Les étonnantes Vintage Classic

Fil des billets

vendredi 31 juillet 2020

Auto-Union 1000 SP Coupe - 1958











Au début des années 1930, alors que Daimler-Benz, le constructeur des Mercedes, affiche une santé florissante, les petits constructeurs allemands souffrent gravement de la crise. Le PDG de DKW, a alors l'idée, en 1932, de fédérer quatre anciennes marques automobiles allemandes, Audi, DKW, Horch et Wanderer, sous le sigle Auto Union AG, d'où le logo aux quatre cercles, et d'installer cette nouvelle firme à Chemnitz, en Saxe. La compagnie a donné naissance à la marque Audi actuelle, filiale du groupe Volkswagen ....





La seconde guerre mondiale fait perdre deux usines à la marque qui se refonde en 1949 à Ingolstadt, mais malgré la grande qualité des autos, les ventes sont en berne car Auto Union, qui fabrique alors des automobiles de grande qualité, souffre d’une image démodée auprès de la jeune clientèle. En 1957 Daimler-Benz rachète finalement Auto Union pour la rajeunir est la remettre au goût du jour. En septembre 1957 on présente donc la belle Auto Union 1000 SP au salon de Francfort. Le but est d’aller marcher sur les plates-bandes de la Volkswagen Karmann-Ghia Type 14 avec un style moderne, des performances correctes et un prix moins élevé que la 190 SL Mercedes ....





Le design de la carrosserie de l'étonnante Auto Union 1000 SP qui est fabriquée par la Carrosserie Baur de Stuttgart est très inspiré des Ford Thunderbird américaines de 1955, dont elle reprend en particulier les ailes avants et arrières, et les feux arrières ronds. La calandre reprend clairement le même dessin que la Ford et même les ailes arrière qui se prolongent vers le haut par de fins ailerons. Que des codes “sexy” de l’époque et surtout, très en vue dans une Europe qui s’est entiché de la culture venue d’outre-atlantique ....





L'insolite Auto Union 1000 SP propose toutefois des atouts non négligeables comme par exemple le châssis robuste de la précédente F93, un train arrière abaissé de 20 mm et des amortisseurs durcis, un pare-brise panoramique, un pavillon de toit ayant toutes les apparences d’un hard top, la découpe très basse du passage de roue arrière qui masque avec plus d'élégance une grande partie de celles-ci. Autant d'éléments même si ils sont discrets qui finalement sont censés séduire les jeunes nouveaux clients ....





Finalement, ce nouveau modèle est plébiscité pour son esthétique très réussi, et belle la Auto Union 1000 SP rencontre le succès, car c’est toute une génération de jeunes allemands qui rêve de la posséder. Un bonheur n’arrivant jamais seul, sa conduite est plaisante et nerveuse. La bonne conception de l’auto, avec une caisse assez large et un centre de gravité très bas, lui permet d’offrir une excellente tenue de route plutôt bien appréciée ....





L'habitacle intérieur de la jolie Auto Union 1000 SP est assez luxueux pour une voiture d'après guerre censée être vendue à petit prix. La sellerie, de qualité tout à fait élégante est composée de cuir et de moquette. Les détails ont été vraiment soignés, en particulier au niveau des finitions. Le tableau de bord comprend une instrumentation assez complète regroupée dans deux gros compteurs positionnés devant le pilote sur une planche de bord peinte au couleur intérieure de la voiture. On y trouve également une radio de série et un jolie volant deux branches avec un cerclage chromé intérieur pour l'avertisseur ....





Sous le capot de la belle Auto Union 1000 SP les ingénieurs germaniques chargés de la technique ont choisi de rester fidèles à sa tradition DKW. Ils ont donc équipé la voiture du moteur DKW 3 cylindres en ligne deux temps de 981 cm³ de cylindrée qui doté d’un carburateur double corps inversé Zenith développe une puissance de 62 chevaux. La transmission est assurée par une boîte à quatre rapports qui est actionnée au volant à l’américaine le tout permet à la voiture d'atteindre environ 145 km/h, une vitesse tout à fait honorable à l'époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 3 cylindres en ligne
  • Cylindrée : 981 cm3
  • Puissance : 62 chevaux en deux temps
  • Vitesse : 145 km/h





Auto-Union 1000 SP Coupe - 1958 ...



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Auto-Union - © StubsAuto - © JP Echavidre




JPBlogAuto

mercredi 8 juillet 2020

Les 50 ans de l'Opel Manta











La célèbre Opel Manta est un coupé de la marque automobile allemande Opel produit de 1970 à 1988 en deux générations, la Manta A de 1970 à 1975 et la Manta B de 1975 à 1988. Dans les années 1970, Opel semble vouloir dépoussiérer son style, après l’Opel GT qui fait entrer la marque à l’éclair dans une nouvelle dimension, de nombreuses variantes sportives ont vu le jour par la suite, dont le coupé Manta, pour rivaliser avec la Ford Capri. Elle partage sa plate-forme avec la première Opel Ascona ....





Opel, c’est un peu comme notre Peugeot national, une marque sans histoire qui produit des voitures un brin bourgeoises et reconnues pour leur qualité mais que du classique. Au début des années 70, le propriétaire américain de la firme germanique GM décide de produire un nouveau modèle pour concurrencer la Ford Capri trop envahissante. A l’heure où les coupés sont en vogue. Ne souhaitant pas laisser le champ libre à son rival américain, GM intime l’ordre au bureau d’étude d’Opel de décliner un coupé sur la base de la future berline Ascona ....





Les designers du département Opel chargés de concevoir à l'époque ce projet sont dirigés par le chef du design américain d’Opel, George Gallion. La marque avait arrêté le choix du nom de la voiture sur " Manta " car à cette époque, donner des noms d’animaux était dans l’air du temps et que la Manta s’inscrivait aussi dans la mode des pony car. La future Opel Manta avait trouvé son identité et l’on pouvait désormais fixer le célèbre emblème chromé extrait des films de l’océanographe français Jacques-Yves Cousteau sur ses ailes avant ....





La superbe Opel Manta, coupé en habits de sport, fut présentée en septembre 1970. Fort à propos, la présentation eut lieu à Timmendorfer Strand, sur la côte de la mer Baltique. Pour Opel, la Manta représentait une percée dans de nouveaux territoires. La Manta était en parfaite osmose avec les besoins du marché car elle était moderne, intelligente et sportive, et parfaitement en phase les besoins de la clientèle. Les jolis coupés pouvant accueillir quatre personnes étaient très en vogue à cette époque. Il était important de pouvoir se démarquer, la forme et les lignes de la Manta correspondaient exactement à ce que le marché recherchait ....





Pendant les cinq premières années de production, l'insolite Opel Manta a débuté avec le 1.2 de 60 chevaux, suivi par la Manta Berlinetta, luxueusement équipé. Ces cinq années de production ont été émaillées de nombreuses versions spéciales comme par exemple «Holiday», «Plus», «Swinger», «Summer Bazar» ou «Black Magic» sachant offrir des spécifications haut de gamme en gardant des prix abordables. Les motorisations gagneront elles aussi en puissance pour finalement être propulsée par un moteur 1.9 l de 105 chevaux à injection Bosch L Jetronic ....





Cinq ans plus tard, en 1975, la descendance de la première Manta faisait déjà son apparition sous la forme de la version B. La marque allemande proposait deux déclinaisons dans la gamme : le coupé et le Combi-Coupé CC de 1978 en version coupé ou coupé à grand hayon. Pendant longtemps, la belle Opel Manta en version B est restée au catalogue, et reste une sorte d’exception dans l’histoire de la marque. Aucun autre modèle n’est resté inchangé plus longtemps que la Manta B. Présentée à l’automne 1975, la Manta de deuxième génération a été produite à 557.940 exemplaires jusqu’en 1988. Sur l’ensemble de la période de production, elle a reçu 14 versions de moteurs à quatre cylindres, avec des cylindrées comprises entre 1,2 et 2,4 litres. La puissance a évolué de 55 à 144 ch. De nouvelles finitions et motorisations ont étoffé la gamme. C’est ainsi que l’on a vu apparaître les suffixes SR, Berlinetta, GT, GT/J et GT/E. En 1979, de nouveaux moteurs à arbre à cames dans la culasse (OHC) ont remplacé les blocs à arbres à cames latéraux. La version GT/E fut rebaptisée GSi en 1984 ....





La version B en Opel Manta la plus rare et la plus puissante fut la 400, présentée au Salon de l’automobile de Genève en 1981. La Manta 400, qui tire son nom des 400 unités nécessaires à son homologation en groupe 4 pour la compétition, était équipée d’un quatre-cylindres 2,4 litres à double arbre à cames en tête, avec une culasse à quatre soupapes par cylindre délivrant 144 chevaux. Au total, plus d’un million d’exemplaires des Manta A et B sont sorties des chaînes de montage de la firme allemande. Au final, pour Opel, la Manta s’est révélée être vraiment un très gros poisson ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 2400 cm3
  • Puissance : 144 chevaux à 6000 t/mn





Opel Manta 400 - Les essais vintage de V6 ...


Sources : © Wikipédia - © Google Images © AutoMania
- © Opel - © AutoSport - © MotorLegend




JPBlogAuto

jeudi 18 juin 2020

Facel Vega FV4 Typhoon - 1957











Jean Daninos est un industriel français qui a travaillé dans l'automobile et l'aéronautique avant de prendre la tête de la Société Facel (acronyme des Forges et Ateliers de Constructions d'Eure-et-Loir) en août 1945 qu'il orienta vers la construction d'automobiles en créant en 1954, la marque Vega vite rebaptisée Facel Vega. Cette ancienne marque française d'automobiles de sport et de prestige est donc apparue au Salon de l'Auto parisien d'octobre 1954 et disparue fin octobre 1964 ....





Les Facel Vega FV sont les dernières représentantes de l’automobile d’exception à la française. Jean Daninos voulait que sa marque prenne le relais des plus grands noms d’avant guerre, qui, incapables de remonter la pente financièrement, disparaissaient les uns après les autres. Facel Vega était prêt à perpétuer cette tradition grâce à des voitures originales, élégantes, soignées, performantes et remarquablement bien construites ....





Durant quelques années Facel Vega va fabriquer des carrosseries pour Panhard, Simca, Ford France et même Bentley avec Pininfarina avant de décider de créer sa propre auto en 1952. Désirant atteindre un haut niveau de performances, Daninos se tourna vers Chrysler pour se fournir en moteurs, des V8 puissants et modernes qu’il ne trouva pas auprès des constructeurs français. Il présenta son prototype FV en 1954 au salon de Paris et de millésime en millésime son luxueux et sportif coupé 2+2 s’améliore jusqu’à donner naissance à la Facel Vega FV4 ....





Dévoilée à la presse le 29 juillet 1954 dans l'usine de Colombes, la Facel Véga est présentée au public lors du salon de Paris au mois d’octobre. Dessinée par Jean Daninos, elle présente un look peu commun pour l'époque avec une ligne plutôt surbaissée dotée d’un élégant pavillon, tandis que la face avant très abrupte s’orne d’une calandre encadrée de deux prises d’air et de quatre phares verticaux vraiment très originaux. Construite en une toute petite série, cette première FV est aisément reconnaissable à son pavillon court, d’où un habitacle assez réduit à l’arrière ....





La filiation entre toutes les Facel Vega est très marquée. Chaque nouveau modèle est l’évolution du précédent, marquant un pas en avant dans l’élégance et l’amélioration des performances comme du comportement routier. Produite entre 1957 et 1958, la Facel Vega FV4 fut spécialement conçue pour la clientèle nord-américaine, marché très prometteur pour la marque, et recevait les moteurs les plus puissants de la gamme. La FV4 possède un style incomparable et incarne la classe et l’élégance à la française avec son imposante calandre, ses pare-chocs chromés, ses bas de caisses en aluminium poli et ses feux arrières signés d’un « V » rappelant le nom de Vega ....





L'habitacle intérieur de la Facel Vega FV4 est luxueux et n’utilise que des matériaux nobles, cuirs, bois, chromes et compteurs Jaeger. Il est également spacieux et permet de profiter de la route à près de 225 km/h dans un confort absolu avec pour l’époque une mécanique étonnamment silencieuse. Grande marque française de luxe, Facel Vega était un des derniers constructeurs français à construire des autos à la main. La FV4 était destinée aux stars, aux hauts diplomates, aux ministres, seuls quelques privilégiés pouvaient se permettre le luxe de rouler dans ce genre d’auto ....





Sous le capot de la belle Facel Vega FV4 se cache donc un moteur américain. La voiture est en effet équipée du mythique V8 Hemi Chrysler TY6 « Typhoon » de 6.4 litres de cylindrée développant 375 Chevaux à 5200 tr/mn pour un couple de 19,5 mkg à 1500 tr/mn. Ce moteur était couplé au choix à une boîte de vitesses mécanique Pont-à-Mousson à 4 rapports ou une boite automatique Chrysler à 3 rapports . Avec un poids d'environ 1700 kilos, la voiture été capable d'atteindre une vitesse de pointe d'environ 225 km/h plutôt remarquable pour l'époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 8 cylindres en V
  • Cylindrée : 6400 cm3
  • Puissance : 375 chevaux à 5200 t/mn
  • Couple : 19,5 mkg à 1500 tr/mn





Facel Vega FV4 Typhoon - 1957 ...


Sources : © Wikipédia - © Google Images © ClassicDriver
- © Facel-Vega - © StubsAuto - © JP Echavidre




JPBlogAuto

vendredi 7 février 2020

Porsche 356A Speedster 1600 Reutter - 1955











La Porsche 356 fut la troisième voiture de la marque allemande Porsche. Conçue par Ferry Porsche sur les bases mécaniques de la Volkswagen Coccinelle par souci d'économie et dessinée par Erwin Komenda, elle sera produite en série de 1948 à 1965. La 356 est la première voiture portant le nom de Porsche. Initialement disponible en coupé, en cabriolet puis en speedster, la 356 a connu de nombreuses évolutions lors de sa production ....





Les premiers modèles de Porsche 356 sont produits en Autriche, à Gmünd, où les chaînes sortent la numéro 1 le 8 juin 1948, date de son homologation, avant que la totalité de la production ne soit déménagée à Stuttgart-Zuffenhausen. Elle est agile, légère, et bien construite. Sa qualité de fabrication vaudra à Porsche une solide réputation en Europe et outre Atlantique. Elle est à ses débuts étroitement dérivée de la Volkswagen Coccinelle notamment par l'utilisation d'un moteur Boxer à quatre cylindres à plat, refroidi par air, et situé en porte-à-faux arrière du véhicule ....





La Porsche 356 remporte un succès commercial énorme aux USA, en particulier chez les stars d'Hollywood. L'acteur américain James Dean en a possédé une. Il a disputé plusieurs courses avec, avant de se tourner vers un vrai modèle de compétition, la Porsche 550. Il y a eu beaucoup de modèles différents de la Porsche 356 au cours des années. Toutes ont été engagées en compétition automobile, que ce soit par l'usine Porsche ou par des équipages privés. Le palmarès en course est impressionnant, et nombre de 356 ont inquiété et parfois battu des voitures bien plus puissantes, grâce à leur maniabilité et leur légèreté ....





La création de la version « Speedster » de la 356, fin 1954, a été faite à la demande de Max Hoffman, l'importateur Porsche des États-Unis qui voulait une version moins chère et plus racée de la 356 et donc plus facile à vendre pour le marché américain. Le modèle Porsche 356A Speedster fabriqué entre fin 1955 et 1959 est le second modèle de la Porsche 356. Il sera disponible tout le long de sa production en trois silhouettes coupé, cabriolet ou speedster avec des motorisations différentes : 1300, 1300S, 1600 ou 1600S ....





La voiture qui illustre cet article est une Porsche 356A Speedster de 1955 dans sa configuration USA qui est équipée d’un moteur quatre cylindre de 1600 cc de cylindrée. Pour les clients auxquels les versions standards de la 356 ne suffisaient pas, Porsche proposait des versions plus proches des modèles de compétition mais immatriculables sur la voie publique ....





Construite par le célèbre carrossier germanique Reutter et reconnaissable au premier coup d'œil à son pare-brise recourbé et aplati (plutôt qu'en V en deux partie), à sa toute petite capote amovible, à sa ceinture de caisse abaissée, à son jonc chromé latéral au niveau des poignées de portes et à ses deux sièges baquets, autant de petits détails tous destinés à souligner avantageusement son caractère sportif, la Porsche 356A Speedster 1600 était en fait un modèle « économique », censé affronter les sportives britanniques bon marché du moment ....





Sous le capot de la belle Porsche 356A Speedster Reutter se cache un moteur à quatre cylindres à plat opposé horizontalement de 1.582 cm3 à soupapes en tête dit Flat 4 boxer qui développe 60 chevaux, refroidi par air, et alimenté par deux carburateurs Solex. Ce moteur était accouplé à une transmission manuelle à quatre vitesses. La suspension avant indépendante avec barres de torsion laminées, bras de suspension parallèles et amortisseurs tubulaires offrait pour l'époque une technologie à la pointe lui assurant une très bonne tenue de route ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : Flat4 boxer
  • Cylindrée : 1,6 litres
  • Puissance : 60 chevaux à 5.000 tr/min
  • Vitesse : environ 160 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Reutter
- © Porsche - © AutoPlus - © JP Echavidre





JPBlogAuto

- page 1 de 27