. C'est à cette époque que la firme utilise dorénavant l’appellation "Inter" pour ses modèles les plus raffinés et destinés principalement à un usage routier, contre "Export" pour ses modèles sport. La Ferrari 212 Inter est présentée pour la toute première fois en octobre 1951 au salon de Turin ....





Les Ferrari 212 Inter sont en fait, comme c'était d'usage à l'époque, livrées aux carrossiers sous la forme de châssis roulants que le client peut équiper suivant tous ses souhaits possibles dans le domaine de la garniture intérieure. De ce fait il n’y aura, en fait, pas deux modèles identiques. Les carrossiers utilisés par Ferrari à cette époque sont presque tous italiens, Touring, Vignale, Stabilimenti Farina, Bertone et Ghia. Le modèle le plus populaire sera le coupé Touring et l'un des plus rare le coupé Ghia ....





La Ferrari 212 Inter Ghia Coupe est un modèle unique et vraiment rare construit à seulement 73 exemplaires qui a fait ses débuts comme show-car de la marque. Le carrossier Ghia se démarquera dans sa conception des autres carrossiers concurrents en adoptant un style Fast-back cher à la maison et déjà utilisé sur d'autres modèles, avec désormais une calandre ovale classique et dès custodes de forme plus allongée. Ses ailes harmonieusement fines mais galbées sont propice à l'adoption d'une peinture de carrosserie bicolore ....





Le succès en compétition des Ferrari 212 est immédiat. En 1951 Vittorio Marzotto gagne le Tour de Sicile. La "Coupe Inter Europa" est gagnée par Luigi Villoresi, tandis que Gianni Marzotto gagne la "Coupe de Toscane". Néanmoins, la plus importante victoire sera celle de la célèbre Carrera Panamericana, toujours en 1951. La voiture conduite par Luigi Chinetti et Piero Taruffi terminera première, avec un doublé réalisé par Alberto Ascari et Luigi Villoresi qui finissent second. Ce fût alors un très bon coup médiatique pour Ferrari qui cherchait à se faire une réputation sur le riche marché nord américain ....





Cette propulsion était assez bien équilibrée avec une position du moteur longitudinal avant. Avec son poids de 1000 kg seulement, la 212 affiche un rapport poids/puissance de 6,1 Kg/ch qui, aujourd'hui encore, inspire le respect. Pour faciliter le processus de confection de la carrosserie en aluminium, le tableau de bord était constitué dans une tôle plate avec deux grands trous au milieu où étaient installés l'indicateur de vitesse et le compte-tours. Elle est équipée également d’un embrayage mono disque, d’un allumage bobine à deux distributeurs. Le freinage est assuré par des freins tambours à commande hydraulique aux quatre roues. Les suspensions sont à roues indépendantes à l’avant et à pont rigide à l’arrière, avec double ressorts à lames semi elliptiques et longitudinaux ....





Pour ce qui concerne le look de la Ferrari 212 Inter Ghia Coupe, le capot moteur est dominé par une calandre ovale avec une grille à maille rectangulaire. Les phares sont incorporés dans la bordure de la calandre au lieu de l’extrémité des ailes ce qui procure un côté allégé plus élégant. Les roues à rayon Borrani chromées complètent à merveille le profil de la voiture. , le cuir de l'habitacle, rendent cette grand tourisme très luxueuse ....





L'habitacle intérieur de la Ferrari 212 Inter Ghia Coupe est vraiment très luxueux entièrement gainé de cuir de haute qualité avec des surpiqures et des gances de couleur. Un superbe volant alu cerclé de bois équipe le bolide. C'est la grande classe. Avec un habitacle lumineux à montant fin et ses surfaces vitrées importantes, l'intérieur est clair. Le savant mélange de cuir et de moquettes de l'habitacle, rendent cette grand tourisme très luxueuse. Cette Ferrari est dotée d'un intérieur particulièrement somptueux qui regorge de détails ergonomiques bien pensés ....





Sous le capot de la belle Ferrari 212 Inter Ghia Coupe les ingénieurs de la marque l'ont équipée d’un moteur V12 à 60° de 2.563 cc de cylindrée alimenté par trois carburateurs Wéber 36 DF3 développé et mis au point par le sorcier maison Gioachino Colombo. Il développe une puissance maxi de 170 chevaux à 6.500 t/mn pour un couple de 186 Nm à 5.000 tr/mn. Accouplé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapport, ce moteur permet à la voiture d'un poids contenu d'une tonne d’atteindre la vitesse de pointe de 200 km/heure. ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : V12 à 60°
  • Cylindrée : 2563 cm3
  • Puissance : 170 chevaux à 6.500 t/m
  • Couple : 186 Nm à 5.000 tr/mn





Ferrari 212 Inter Ghia Coupe - 1952 ....



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Ferrari - © JP Echavidre - © ArgusAuto




JPBlogAuto

vendredi 16 octobre 2020

Lamborghini Marzal Bertone - 1967











On ne présente plus la marque Lamborghini ce constructeur automobile fondé en 1963 par l'industriel Ferruccio Lamborghini installé à Sant'Agata Bolognese en Italie. Ayant fait fortune en à peine dix ans dans la construction de tracteurs agricoles, Ferruccio décide d'assouvir sa passion pour les « belles mécaniques » et les GT italiennes. Désireux de produire des automobiles plus performantes, plus sophistiquées et plus fiables que les Ferrari et Maserati, il fonde, le 30 octobre 1963, la firme Automobili Lamborghini spécialisée dans la production de voitures sportives de prestige ....





La Lamborghini Marzal est un concept-car présenté au salon international de l'automobile de Genève 1967 et réalisée dans le but d'évaluer le design d'une voiture à quatre places pour compléter la gamme, conçue par la Carrozzeria Bertone pour Lamborghini. Le design de ce coupé quatre places est réalisé par Marcello Gandini. Elle se distingue par de vastes portes papillons permettant d'accéder aux places avant et arrière et par une custode arrière garnie de persiennes hexagonales tout comme les instruments du tableau de bord ....





La Lamborghini Marzal a été conduite en public pour la première fois par la princesse Grace et le prince Rainier III lors du Grand Prix automobile de Monaco 1967. Cette étonnante voiture est en fait le résultat d’une étroite collaboration entre Bertone et Lamborghini. En effet, c’était la concrétisation d’une ambition commune partagée par Nuccio Bertone et Ferruccio Lamborghini de donner naissance à une vraie GT avec des sièges confortables pour quatre personnes, offrant bien sur de hautes performances tout en redéfinissant le concept même du véhicule de grand tourisme ....





La Lamborghini Marzal est une voiture avec un habitacle très lumineux car comme le pavillon, les portes sont en verre pour donner à la cette GT innovante une atmosphère aérée à l'intérieur avec une surface vitrée totale de 4,5 mètres carrés. Parmi les autres caractéristiques de style notables, on peu citer l'utilisation répétée du thème hexagonal, visible dans les persiennes arrière en nid d'abeille, le tableau de bord, le volant et les sièges, ainsi que les roues Campagnolo redessinées. Malgré ces choix pour le moins originaux, le design sera bien reçu et par le public et par la presse spécialisée ....





La Lamborghini Marzal est construite sur un châssis de Miura, son empattement étant allongé de 120 mm pour fournir l'espace supplémentaire requis pour accueillir une paire de passagers arrière. Encore aujourd’hui le design de cette insolite GT continue de faire école est n'a pas pris une ride. En fait des touches subtiles du dessin de cette voiture peuvent être encore vues de nos jours sur des GT d'autres constructeurs et en particulier la forme hexagonale, qui a été progressivement incorporée dans l’image de la marque Lamborghini ....





L'habitacle intérieur de la Lamborghini Marzal est vraiment très luxueux mais aussi très futuriste, avec un thème hexagonal en nid d’abeille sur le tableau de bord et la console centrale abritant la plupart des instruments et des commandes. Le thème de l’hexagone a été repris même dans la forme générale des coussins et des dossiers des sièges, tandis que leur garniture se distingue littéralement avec une finition grise aluminium très réfléchissante. Le plus impressionnant est que cet intérieur vraiment insolite à l'époque reste finalement très moderne et sophistiqué plus de quatre décennies plus tard ....





Sous le capot de la belle Lamborghini Marzal les ingénieurs de la marque italienne chargés de la technique ont choisi un six cylindres en ligne à double arbre à cames en tête de 2 litres, arrière et transversal conçu à partir d'une rampe de cylindres du moteur V12 de la Lamborghini Miura. Il est retourné donc situé en porte-à-faux arrière et la grille du levier de vitesses est inversée. Surmonté par trois carburateurs horizontaux Weber 40 DCOE, il développe 175 chevaux à 6 800 tr/min avec un couple de 178 Nm à 4600 tr/min et est accouplé à une transmission mécanique à cinq vitesses. Avec un poids plutôt contenu de 1210 kilos, la vitesse de pointe se situe aux alentours de 230km/h ....






Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 6 cylindres
  • Cylindrée : 1965 cm3
  • Puissance : 175 chevaux à 6800 t/mn
  • Couple : 178 Nm à 4600 tr/mn





Lamborghini Marzal Bertone - 1967 ...



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Lamborghini - © JP Echavidre - © Bertone




JPBlogAuto

- page 1 de 14