Mot-clé - GM

Fil des billets

jeudi 14 mai 2020

Michael Mauer - Designer









Michael Mauer est un designer automobile allemand qui est né le 28 juillet 1962 à Rotenburg an der Fulda une petite ville située dans le land de la Hesse et l'arrondissement de Hersfeld près de la frontière Suisse. Depuis tout jeune, il a toujours été intéressé par les voitures, même quand il était adolescent, et il appréciait également l’art et le dessin à l’école ....





Michael Mauer après des études primaires plutôt classiques décroche son baccalauréat au Collège Saint-Blaise en 1981, dans le Bade-Wurtemberg. il va ensuite se diriger vers des études supérieures dans le domaine qui lui plait le plus et il étudie donc le design appliqué au secteur des transports à la célèbre école supérieure de Pforzheim. C'est ainsi qu'en 1986 il va obtenir son diplôme de designer ....








Michael Mauer diplôme de designer en poche va en 1989, rentrer dans le groupe Daimler où il va connaître une progression constante. Il devient chef designer chez Mercedes-Benz à partir de 1995 sous la houlette de Murat Günack ou il dirige une équipe de 33 personnes. Trois ans plus tard, il est appelé au Japon pour diriger le studio de design avancé qui avait été monté à Yokohama en 1992 par le Français Olivier Boulay ....





En 1998 Michael Mauer devient responsable du Studio de design avancé de Mercedes à Tokyo, où il collabore avec Anthony Lo. Finalement après avoir participé à la création de nombreux modèles comme par exemple la SLK, la Classe A, la Classe V ou la SL, on le sollicite de nouveau en Allemagne pour prendre en mains l’équipe de Smart dont il deviendra le directeur du design en 1999 ....





En 2000, Michael Mauer quitte définitivement le groupe Daimler où il avait travaillé sur tous les niveaux de la gamme, de la minimaliste Smart à la très élitiste Maybach. Il est embauché chez le suédois Saab ou il remplace Einar Hareide au poste de directeur exécutif du design. Il est le premier non scandinave responsable du design de la marque pour laquelle il prône un retour à un dessin plus lisse et plus sobre. Il entend donner une nouvelle impulsion à Saab, mais il reste trop peu de temps à Trollhättan pour marquer la firme de son empreinte. Il travaille toutefois sur plusieurs concept cars, notamment la belle Aero X ....





En 2003, Michael Mauer quitte Saab pour être promu directeur du design avancé pour les marques européennes de la General Motors. Il va coordonner dès lors tous les centres de style GM européens mais cette fonction sera aussi de courte durée. En effet en 2004 le talentueux designer se verra offrir un pont d'or pour être recruté par le groupe Volkswagen, une offre impossible à refuser surtout pour un allemand ....





En 2004 le directoire de Audi-Lamborghini-Volkswagen va donc nommer Michael Mauer à la tête du design de la filiale Porsche en remplacement de Harm Laagay. Il va brillamment superviser avec succès la naissance de la Panamera, du Cayenne de deuxième génération, de la Macan, de la Boxster et du concept car 918 Spyder. Il veille aussi à l'évolution du style de la 911 pour laquelle il a remporté le Red Dot Award. En 2015, sans abandonner ses fonctions chez Porsche, Michael Mauer prend la direction du design pour l’ensemble du groupe Volkswagen remplaçant ainsi le jeune retraité Walter de’Silva ....

Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Porsche
© - Michael Mauer © - ParisMatch - © GentlemenDriver





JPBlogAuto

vendredi 27 mars 2020

Bill Mitchell - Designer









Bill Mitchell de son véritable nom William L. Mitchell était un styliste et très talentueux designer américain qui est né le 2 juillet 1912 à Cleveland, dans l'état de l'Ohio, et mort le 12 septembre 1988 à Royal Oak, dans l'état du Michigan. Successeur de Harley J. Earl à la tête du design, Bill Mitchell était aussi vice-président de la General Motors de 1959 à 1977, il est souvent cité aujourd'hui par les spécialistes du design automobile comme une référence ....





Bill Mitchell étais vraiment attiré dans son enfance par les voitures car il était le fils d'un concessionnaire Buick et donc il a développé un talent pour dessiner des automobiles à un âge précoce. Aprés un parcours scolaire assez classique, il a fréquenté le Carnegie Institute of Technology à Pittsburgh en Pennsylvanie, pour ensuite s'orienter vers une école d’art plutôt réputée à l'Art Students League de New York, ce qui l'a bien préparé au double principe de la conception automobile, la fonction et la forme, qu'il voulait bien maitriser ....








Bill Mitchell diplôme en poche va rapidement débuter une activité professionnelle en se spécialisant dans les illustrations automobiles au sein d'une agence de publicité indépendante Barron Collier Advertising, basée à New York. C’est à cette époque que son hobby des voitures de course et du sport automobile va aussi lui permettre de placer ses travaux dans des bulletins d’amateurs et de clubs automobiles et aussi dans des magazines locaux ....





En 1935 Bill Mitchell qui est devenu l'illustrateur officiel de l'Automobile Racing Club of America va rapidement attirer l'attention de Harley Earl, designer en chef à l'époque de la GM, qui va le recruter dans le cadre de sa nouvelle division qu'il vient de créer, " General Motors Art & Color Section '' qui est en fait le tout premier centre de design intégré au monde s'occupant de l’importance de l'apparence des voitures et de l'esthétique de leurs carrosseries ....





Dès lors, la carrière de Bill Mitchell va rapidement progresser et l'année suivante, en 1936, il sera nommé concepteur en chef dans le studio de design Cadillac cette nouvelle marque de luxe alors nouvellement créé au sein du groupe. C'est à cette époque qu'il va dessiner son premier chef-d’œuvre, la Cadillac Sixty Special, qui réalise un nouvel alliage du luxe et de la modernité, chose jamais vu à l'époque. Avec le recul, resculpter un symbole de l’Amérique à seulement 26 ans était un beau début plutôt prometteur ....





Sous la direction de Bill Mitchell, les voitures américaines abandonnent leurs fameux ailerons au cours des années 1960, influencées en partie par le style italien. En éliminant une grande partie de l'excès de chrome, des ailerons gras et des marques de signature similaires, dans les années 60, Mitchell a promu ce qu'il a appelé le «look pur», une chute plus aérodynamique et «sans épaule» des vitres d'une voiture sur ses côtés. Il sera le designer chez GM qui saura aussi mettre fin à ces excès baroques et négocier un retour aux lignes douces ....





Jamais un designer n’a incarné autant que Bill Mitchell une forme d’art populaire qui a nourri l’imaginaire planétaire et nous régale encore d’un émerveillement nostalgique. En fait il aura supervisé aussi bien le dessin des grandes Oldsmobile Toronado, Buick Skylark, Cadillac Eldorado, Chevrolet Bel Air et Buick Riviera des années 1960 et 1970, que celui de modèles plus sportifs comme le duo Chevrolet Camaro et Pontiac Firebird. Son chef d’œuvre reste incontestablement la sublime Chevrolet Corvette Sting Ray de 1963 ....

Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Petrolicious
© - Bill Mitchell © - AutoActu





JPBlogAuto

vendredi 7 juin 2019

Le premier pneu automobile sans air







uptis00.jpg



Depuis que l’on a abandonné la roue de charrette et que tout ce qui roule est passé au pneu gonflé à l'air, les manufacturiers de pneumatiques rêvent secrètement de retourner au pneu sans air et y travaillent sans cesse. Les pneumatiques vont bientôt prendre un nouveau virage loin du premier cercle de caoutchouc commercialisé à la fin du XIXe siècle par John Boyd Dunlop. La révolution pourrait venir en effet du pneumatique increvable non gonflé. Alors qu’il est annoncé depuis une quinzaine d’années et qu'il roule déjà, Michelin propose finalement sa commercialisation pour 2024 ....





En 2017 déjà, le manufacturier Français avait alors proposé un premier prototype de pneu sans air sous la forme d'une roue alvéolée, imprimée en 3D avec des matériaux biodégradables composée d'un mélange de caoutchouc, de papier et de bois. C’est finalement deux ans plus tard en marge du salon international de la mobilité, « MovinOn », que le nouveau CEO de Michelin, Florent Menegaux, a dévoilé le prototype d’un pneumatique sans air et increvable. Baptisé Michelin Uptis, celui-ci ne restera pas à l’état de concept, le manufacturier prévoyant de le commercialiser au plus tard en 2024. Ce produit révolutionnaire offrirait le même confort qu’un pneu gonflable et serait bien plus avantageux pour l’environnement ....





Michelin insiste sur le fait que les caractéristiques de qualité, de confort et d’efficacité tant routière qu’énergétique de ce Michelin Uptis ne sont pas dégradées par rapport à un pneu traditionnel « tubeless ». Pour cela à Clermont-Ferrand, les ingénieurs ont travaillé avec le constructeur américain GM. Chez Chevrolet on a donc déjà testé avec succès ce pneu sur sa voiture électrique Bolt EV et on envisage maintenant un test de plus grande envergure, incluant des acteurs majeurs de la gestion des flotte ....


uptis03.jpg


A vrai dire, les pneumatiques increvables existent déjà pour certains engins de chantier. Mais le grand défi de l’entreprise française était de mettre au point un produit offrant le même confort qu’un pneumatique à air et capable de rouler à des vitesses plus élevées. Mais contrairement à un pneumatique « classique » à flancs fermés, la structure du Michelin Uptis est ouverte et repose sur un ensemble de lamelles en forme de chevrons qui supportent la bande de roulement et s’adaptent au relief de la route ou du chemin tout en supportant aussi le poids de la voiture. Ce produit va permettre de réduire considérablement les coûts et temps de maintenance pour les flottes automobiles ....





Ce nouveau concept de pneus sans air Michelin Uptis qui va bientôt arriver sur nos voitures de tous les jours va aussi faire l'effet d'une bombe dans le domaine automobile car il présente de très nombreux avantages comme par exemple :

  • Plus aucun risque de crevaison,
  • Sérénité totale des automobilistes durant leurs trajets en voiture,
  • Réalisation d’économies conséquentes,
  • Diminution des matières premières pour la fabrication,
  • Gains pour les propriétaires de flottes et aux professionnels grâce à la réduction des immobilisations liées aux crevaisons,
  • Optimisation de la productivité en éliminant les opérations d’entretien,
  • Réduction des coûts et des temps de maintenance,
  • Réduction de la pollution environnementale ....






Lorsque l'on sait que 20 % des pneumatiques dans le monde, soit près de 200 millions d’unités, sont jetés chaque année à cause d’une crevaison ou d’une mauvaise utilisation comme le sous-gonflage, on se rends mieux compte de l'utilité du futur Michelin Uptis. Le Michelin Uptis présente maintenant, après de longues années de recherche et développement, des améliorations révolutionnaires tenues secrètes. En effet de nombreuses innovations se cachent dans l’architecture et les matériaux composites utilisés, qui lui permettent de supporter à la fois le poids et la vitesse d’une voiture tout en conservant la longévité d'utilisation grâce à une dégradation maitrisée ....





Si ce fameux « pneu sans air » était jusqu'à présent une arlésienne que l’on nous promettait depuis des années, dorénavant les choses vont changer. Que ce soit Bridgestone avec le Air Free, Goodyear avec le Oxygen, Hankook avec le iFlex ou même Michelin avec le concept Vision, tous s'y étaient en effet déjà essayés. Mais force est de constater que seul le manufacturier clermontois possède aujourd'hui avec son Michelin Uptis un modèle performant qu'il propose enfin de commercialiser en 2024. Florent Menegaux, Président du groupe Michelin, a déclaré : « Uptis démontre que la vision de Michelin en faveur de la mobilité durable est un rêve atteignable. Vouloir transformer la mobilité nous permet de nous projeter dans l’avenir dès aujourd’hui ». ....



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Michelin - © MoniteurAuto - © Motor1



Le Michelin Uptis ...







JPBlogAuto

jeudi 28 février 2019

Chevrolet Corvette Rondine - 1963











Tous les passionnés de la célèbre Chevrolet Corvette connaissent bien l’importance de l’année 1963 dans la longue lignée de cette voiture mythique. C’est en effet l’année de l’introduction de la Corvette de deuxième génération, la C2 baptisée « Sting Ray », avec son style spectaculaire, sa forme unique et sa lunette arrière fendue et controversée, le tout avait été secrètement organisé par Larry Shinoda et l’équipe de GM Design ....





Mais alors que le chef du design, Bill Mitchell, absorbait tous les éloges de cette nouvelle Corvette C2, il planchait discrètement déjà sur la future version. Il avait en fait envoyé à Pininfarina un couple de châssis et un cahier des charges pour apporter une nouvelle expression à l'image de la Corvette. La Corvette Rondine était sur les rails ....





Après son passage chez Ghia, le styliste américain Tom Tjaarda est recruté en 1961 chez Pininfarina. C'est lui qui sera chargé de façonner ce magnifique coupé en vue d’inspirer la prochaine Corvette Rondine. Ce concept italo-américain d'une beauté intemporelle à la couleur bleu turquoise fut présentée avec sa lunette arrière inversée au Salon de Paris 1963 qui se tenait pour la deuxième année à la Porte de Versailles ....





La Corvette Rondine a donc été construite chez Pininfarina sur un châssis standard, avec un moteur Corvette standard et un intérieur légèrement modifié. La principale grande différence se trouvais dans la carrosserie, qui était non seulement unique dans son style, mais aussi toute en acier. La Rondine était en fait la seule Corvette à avoir jamais porté une coque en acier, et par conséquent aussi la plus lourde jamais construite ....





D'une conception très différente de celle de la Stingray, le dessin de Tom Tjaarda est une réussite. La Corvette Rondine déploie avec élégance son nez et son arrière pour créer une expression de vitesse. Le capot avant n’est pas aussi tranchant que la Stingray, mais il est étroit avec ses feux à quatre phares apparents et sa fine calandre. Une nervure de style se détache du nez, parcourt les flancs de la voiture, longe la porte et monte jusqu'au sommet de l'aile arrière pour se terminer par une extrémité « en forme de queue d'aronde » ....





L'habitacle intérieur de la superbe Corvette Rondine a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. Bien que ce soit une stricte deux places, l'habitabilité intérieure est bien plus spacieuse que dans la Stingray. Bien que son intérieur soit en grande partie d'origine Stingray, les sièges étaient recouverts de cuir italien et les garnitures de porte sur mesure étaient faites d'un blanc assorti. Le sol était pourvu d'une luxueuse moquette et les charnières de porte étaient chromées. La vision depuis le cockpit était excellente et, avec les garnitures en cuir blanc, la Rondine semblait offrir un espace beaucoup plus dégagé ....





Si son style était en nette évolution, la Chevroler Rondine restait toutefois fidèle à la tradition maison sous son capot, qui accueillait pour la mécanique un bloc V8 de 5.4 litres de cylindrée qui avec une alimentation par injection développait 360 chevaux pour un couple de 488 Nm à 3200 t/mn. La transmission était épaulée par une boîte à quatre rapports manuelle autorisant des performances honnêtes ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5.4 Litres
  • Puissance : 360 chevaux
  • Couple : 488 Nm à 3200 t/mn
  • Vitesse : plus de 220 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Chevrolet - © Carstyling - © Motorlegend




La superbe Chevrolet Corvette Rondine - 1963 ...






JPBlogAuto

- page 1 de 22