Les anciennes oubliées

Fil des billets

vendredi 25 juin 2021

Isotta-Fraschini Tipo 8C Monterosa Cabriolet Boneschi - 1948











Isotta Fraschini est un constructeur automobile italien historique, reconnu pour ses productions de luxe, parmi les plus prestigieuses du monde. A l’image de Duesenberg aux Etats-Unis, de Maybach en Allemagne ou encore d’Hispano-Suiza en France et en Espagne, Isotta Fraschini fait partie des grands noms des constructeurs de voiture de luxe du début du XXème siècle. La Società Milanese Automobili Isotta Fraschini & Co a été créée à Milan le 27 janvier 1900 par Cesare Isotta et les frères Vincenzo, Oreste et Antonio Fraschini. La production automobile prit fin en 1949, celle des poids lourds en 1955. La production de moteurs industriels se poursuit, encore de nos jours, avec la société Isotta Fraschini Motori ....





Dans les années 1920 et 1930, Isotta Fraschini était l'un des constructeurs de voitures de luxe les plus novateurs au monde. Cette marque italienne construisait des voitures de rêves que seuls, des magnats de la finance, des membres de la noblesse, des hommes d’état, des artistes réputés ou les premières stars hollywoodiennes, pouvaient acquérir. En 1919, le constructeur milanais proposa une nouvelle automobile de très haut de gamme, destinée à une très riche clientèle internationale : la Tipo 8. Chef d’œuvre de Giustino Cattaneo, cette Tipo 8 est reconnue immédiatement comme la voiture qui représente le luxe et l'élégance automobile. Voiture prestigieuse, elle est la voiture la plus désirée au monde à l'époque et trouve un très bon débouché commercial aux États-Unis ....





Mais la crise du début des années 1930 fait du mal à l'industrie et au constructeur italien, qui fut d’ailleurs repris en 1932 par le Groupe Caproni qui décide d’arrêter la production automobile pour se spécialiser dans la fourniture de moteurs industriels, pour l’aviation mais également pour les véhicules utilitaires. Néanmoins, une équipe d’ingénieur décida de travailler en secret sur un projet de voiture de luxe, dans la plus grande discrétion tant vis à vis de la direction d’Isotta Fraschini, que des autorités italiennes qui contrôlaient l’industrie dans une optique d’effort de guerre national ....





Menée par Giuseppe Merosi, qui était le responsable de la production de poids-lourds, l’équipe est complétée par Fabio Luigi Rapi, jeune ingénieur, et Aurelio Lampredi, ingénieur motoriste. Ensemble, ils décident la réalisation d’une voiture de luxe mais se situant un cran en dessous des anciens modèles d’Isotta Fraschini pour trouver un marché plus large. Mais c’est surtout une fois la guerre terminée que l’étude de la voiture reprend, alors que le temps est au rationnement des matières premières. Le retour d’Isotta Fraschini à l’automobile semble acté, car le constructeur présente finalement sa superbe Isotta-Fraschini Tipo 8C Monterosa lors du salon de Paris d’Octobre 1947 .…





La belle Isotta-Fraschini Tipo 8C Monterosa était destiné à être l'offre initiale d'après-guerre d'Isotta Fraschini une fois que l'activité industrielle normale a repris. Le Tipo 8C serait le premier nouveau modèle d'Isotta Fraschini depuis la fin de la production du Tipo 8B en 1934, après quoi toutes les activités avaient été limitées au réarmement militaire pour la production de guerre par le Parti national fasciste au pouvoir. La gamme de carrosseries s’étoffe peu à peu, Touring livrant une limousine, une berline 4 portes de Zagato, puis le carrossier Boneschi dévoilant un cabriolet sur la base de la 8C Monterosa, permettant de proposer une gamme complète et ainsi viser les clients qui ont été les plus fidèles à la marque ....





L'habitacle intérieur de la Isotta-Fraschini Tipo 8C Monterosa est vraiment très soigné et très luxueux pour l'époque. Tout est très bien construit et ajusté, et les matériaux ne souffrent pas la critique. L'intérieur est entièrement recouvert d'un superbe cuir de couleur assortie généralement à la teinte de la carrosserie. De confortables moquettes épaisses participent à l'esprit général de luxe qui en ressort. Le tableau de bord recouvert par d'une peinture assortie à la carrosserie est lui aussi complet et fonctionnel et les moquettes et tapis de sol participent au confort de l'ensemble. La radio et la climatisation sont aussi des éléments montés de série sur la voiture peu fréquents pour l'époque ....





Sous son capot, la belle Isotta-Fraschini Tipo 8C Monterosa est équipée d'un moteur V8 à soupapes en tête de 3400 cm3 de cylindrée, refroidi par eau, monté à l'arrière , équipé de culasses dotées de chambres de combustion hémisphériques qui développe une puissance de 125 chevaux à 4200 t/mn. Le moteur, la boîte de vitesses et le différentiel étaient en grande partie construits en alliage de métal léger Elektron. Avec un poids total en ordre de marche avoisinant une tonne et demi, la voiture pouvait atteindre une vitesse de pointe d'environ 170 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 8 cylindres
  • Cylindrée : 3.400 cm3
  • Puissance : 125 chevaux à 4200 t/mn



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Boneschi
- © StubsAuto - © Isotta-Fraschini - © AbsolutelyCars






JPBlogAuto

vendredi 28 mai 2021

Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta - 1953











La marque automobile Stanguellini, aujourd'hui disparue, est une ancienne société de construction mécanique italienne située à Modène qui s'est autrefois particulièrement distinguée dans le secteur de la compétition motocycliste et automobile. Cette marque naît en 1900 de la passion de son créateur Francesco Stanguellini pour le sport mécanique. Dans les premières années du XXe siècle, la marque prend de l'importance en participant à ses premières courses motocyclistes puis d'automobiles. En 1936, la société entre dans une production de modèles dérivés de châssis de Fiat et Maserati ....





En 1937, la marque forme une première équipe de compétition automobile qui débute par une série de victoires jusqu'à remporter la première place de classe au 12e Mille Miglia en 1938 avec une Stanguellini 750, obtenant ainsi une belle reconnaissance au niveau international. Dès le début des années 50, forte de ses succès, la marque Stanguellini va se rapprocher de la fameuse Carrosserie Bertone pour commencer à concevoir ses propres modèles de voitures de tourisme ....





Après la Seconde Guerre mondiale, l'Europe se remet lentement de ses blessures. L'économie redémarre mais avec la reprise des productions d'avant guerre. C'est à cette période que Stanguellini va entamer une astucieuse collaboration avec le célèbre designer Franco Scaglione, qui était alors le patron du style du carrossier Bertone. Cette étroite collaboration va finir par la production de quelques modèles d’exception sur la base de voitures Fiat dont ils s’efforcent d’améliorer tous les composants ....





L'étonnante Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta est radicalement différente de tout ce qui existe à cette époque car chez Bertone, Franco Scaglione produit certains des designs les plus audacieux du moment. À bien des égards, la voiture présentée ici incorpore des traits spécifiques inédits. Une lunette arrière en deux parties, un profil arrière élégant, une calandre entièrement intégrée avec des phares et des petits ailerons incurvés sur les ailes arrière offre un design novateur spécifique jamais vu .…





L'insolite Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta a pour base le sous bassement de la plate-forme entièrement en acier de la Fiat 508C. Pour ce qui est de la carrosserie, les panneaux de portes, le capot et le couvercle de coffre arrière sont fabriqués en aluminium par la Carrosserie Bertone. Plus tard ce sera la plate-forme Fiat 1100/103 qui sera utilisée en lieu et place de la 508C car Stanguellini était toujours sensible aux performances et donc presque tous les composants ont été mis à niveau pour ces voitures afin d'offrir le meilleur essai routier possible ....





Alors que la plupart des efforts de la firme italienne se sont concentrés sur les applications de compétition, un nombre limité de voitures de route portaient également le badge Stanguellini. Cette rare Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta était de celles la et en prime elle bénéficiait des améliorations les plus pointus de la compétition. Ainsi la suspension avait été notablement amélioré à l'avant en devenant indépendante mais aussi avec un essieu arrière direct et des ressorts à lames semi-elliptiques amortis. Le système de freinage avait été lui aussi grandement revu avec l'adoption de freins à tambour hydrauliques plus puissants aux 4 roues ....





À l’intérieur de la belle Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta on trouve une superbe sellerie en cuir bicolore qui s'harmonise parfaitement à la couleur de la carrosserie. La planche et le tableau de bord sont plutôt minimaliste car l'esprit de compétition règne mais complet et bien agencé. Les compteurs, voyants, accessoires et interrupteurs de commande sont bien placés, bien lisibles et suffisants pour le bon fonctionnement de la mécanique ....





La mécanique de la Stanguellini Bertone 1100 Berlinetta est donc un moteur d'origine Fiat. C'est un moteur à 4 cylindres en ligne à soupapes en ligne de 1089 cm3 alimenté par un carburateur Weber 40DCO3 simple corps et doté d’un collecteur d'admission spécial et d’une culasse à haute compression. Ce moteur modifié, après être passé dans les mains des ingénieurs chez Stanguellini développe environ 95 chevaux à 7.300 t/mn. Accolé à une transmission manuelle à 4 rapport, ce moteur permet avec le poids léger de la voiture d'avoisiner les 200 km/h en vitesse de pointe, un chiffre plutôt impressionnant à l'époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres en ligne
  • Cylindrée : 1.089 cm3
  • Puissance : 95 chevaux à 7.300 t/mn
  • Vitesse : environ 200 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Stanguellini
- © JP Echavidre - © Coachbuild - © Supercars - © Bertone






JPBlogAuto

vendredi 30 avril 2021

Delahaye 175 S Chapron Dandy Cabriolet - 1948











Delahaye était un constructeur français d'automobiles de luxe, de poids lourds et de véhicules d'incendie, plutôt renommé pionnier de l'automobile depuis 1895. La firme reprit Delage en 1935 puis disparut après guerre en 1954 rachetée par Hotchkiss. Quelques uns de ses plus célèbres modèles brillent encore de nos jours dans les concours d'élégance et se vendent en collection pour des sommes conséquentes. En compétition, la marque à remporté aussi bien le rallye de Monte-Carlo que les 24 Heures du Mans durant son apogée dans les années 1930 ....





Considéré comme l’un des plus prestigieux constructeurs d'automobiles de luxe français avant la deuxième guerre mondiale, Delahaye doit pourtant intégrer son concurrent Delage en 1935. Pendant la durée du conflit l’entreprise est elle aussi réquisitionnée par les occupants allemands mais en 1945, Delahaye et Delage sont intégrés au plan Pons pour reconstruire l'industrie et l'économie française d'après-guerre. Le plan leur attribue la construction des voitures de sport et de luxe destinées à l'exportation vers le marché international, pour générer des devises étrangères afin de renflouer l'économie surendettée de la France d'après-guerre ....





Confiées aux soins des plus célèbres carrossiers de l’époque, notamment à ceux de Henri Chapron, qui va devenir le partenaire privilégié de la marque, la firme Delahaye acquiert rapidement ses lettres de noblesse. Cette nouvelle et grande notoriété donne des ailes ainsi que de nouvelles ambitions aux dirigeants de la firme, qui, au début des années 50 s’apprêtent à franchir un échelon supplémentaire en lançant le modèle Delahaye 175 qui allie les performances et la vivacité d'une voiture de compétition au confort et à l’équipement d'une voiture de luxe ....





La carrosserie de la Delahaye 175 est dessinée par le chef designer de la marque Philippe Charbonneaux, et réalisée par le carrossier Henri Chapron. Le châssis-moteur est également vendu nu, pour être carrossé par de nombreux carrossiers indépendants de prestige de l'époque dont Figoni & Falaschi, Jacques Saoutchik, Marius Franay, Alphonse Guilloré, Marcel Pourtout, Jean Antem, Dubos Frères, Faget & Varnet, Jean Henri-Labourdette, ou Letourneur & Marchand. Les dimensions de la voiture sont une longueur de 4,45 mètres, une largeur de 1,72 mètres et un empattement de 2,95 mètres .…





La Delahaye 175 S Chapron Dandy Cabriolet qui illustre cet article est un modèle de 1948 avec un nouvel ensemble châssis moteur commun entre Delahaye et Delage, et diverses évolutions techniques dont les premiers récepteurs radio et climatiseurs de bord. C'est une rareté construite à seulement 51 exemplaires pour toute la série. Vendue au prix de trois Citroën Traction Avant 15-Six, la série est un échec commercial du à une longue période de mise au point, et à la dépression financière d'après guerre. Surnommées dernières des grandes Delahaye, elles entraînent la disparition du constructeur Delahaye / Delage en 1954 ....





Pourtant, l'habitacle intérieur de la Delahaye 175 S Chapron Dandy Cabriolet est vraiment très soigné et très luxueux pour l'époque. Tout est très bien construit et ajusté, et les matériaux ne souffrent pas la critique. L'intérieur est entièrement recouvert d'un superbe cuir de couleur assortie généralement à la teinte de la carrosserie. De confortables moquettes épaisses participent à l'esprit général de luxe qui en ressort. Le tableau de bord recouvert par des inserts de bois précieux est lui aussi complet et fonctionnel et les moquettes et tapis de sol participent au confort de l'ensemble. La radio et la climatisation sont aussi des éléments montés de série sur la voiture peu fréquents pour l'époque ....





Sous le capot de la belle Delahaye 175 S Chapron Dandy Cabriolet on retrouve une évolution du moteur six cylindres en ligne de 3,5 Litres de cylindrée des Delahaye type 135, mais poussé ici à 4,5 Litres de cylindrée. Alimenté par trois carburateurs Stromberg, ce moteur développe 220 chevaux qui accouplé à une boite de vitesse Wilson à quatre rapports épicycloïdale semi-automatique électrique propulse la voiture de deux tonnes à 180 km/h de vitesse de pointe. Les suspensions sont assurées à l'avant par un système Dubonnet et à l'arrière par un type De Dion-Bouton. Le freinage est quant à lui assuré par des freins à tambour hydraulique Lockheed ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 6 cylindres
  • Cylindrée : 4.500 cm3
  • Puissance : 220 chevaux



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Delahaye
- © JP Echavidre - © Coachbuild - © Supercars






JPBlogAuto

vendredi 5 mars 2021

Pegaso Z 102 Saoutchik Coupé - 1952











Enasa (Empresa Nacional de Autocamiones S.A.) est une société espagnole de l'État, spécialisée dans la fabrication de véhicules industriels, mais qui durant les années 1950 produisit les fameuses automobiles sportives Pegaso ainsi que des autobus. Pegaso était également réputé, au lendemain de la seconde guerre mondiale, comme constructeur de voitures, digne héritière de Hispano-Suiza. De nos jours, Pegaso est la marque commerciale du groupe industriel espagnol intégré depuis 1990 dans le groupe Fiat-Iveco ....





Aujourd'hui, il est difficile d'imaginer que dans le début des années 1950 une des voitures de tourisme parmi les plus élaborées et les plus rapides a été construite non pas en Italie, en Allemagne, en France ou en Angleterre, mais bien en Espagne. Cela devient plus crédible lorsque l‘on sait que cette « supercar » est due à l'ancien patron du style d’Alfa Romeo, Wilfredo Ricart et qu’elle a été construite par Pegaso dans les vestiges de l'usine Hispano Suiza ....





De retour en Espagne après la guerre, l’INI (Institudo Nacional de Industria) propose à Wilfredo Ricart de participer au plan de réorganisation de l’industrie automobile du pays. Une nouvelle entité est créée, l’ENASA pour relancer en priorité la fabrique de camions et de bus sous la marque Pegaso. Parallèlement, Franco autorise à Ricart la création du CETA (Centro Technicos de Automocion) pour le projet d’une voiture de Grand Tourisme. C’est ainsi que nait le projet de la Pegaso Z 102 sans doute la toute première GT de l'histoire automobile espagnole ....





Dans le but de faire briller l'industrie espagnole une grande partie de cette voiture de sport sera fabriquée en Espagne avec très peu de sous traitance extérieure. Les coûts de production en petite série étant très élevés, Pegaso se tourne finalement vers une voiture de sport haut de gamme et de haute qualité afin de justifier le prix final très élevé. Après quelques années d'études sur les nouveaux alliages de métaux et la précision des découpes et des ajustements, la Pegaso Z 102 est finalement présenté au Salon de Paris en octobre 1951. Les très riches clients ont la possibilité de faire habiller leur Z 102 par quatre carrossiers, Enasa lui-même, le français Carrosserie Saoutchik, l'italien Touring ou le catalan Serra ....





Le châssis de la Pegaso Z 102 sera donc ainsi décliné sous forme de coupé, de cabriolet ou de spider pour la compétition. Fidèle à son style très particulier, le designer d'origine ukrainienne Saoutchik habillera les Pegaso de carrosseries plus baroques et surchargées, sans doute les plus belles. A l'avant de la carrosserie les ailes débordent sur les phares et la calandre est inclinée et encadrée de deux butoirs chromés et à l'arrière le dessin reste plus classique avec cependant des feux arrières qui sont surmontés de deux mini dérives. Sa conception d’avant-garde relève de la technique sophistiquée de compétition mise au point par Wilfredo Ricart. L’ingénieur barcelonais tire ainsi profit de son expérience acquise chez Alfa Roméo à la fin des années 30. L’auto la plus chère du Grand Palais deviendra aussi en 1952 la voiture commercialisée la plus rapide au monde avec la Ferrari 340 America ....





La Pegaso Z-102 se révèle être une grande routière aux caractéristiques mécaniques relevant de la compétition avec cette conception technique d'avant-garde peu utilisée à l'époque. En effet, pour le châssis de la Pégaso Z102, Ricart va mettre en œuvre son expérience de la compétition. Le train avant est à double triangles avec barres de torsion longitudinales. L’essieu arrière de type DeDion est à barres de torsion transversales. Ces trains roulants sont montés sur une plate-forme en acier avec un empattement inhabituellement court de 2.340 mm. Ce châssis conçu par Ricart est donc particulièrement original. En fait, il s’agit d’une plateforme semi monocoque constituée de plusieurs caissons en tôle d'acier emboutie et soudés entre eux ....





Pour ce qui concerne le côté technique, la Pegaso Z-102 adopte donc des solutions en avance pour l'époque comme par exemple sa transmission qui propose une boîte 5 rapports accolée au pont et recevant un différentiel à glissement limité. Les tambours de frein arrière de chez Lockheed avec leur fort diamètre de 355 mm sont eux aussi accolés au pont et la colonne de direction télescopique est réglable. Le pont est relié aux roues par des arbres à joints homocinétiques et les roues sont reliées entre elles par une barre rigide. Quelques rares systèmes étrangers sont montés sur la voiture comme l'allumage Bosch et les jantes à rayons Borrani à moyeu Rudge ....





Le gouvernement nationaliste espagnol de l'époque qui s'était montré très intéressé par le projet qui pourrait donner à l'Espagne un statut de pays constructeur automobile en Europe accueillait donc avec plaisir cette superbe Pegaso Z 102 qui portait un nom et un logo dérivé de la créature mythique grecque Pegasus, un cheval volant. Pégaso va même engager ses voitures en compétition par exemple aux 24 Heures du Mans et parviendra finalement à écrire une page de l’histoire de l’automobile en 1953 le seul succès international de l’équipe en remportant la célèbre course « Carrera PanAmericana » ....





L'habitacle intérieur de la Pegaso Z 102 est vraiment très luxueux entièrement gainé de cuir de haute qualité avec des surpiqures de couleur. Un superbe volant aluminium cerclé de bois équipe le bolide. C'est la grande classe, avec par exemple un pommeau de levier de vitesse en ivoire. Avec un habitacle lumineux à montant fin et ses surfaces vitrées importantes, l'intérieur est clair. Le savant mélange de cuir et de moquettes de l'habitacle, rendent cette grand tourisme très luxueuse. La planche de bord regroupe des compteurs volumineux clairs et ronds dont un compteur de vitesses gradué jusqu'à 240 km/h ....





Sous le capot de la belle Pegaso Z 102 on trouve un V8 à 90° entièrement en aluminium avec des chemises amovibles en acier nitruré et équipé de deux arbres à cames pour chaque rangée de cylindres montés sur des roulements à aiguilles avec des chambres de combustion hémisphériques. La cylindrée initiale est relativement modeste 2,5 litres mais Ricart a pensé aux extensions possibles et la cylindrée évolue vers 2,8 et même 3,2 litres. L’alimentation se fait par deux carburateurs Weber. Une version suralimentée a également été mise au point. Le plus « petit » des moteurs V8 (2.472 cc) développe une puissance maxi de 165 chevaux tandis que la version 3.2 litres annonce une puissance de 360 chevaux à 6.500 tr/min pour un couple de 25 mkg à 3500 tr/mn. Les Pegaso peuvent même recevoir un compresseur de type Roots, qui permet d'atteindre une vitesse d'environ 260 km/h selon la motorisation et le rapport de pont choisis ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : V8 à 90°
  • Cylindrée : 3200 cm3
  • Puissance : 360 chevaux à 6.500 t/m
  • Couple : 25 Nm à 3500 tr/mn




Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Pegaso
- © StubsAuto - © JP Echavidre - © WheelsAge




JPBlogAuto

- page 1 de 30