Les étonnantes Vintage Classic

Fil des billets

vendredi 17 décembre 2021

Maserati Ghibli - 1967











La Maserati Ghibli est une automobile de grand tourisme du célèbre constructeur automobile italien Maserati. Elle doit son nom au Ghibli, un vent tempétueux du désert égyptien. Présentée au salon de Turin 1966, elle sera produite en série et commercialisée à partir de 1967 et ce jusqu'en 1973 ....





Concurrente directe des prestigieuses Ferrari Daytona et Lamborghini Miura, la Maserati Ghibli est « un chef-d'œuvre esthétique, de puissance et de souplesse » reconnue par bon nombre de spécialistes automobiles comme l'une des réalisations italiennes les plus réussies des années 1960. C’est en 1965 qu'elle sera dessinée par le célèbre styliste Giorgietto Giugiaro qui vient juste de quitter le carrossier italien Bertone pour rejoindre Ghia dont il est chargé de rajeunir l’image devenue un peu désuète ....





Chez Maserati, à l'aube des années 70, ce superbe coupé deux places Maserati Ghibli est à l’avant-garde du design, avec ses feux avant escamotables au bout d’un capot plongeant, placé bas. Une petite calandre sans grille agrémentée uniquement d’un trident en son centre caractérise le véhicule, qui affiche une ligne profilée malgré un vitrage latéral aux angles très nets. À l'image des Ferrari Daytona et Lamborghini Miura, la Ghibli est, malgré un empattement généreux de 2,55 m et une longueur de 4,70 m, une stricte berlinette deux places qui sera très bien accueillie aussi bien par la presse que par la clientèle ....





C’est finalement du coté châssis que viendront les principales critiques car la mécanique de la Maserati Ghibli repose sur un châssis tubulaire considéré comme « quelque peu archaïque », associé à un pont arrière oscillant à ressorts à lames alors que la majorité des voitures rapides européennes privilégient habituellement des doubles triangles. La Maserati Ghibli dont le poids atteint 1600 kg n'est donc pas considérée par les spécialistes comme une vraie voiture de sport mais plutôt comme une GT luxueuse à hautes performances ....





Plus GT dans l’âme que purement sportive, et ce malgré son différentiel Salisbury, c’est sur les grands axes que la Maserati Ghibli est le plus à son aise, profitant des relances sans fin de son V8, mais le manque d’agilité dû à son gabarit imposant se fait ressentir sur petites routes. L’adoption de freins ventilés Girling de 294 mm à l’avant et 272 à l’arrière était un élément de sécurité important. La direction assistée était en option et se montrait indispensable pour les manœuvres compliquées en ville, ce qui est dommage, car a contrario, elle est parfaitement calibrée sur route et retranscrit à merveille les informations de conduite. Le confort est également de tout premier ordre faisant de cette grande GT une formidable dévoreuse de kilomètres à défaut d’être une arme fatale sur circuit ....





L'habitacle intérieur de la Maserati Ghibli est vraiment plutôt luxueux et assez cossu, remarquable par l'excellence de sa finition. La position de conduite est agréable et les sièges en cuir assurent un bon confort. Le volant trois branches en aluminium cerclé de bois domine la planche de bord pourvue de six petits cadrans circulaires, ampèremètre, température d'eau, jauge d'essence, et pression d'huile qui sont disposés autour de deux gros compteurs pour le tachymètre et le compte-tours. L'habitacle est couvert d'un superbe cuir et dispose également de tous les équipements comme la climatisation et la radio ....





Sous le capot de la belle Maserati Ghibli les ingénieurs de la marque chargés de la technique ont choisi un V8 à 90° en aluminium de 4.930 cm3 à quatre arbres à cames en tête implanté longitudinalement à l’avant qui alimenté par 4 carburateurs Weber double corps développe une puissance atteignant les 335 chevaux à 5500 t/mn pour un couple de 480 Nm à 4000 t/mn. Accouplé à une boite de vitesse manuelle à 5 rapports + différentiel autobloquant ou automatique à trois rapports, ce moteur permet à la voiture d'atteindre une vitesse de pointe de environ 280 km/h ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 4930 cm3
  • Puissance : 335 chevaux à 5500 t/mn
  • Couple : 480 Nm à 4000 t/mn



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © ArtCurial
- © Ghia - © JP Echavidre - © EchoRetro - © AutoNews





JPBlogAuto

vendredi 17 septembre 2021

Chrysler D'Elegance Ghia - 1952











Chrysler est un constructeur automobile américain créé en 1925 par Walter Chrysler. C'était à l'origine une marque de luxe en concurrence avec Cadillac, Packard, Duesenberg, Cord et Lincoln. Chrysler était la première marque dans le portefeuille de ce qu'on appelait alors Chrysler Corporation avant de devenir au début des années 2000 une division autonome de Daimler Chrysler AG, la société issue de la fusion de Chrysler et de Daimler-Benz. Début 2010, Daimer va céder Chrysler au Groupe Fiat avec l'intention de faire de la marque une marque grand public avec des caractéristiques haut de gamme ....





La voiture qui illustre ce billet, l'étonnante Chrysler D'Elegance est un concept-car réalisé par Chrysler et Ghia présenté en 1952. C'est une étude de style donnée par Virgil Exner qui est le quatrième concept-car entre Chrysler et Ghia. La Chrysler d’Elegance est le résultat d’une collaboration étroite entre le géant de Détroit et le petit carrossier italien qui a souvent pris plaisir à habiller de grandes américaines dans les années d’après-guerre. Le somptueux coupé a frisé la production mais ne fut finalement fabriqué qu’en une très petite série homologuée. Il s’arrache aujourd’hui à prix d’or ....





La Chrysler D'Elegance est un coupé sportif basé sur le châssis d'une Chrysler New Yorker. Inspirée par les Facel Vega françaises, elle adopte un style européen, aux lignes arrondies avec des pneus à flanc blanc. Certains éléments rappellent cependant le style américain, comme la calandre à mailles. Ses lignes donneront naissance quelques années plus tard au Forward Look, recherché par Virgil Exner ....





Le cockpit ovoïde et la forme audacieusement saillante des passages de roues arrière sont en fait des éléments stylistiques communs et font de cette superbe Chrysler D’Élégance l'un des concepts les plus emblématiques de tous les temps. La couleur vive, les nombreuses touches de chrome dont les grandes roues à rayons chaussées de pneus à flanc blanc et le long capot au bout duquel se trouve une grande calandre en forme de bouclier imposent leur style resplendissant. Les ailes arrière musclées, se décrochant visuellement du reste de la carrosserie au niveau de la chute de toit typée “fastback” à l’arrière de la voiture sont une signature du célèbre designer Giovanni Savonuzzi, travaillant pour le carrossier italien Ghia, qui a réalisé la carrosserie de ce coupé américain ....





On ne sait pas si Virgil Exner et Giovanni Savonuzzi ont été inspiré par une création de Jean Daninos, le fondateur de Facel Vega, mais avec son étonnante Chrysler D'Élégance exposée au Salon de l'automobile de Paris en 1952, il étonne le monde par une longue ligne horizontale allant des ailes avant aux larges passages de roues arrière arrondis. À cela, s'ajoute une grande "bouche" avant recouverte d'une large grille à mailles, des phares encastrés enfoncés dans des évidements et une longue malle qui intègre le couvercle de la roue de secours ....





L'insolite Chrysler D'Élégance propose des touches de style à l’américaine qui sont perceptibles dans l’abondance de détails chromés de l’auto, comme les feux arrière faisant penser à un viseur de pistolet, une fantaisie qui a d’ailleurs inspiré ceux de la Chrysler Imperial de 1955. Même la roue de secours offre un spectacle incroyable car elle est placée dans le coffre, mais elle peut en être extirpée par un spectaculaire système hydraulique qui permet de la déposer au sol sans effort ....





L'habitacle intérieur de la Chrysler D'Élégance est vraiment plutôt luxueux et assez cossu, remarquable par l'excellence de sa finition. La position de conduite est agréable et les sièges en cuir assurent un bon confort. Le volant trois branches domine la planche de bord pourvue de quatre petits cadrans circulaires, ampèremètre, température d'eau, jauge d'essence, et pression d'huile sont disposés sur le tableau de bord, au centre de deux gros compteurs pour le tachymètre et le compte-tours. L'habitacle est couvert d'un superbe cuir bicolore et dispose également d'un set de maroquinerie de voyage sur-mesure ....





Sous le capot de la belle Chrysler D'Élégance les ingénieurs de la marque chargés de la technique ont choisi un V8 Hemi de 5.424 cm3 développant une puissance de 183 chevaux pour un couple de 423 Nm associé à une transmission automatique PowerFlite. Loin d’être un foudre de guerre, la Chrysler d’Elegance Ghia accélère alors péniblement de 0 à 100 km/h en 13,6 secondes avant d’atteindre une vitesse maximale de 170 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5424 cm3
  • Puissance : 183 chevaux à 6000 t/mn
  • Couple : 423 Nm à 3.600 t/mn



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Motor1
- © Ghia - © JP Echavidre - © Chrysler - © SuperCars





JPBlogAuto

vendredi 3 septembre 2021

Fiat 8V Vignale Cabriolet - 1953











En 1947, le président de Fiat convoque le célèbre designer Dante Giacosa pour lui confier l'étude et la réalisation d'une toute nouvelle voiture destinée au marché nord-américain en guise de remerciements italiens pour la promesse du Plan Marshall. C'est ainsi qu'est né le projet "106" qui aboutira quelques années plus tard sur la belle Fiat 8V, cet insolite coupé deux places lancée par le constructeur italien au Salon de l'Auto de Paris en 1952 ....





A sa sortie, l'étonnante Fiat 8V, ou « Otto Vu » en italien pour éviter semble-t-il des problèmes avec Ford qui prétend avoir déposé le nom V8, est un des tout premiers modèles à s’impliquer directement dans le sport automobile mondial. La nouvelle classe naissante des « 2 litres » est très disputée dans le championnat italien avec des concurrents comme Maserati, Ferrari et Lancia ce qui va pousser Fiat à vouloir y participer ....





Dans ce contexte de l'après guerre, la naissance de la Fiat 8V est une curiosité. Jamais Fiat n'avait proposé de V8 jusqu'alors. Ce coupé, viendrait alors relancer l'image de la marque, et servir de vecteur de conquête pour le marché américain. Mais au final c'est en Europe que l'essentiel de sa carrière se tiendra. Sans doute à cause de ses dimensions, de son V8 relativement modeste, et de son caractère de sportive plutôt pointue mais aussi car les usines arrivaient très péniblement à produire les voitures pour le marché italien durant ces années de reconstruction industrielle après les graves dommages subis par les bombardements de la seconde guerre mondiale ....





La conception de la Fiat 8V sera réalisée par la division Carrosseries Spéciales de Fiat. Le châssis de la voiture est réalisé en acier tubulaire. Les suspensions avant et arrière sont à roues indépendantes. Il fut alors décidé de confier les châssis motorisés aux grands carrossiers que sont Ghia, Siata, Vignale, Bertone, Pininfarina et Zagato qui réaliseront chacun de très remarquables exemplaires ....





La Fiat 8V Cabriolet Vignale qui illustre ce billet est dessinée par le célèbre designer Giovanni Michelotti. L'aérodynamique avait été soignée déjà pour l'époque grâce à la mise au point dans le tunnel soufflerie Fiat d'Orbassano. Elle disposait d'un châssis tubulaire, plus rigide et plus léger qu'une coque intégrale, la très élégante carrosserie en acier était le fruit de l'étude de l'ingénieur Rapi, le même qui avait par le passé conçu la fameuse Isotta Fraschini 8C Monterosa ....





L'insolite Fiat 8V conçue au départ pour promouvoir l'image de la marque, n'a pourtant pas manqué de s'octroyer quelques beaux succès sportifs, s'adjugeant par exemple le Championnat d'Italie 1954 en catégorie 2 litres ou aussi les « Mille Miglia » en 1957. Avec seulement 114 exemplaires construits au total et une relativement brève carrière en course, la FIAT 8V est un chef-d'œuvre italien peu connu. C’est, encore aujourd’hui la seule Fiat jamais propulsée par un moteur V8 qui incarne également le bref passage victorieux de Fiat en compétition automobile ....





L'habitacle intérieur de la Fiat 8V est vraiment plutôt luxueux et assez cossu, remarquable par l'excellence de sa finition. La position de conduite est agréable et les sièges en cuir assurent un bon confort. Le volant alu cerclé de bois conserve les classiques trois branches. Quatre petits cadrans circulaires, ampèremètre, température d'eau, jauge d'essence, et pression d'huile sont disposés sur le tableau de bord, à côté de deux gros compteurs pour le tachymètre et le compte-tours ....





Sous le capot de la belle Fiat 8V les ingénieurs de la marque chargés de la technique ont choisi un V8 de 1996 cm3 de cylindrée avec une ouverture du V à 70°. Ce nouveau moteur est dérivé d’un moteur quatre cylindres dont on a monté deux exemplaires dans le même carter. L’arbre à cames est disposé en partie centrale. L’alimentation est assurée par trois carburateurs Weber. Il est implanté en position longitudinale en partie avant et développe une puissance maxi de 127 chevaux à 6000 t/mn et un couple maxi de 146 Nm à 3600 t/mn. Accouplé à une boite de vitesses manuelle à cinq rapports, ce moteur permettait d'atteindre une vitesse de pointe de 207 km/heure car la voiture en ordre de marche ne pèse que 930 kg ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 8 en V
  • Cylindrée : 1996 cm3
  • Puissance : 127 chevaux à 6000 t/mn
  • Couple : 146 Nm à 3.600 t/mn



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Artcurial
- © Fiat - © JP Echavidre - © Vignale - © StubsAuto





JPBlogAuto

vendredi 6 août 2021

Maserati 3500 GT Spyder Frua - 1959











La Maserati 3500 GT est une automobile de grand tourisme produite par le constructeur Maserati de 1957 à 1964. Elle est le fruit d'une étude de l'ingénieur Giulio Alfieri et construite pour concurrencer les 250 GT de Ferrari. C'est la première Maserati issue d'une construction en série et d'une production industrielle du constructeur italien. Fascinante par son style que beaucoup considèrent comme une véritable réussite, dont « l'homogénéité confère son charme unique à la voiture », la 3500 GT est le premier grand succès commercial de la firme italienne ....





A sa sortie en 1958, la Maserati 3500 GT séduit d'ailleurs le prince Rainier III de Monaco, quelques chanteurs célèbres ou encore les acteurs de cinéma tels que Tony Curtis, Stewart Granger, Rock Hudson ou Anthony Quinn. Le designer en chef de Maserati Giulio Alfieri avait en fait sous-traité à plusieurs carrossiers italiens la conception de la 3500 GT en se réservant la possibilité de choisir la version finale. Lors du lancement à Genève en 1957, une version Allemano et une Touring Coupé sont présentées. Le design de Touring est finalement choisi et la production commence plus tard dans l'année ....





Le pari, assez risqué, de Maserati porte ses fruits puisque la 3500 GT devient rapidement un grand succès commercial qui incite la firme à lancer l’étude d’un modèle Maserati 3500 GT Spyder sur un châssis 3500 GT raccourci. Une nouvelle fois divers carrossiers tentent d’emporter le marché comme Vignale, Touring, Bertone, Allemano, Boneschi ou Frua. La conception finale est assez similaire à celle du coupé ce qui rend le « Spyder » facilement reconnaissable en tant que 3500 GT. La production en série a commencé en 1960 ....





La conception de la Maserati 3500 GT Spyder selon la technique Superleggera chère au constructeur de Modène dont la devise « le poids est un ennemi, et la résistance de l’air un obstacle » résume la philosophie de cette nouvelle Maserati. Tout aussi beau que le coupé, la 3500 GT Spyder remporte de nombreux prix dont celui du prestigieux Concours d'élégance Amelia Island. Les spécialistes et amateurs de sportives s'accordent à dire que le dessin est une véritable réussite. « Remarquable » par son profil équilibré, « agressive » par sa grille de calandre généralement associée à une gueule de requin, ornée de l'imposant trident, emblème de Maserati, « évocatrices de puissance » par ses jantes de 16 pouces ....





La Maserati 3500 GT bénéficie au fil des années de quelques améliorations mécaniques, comme les freins à disques en série à l'avant en 1960, un pont autobloquant et une boîte de vitesses à cinq rapports en 1961. La voiture devient GTI en 1962 avec l'adoption de l'injection indirecte Lucas. La première évolution est présentée au salon de Genève de 1962 sous l’appellation de coupé « S ». Cette 2 + 2, dont la silhouette sportive et trapue a été dessinée par Vignale, deviendra ensuite la Sebring. Construite sur l’empattement du cabriolet, donc plus courte que la 3500 GT, la voiture verra sa cylindrée passer à 3,7 litres, puis à 4 litres ....





L'habitacle intérieur de la Maserati 3500 GT Spyder est vraiment très luxueux et plutôt cossu, remarquable par l'excellence de sa finition. La position de conduite est agréable et les sièges en cuir assurent un bon confort. À l'image des modèles précédents, le volant conserve les classiques trois branches au cœur arborant le trident Maserati. Cinq petits cadrans circulaires, ampèremètre, température d'eau, jauge d'essence, pression et température d'huile sont disposés sur le tableau de bord, autour de la colonne de direction. Le tachymètre et le compte-tours, dont la zone rouge est graduée à partir de 5.000 tr/min, sont quant à eux disposés de part et d'autre de ces cinq cadrans ....





Pratiquement quatre fois moins coûteuse en production que les Ferrari concurrentes, la Maserati 3500 GT a été produite à 2.223 exemplaires dont 242 spyders. Cette première Maserati de route a permis au constructeur transalpin de sortir de ses difficultés économiques et de s’orienter vers une nouvelle production de routières ‘grand tourisme’ puissantes et raffinées visant l’élégance et le luxe sans trahir l’héritage sportif de la marque ....





Sous le capot de la belle Maserati 3500 GT Spyder Frua les ingénieurs de la marque chargés de la technique ont choisi le six cylindres en ligne directement dérivé de celui de la 350 S « sportsracer », qui était lui-même basé sur les moteurs de la monoplace 250 F très réussie et de la sportive 300 S. Aménagé pour un usage routier et une fiabilité garantie, le moteur de 3.485 cc de cylindrée, à double allumage, alimenté par trois carburateurs Wéber 42 DCOE, développe une puissance maxi de 220 chevaux à 5.500 t/mn. Grâce à son rapport alésage / course « carré » le moteur dispose d’un fort couple à bas régime de 343 Nm à 3.500 t/mn. Accouplé à une boîte de vitesses à quatre rapports, le « six » est monté dans un châssis tubulaire allégé qui permet d'atteindre les 230 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 6 en ligne
  • Cylindrée : 3485 cm3
  • Puissance : 220 chevaux à 5500 t/mn
  • Couple : 343 Nm à 3.500 t/mn



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Artcurial
- © Maserati - © JP Echavidre - © Frua - © StubsAuto





JPBlogAuto

- page 1 de 30