Les anciennes oubliées

Fil des billets

vendredi 5 mars 2021

Pegaso Z 102 Saoutchik Coupé - 1952











Enasa (Empresa Nacional de Autocamiones S.A.) est une société espagnole de l'État, spécialisée dans la fabrication de véhicules industriels, mais qui durant les années 1950 produisit les fameuses automobiles sportives Pegaso ainsi que des autobus. Pegaso était également réputé, au lendemain de la seconde guerre mondiale, comme constructeur de voitures, digne héritière de Hispano-Suiza. De nos jours, Pegaso est la marque commerciale du groupe industriel espagnol intégré depuis 1990 dans le groupe Fiat-Iveco ....





Aujourd'hui, il est difficile d'imaginer que dans le début des années 1950 une des voitures de tourisme parmi les plus élaborées et les plus rapides a été construite non pas en Italie, en Allemagne, en France ou en Angleterre, mais bien en Espagne. Cela devient plus crédible lorsque l‘on sait que cette « supercar » est due à l'ancien patron du style d’Alfa Romeo, Wilfredo Ricart et qu’elle a été construite par Pegaso dans les vestiges de l'usine Hispano Suiza ....





De retour en Espagne après la guerre, l’INI (Institudo Nacional de Industria) propose à Wilfredo Ricart de participer au plan de réorganisation de l’industrie automobile du pays. Une nouvelle entité est créée, l’ENASA pour relancer en priorité la fabrique de camions et de bus sous la marque Pegaso. Parallèlement, Franco autorise à Ricart la création du CETA (Centro Technicos de Automocion) pour le projet d’une voiture de Grand Tourisme. C’est ainsi que nait le projet de la Pegaso Z 102 sans doute la toute première GT de l'histoire automobile espagnole ....





Dans le but de faire briller l'industrie espagnole une grande partie de cette voiture de sport sera fabriquée en Espagne avec très peu de sous traitance extérieure. Les coûts de production en petite série étant très élevés, Pegaso se tourne finalement vers une voiture de sport haut de gamme et de haute qualité afin de justifier le prix final très élevé. Après quelques années d'études sur les nouveaux alliages de métaux et la précision des découpes et des ajustements, la Pegaso Z 102 est finalement présenté au Salon de Paris en octobre 1951. Les très riches clients ont la possibilité de faire habiller leur Z 102 par quatre carrossiers, Enasa lui-même, le français Carrosserie Saoutchik, l'italien Touring ou le catalan Serra ....





Le châssis de la Pegaso Z 102 sera donc ainsi décliné sous forme de coupé, de cabriolet ou de spider pour la compétition. Fidèle à son style très particulier, le designer d'origine ukrainienne Saoutchik habillera les Pegaso de carrosseries plus baroques et surchargées, sans doute les plus belles. A l'avant de la carrosserie les ailes débordent sur les phares et la calandre est inclinée et encadrée de deux butoirs chromés et à l'arrière le dessin reste plus classique avec cependant des feux arrières qui sont surmontés de deux mini dérives. Sa conception d’avant-garde relève de la technique sophistiquée de compétition mise au point par Wilfredo Ricart. L’ingénieur barcelonais tire ainsi profit de son expérience acquise chez Alfa Roméo à la fin des années 30. L’auto la plus chère du Grand Palais deviendra aussi en 1952 la voiture commercialisée la plus rapide au monde avec la Ferrari 340 America ....





La Pegaso Z-102 se révèle être une grande routière aux caractéristiques mécaniques relevant de la compétition avec cette conception technique d'avant-garde peu utilisée à l'époque. En effet, pour le châssis de la Pégaso Z102, Ricart va mettre en œuvre son expérience de la compétition. Le train avant est à double triangles avec barres de torsion longitudinales. L’essieu arrière de type DeDion est à barres de torsion transversales. Ces trains roulants sont montés sur une plate-forme en acier avec un empattement inhabituellement court de 2.340 mm. Ce châssis conçu par Ricart est donc particulièrement original. En fait, il s’agit d’une plateforme semi monocoque constituée de plusieurs caissons en tôle d'acier emboutie et soudés entre eux ....





Pour ce qui concerne le côté technique, la Pegaso Z-102 adopte donc des solutions en avance pour l'époque comme par exemple sa transmission qui propose une boîte 5 rapports accolée au pont et recevant un différentiel à glissement limité. Les tambours de frein arrière de chez Lockheed avec leur fort diamètre de 355 mm sont eux aussi accolés au pont et la colonne de direction télescopique est réglable. Le pont est relié aux roues par des arbres à joints homocinétiques et les roues sont reliées entre elles par une barre rigide. Quelques rares systèmes étrangers sont montés sur la voiture comme l'allumage Bosch et les jantes à rayons Borrani à moyeu Rudge ....





Le gouvernement nationaliste espagnol de l'époque qui s'était montré très intéressé par le projet qui pourrait donner à l'Espagne un statut de pays constructeur automobile en Europe accueillait donc avec plaisir cette superbe Pegaso Z 102 qui portait un nom et un logo dérivé de la créature mythique grecque Pegasus, un cheval volant. Pégaso va même engager ses voitures en compétition par exemple aux 24 Heures du Mans et parviendra finalement à écrire une page de l’histoire de l’automobile en 1953 le seul succès international de l’équipe en remportant la célèbre course « Carrera PanAmericana » ....





L'habitacle intérieur de la Pegaso Z 102 est vraiment très luxueux entièrement gainé de cuir de haute qualité avec des surpiqures de couleur. Un superbe volant aluminium cerclé de bois équipe le bolide. C'est la grande classe, avec par exemple un pommeau de levier de vitesse en ivoire. Avec un habitacle lumineux à montant fin et ses surfaces vitrées importantes, l'intérieur est clair. Le savant mélange de cuir et de moquettes de l'habitacle, rendent cette grand tourisme très luxueuse. La planche de bord regroupe des compteurs volumineux clairs et ronds dont un compteur de vitesses gradué jusqu'à 240 km/h ....





Sous le capot de la belle Pegaso Z 102 on trouve un V8 à 90° entièrement en aluminium avec des chemises amovibles en acier nitruré et équipé de deux arbres à cames pour chaque rangée de cylindres montés sur des roulements à aiguilles avec des chambres de combustion hémisphériques. La cylindrée initiale est relativement modeste 2,5 litres mais Ricart a pensé aux extensions possibles et la cylindrée évolue vers 2,8 et même 3,2 litres. L’alimentation se fait par deux carburateurs Weber. Une version suralimentée a également été mise au point. Le plus « petit » des moteurs V8 (2.472 cc) développe une puissance maxi de 165 chevaux tandis que la version 3.2 litres annonce une puissance de 360 chevaux à 6.500 tr/min pour un couple de 25 mkg à 3500 tr/mn. Les Pegaso peuvent même recevoir un compresseur de type Roots, qui permet d'atteindre une vitesse d'environ 260 km/h selon la motorisation et le rapport de pont choisis ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : V8 à 90°
  • Cylindrée : 3200 cm3
  • Puissance : 360 chevaux à 6.500 t/m
  • Couple : 25 Nm à 3500 tr/mn




Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Pegaso
- © StubsAuto - © JP Echavidre - © WheelsAge




JPBlogAuto

vendredi 29 janvier 2021

Goliath GP 700 Sport - 1952











Goliath est une ancienne marque de voitures allemandes construites entre 1928 et 1961 au sein du groupe Borgward. L'entreprise était basée à Brême et spécialisée dans les voitures à trois roues, les camions mais aussi les voitures de taille moyenne. La compagnie Goliath-Werke Borgward & Co. a été créée par Carl F. W. Borgward et Wilhelm Tecklenborg en 1928 ....





Carl Borgward choisit le losange comme emblème, les quatre pointes du losange représentant les quatre marques du groupe, Borgward, Hansa, Lloyd et Goliath. La mission assignée à chaque marque était la suivante : Lloyd devait produire les modèles de petite cylindrée, Hansa les modèles de moyenne cylindrée, Goliath les véhicules utilitaires et Borgward les modèles de grosse cylindrée ....





Après la fin de la guerre, l’Allemagne est en ruines. Toutefois, la population se met lentement à reconstruire le pays et certaines usines commencent à démarrer une production limitée de véhicules utilitaires et plus rarement de voitures particulières. Goliath redémarre donc elle aussi dès 1950 la fabrication de ses petites voitures particulières mais au compte goutte car l'économie est encore au ralentie et la demande est plutôt axée sur les véhicules utilitaires ....





La firme qui avait abandonné la production de voitures de tourisme depuis 1934 dévoile la nouvelle Goliath GP700 (GP pour Goliath Personenwagen, et 700 pour la cylindrée), proposée en break, berline, cabriolet, et même coupé dotée d’un moteur deux cylindres deux temps. Cette petite voiture qui s’adresse aux classes moyennes est plutôt confortable pour sa cylindrée. Sa carrosserie deux portes de style ponton imaginée par Carl Borgward est tout acier et le châssis est à tube central ....





Ce n'est finalement que lors du Salon de l' automobile de Francfort en avril 1952 que la firme présente son joli petit coupé de sport la Goliath GP700 Sport. Cette voiture de sport était pourvue d'une architecture peu commune pour l'époque avec un moteur avant et à traction avant qui était aussi équipée d'une boîte de vitesses synchronisée à 4 vitesses, chose assez rare encore pour l'époque ....





Le look général de la petite Goliath GP700 Sport construite par la Carrosserie Rometsch avait des similitudes avec la Porsche 356 et la Borgward Hansa. En particulier, le profil de la caisse, les passages de roues, le capot et l'arrière en pente avec un petit couvercle de coffre qui pouvaient facilement vous faire croire qu'il s'agissait d'un produit typiquement Porsche tant le design était assez similaire ....





Le poids à vide de la petite Goliath GP 700 Sport est de 780 kg. Ses dimensions sont elles aussi plutôt réduites avec une longueur de 3,90 mètre, une largeur de 1.55 mètre et une hauteur de 1,29 mètre et on peut donc dire que la voiture est légère et très maniable. La 700 Sport en production uniquement du milieu de 1951 au milieu de 1952 était une vraie voiture fabriquée à la main qui était très chère. Cependant, elle a introduit un certain nombre de caractéristiques qui sont devenues la norme dans les automobiles pendant la seconde moitié du 20e siècle ....





L'habitacle intérieur de la Goliath GP 700 Sport est vraiment assez luxueux et élégant, avec un tableau de bord peint de la couleur de la carrosserie et de luxueuses jauges et compteurs VDO. Un superbe volant deux branches cerclé de résine de même couleur que la planche de bord équipe le bolide. Le savant mélange de cuir et de moquettes de l'habitacle, rendent cette voiture de sport assez confortable pour l'époque. Cerise sur le gâteau le bolide est aussi équipé d'un poste radio Blaupunkt ....





Sous le capot de la petite Goliath GP 700 Sport les ingénieurs de la marque l'ont équipée d’un moteur à deux cylindres à deux temps de 845 cm3. La version à carburateur avec laquelle la voiture a été lancée avait une puissance maximale déclarée de 25 chevaux, qui est rapidement passé à 32 chevaux à 4000 tr/min et 67 Nm de couple à 3000 tr/min avec une injection de carburant spécifique Bosch. Cette fameuse injection de carburant est apparu sur la GP700 cinq ans avant la Mercedes-Benz 300 SL. La vitesse maximale revendiquée était alors de 125 km/h ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 2 cylindre 2 temps
  • Cylindrée : 845 cm3
  • Puissance : 32 chevaux à 4000 tr/min
  • Couple : 67 Nm à 3000 tr/min





Goliath GP 700 Sport - 1952 ....



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Goliath - © JP Echavidre - © Carcatalog




JPBlogAuto

vendredi 21 août 2020

Cord 812 Beverley Sedan - 1937











Cord automobile est un vénérable constructeur automobile américain de prestige, fondé en 1929 par Errett Lobban Cord, homme d'affaires, industriel, et sénateur américain. La marque résulte d'un regroupement important en forme de holding de plus de 150 entreprises et industries du transport américain reconnu en particulier pour avoir construit quelques-unes des voitures américaines de luxe les plus mythiques de l'histoire de l'automobile des années 1930 avec par exemple Auburn ou Duesenberg ....





Véritable sculpture sur roues, considérée comme l’icône du design industriel américain, la Cord 812 a marqué l’histoire de l'automobile américaine. Dessinée par le chef designer Gordon Buehrig, elle est inspirée du Style « paquebot Art déco » très en vogue de l'époque, avec un arrière fastback, des énormes flexibles d’échappements latéraux chromés en version "turbo charged" inspirés des Duesenberg, et des tout premiers phares escamotables de l'histoire de l'automobile. Mais surtout, cette Cord est la première voiture américaine à la fois à traction avant et à suspension à roues indépendantes ....





Présenté pour la toute première fois au Salon de l’Automobile de New-York en novembre 1935, le modèle est disponible en berline, avec deux niveaux de finition, Cord 812 Beverley et Westchester plus sophistiquée, ainsi qu'en cabriolets à deux et quatre places construites à 2320 exemplaires entre 1936 et 1937 sous les appellations Cord 810 et Cord 812. La suralimentation est disponible sur les modèles 1937 baptisés 812, qui se distinguent des 812 à moteur à aspiration naturelle par les tuyauteries d'échappement externes chromés implantées de chaque côté du capot comme sur les Duesenberg de l'époque ....





S'inspirant de la Citroën Traction Avant, les concepteurs de Cord ont donné au 810/812 un châssis semi-monocoque. La transmission semi-automatique à quatre rapports est implantée devant le moteur, comme sur une Traction Avant Citroën. Cela permet de se passer de l'arbre de transmission et du tunnel de transmission, en conséquence, la nouvelle voiture est si basse qu'elle ne nécessite pas de marchepieds. Côté design, l'étonnante Cord 812 Berverley propose un avant qui comporte des ailes très galbées avec des phares cachés, une première pour une voiture de série. Plutôt qu'une calandre traditionnelle, le radiateur est caché derrière une calandre enveloppante plutôt élégante bien que peu orthodoxe et un capot à ouverture de l’avant vers l’arrière, ce qui lui a valu le surnom de « nez de cercueil » ....





Cord avait beaucoup de mal à produire suffisamment de voitures pour répondre à la demande car les concessionnaires et les acheteurs étaient très sensibles aux diverses avancées technologiques innovantes de la Cord 812 Berverley, tels que son dispositif de changement de vitesse à vide électrique, baptisé "moutardier", situé sur un bras court juste sous le volant pour faciliter le contrôle du conducteur et donc le plaisir de conduite. Le design des poignées de porte, des jauges arrondies et des manivelles de fenêtre confirmerait le style Art Déco. D’autres innovations apparaissent sur ce modèle tels une trappe de remplissage de carburant dissimulée et des essuie-glaces à vitesse variable ....





L'habitacle intérieur de la Cord 812 Beverley Sedan est assez luxueux. La sellerie, de qualité tout à fait exceptionnelle est composée de cuir et de moquette. Les détails ont été particulièrement soignés, en particulier au niveau des finitions en tout point conformes à l'esprit que le patron souhaitait alors insuffler à ces voitures. Le tableau de bord comprend une instrumentation très complète intégrée dans un panneau en alliage léger poli et bouchonné dont le design est inspiré de l’aviation. On y trouve également un tachymètre et une radio de série qui n'est devenue une offre standard de l'industrie automobile que dans les années 1950 ....





Sous le capot de la belle Cord 812 Beverley Sedan les ingénieurs Stanley Lavoie et George H. Kublin chargés de la technique ont choisi un moteur V8 de la filiale Lycoming étudié spécialement. C'est un moteur d'avion à 90° de 4.739 cc de cylindrée qui développe une puissance maxi de 125 chevaux. La transmission est assurée par une boite semi-automatique à quatre rapports à présélecteur manuel activées électriquement à partir du volant. En option, une version dotée d'un compresseur Schwitzer-Cummins permet de porter la puissance à 170 chevaux à 3600 tr/min ce qui offre des performances enviables comme le 0 à 100 km/h parcouru en 13,2 secondes, une des voitures de série les plus rapides de son époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : V8 Lycoming
  • Cylindrée : 4739 cm3
  • Puissance : 170 chevaux à 3600 t/mn
  • Couple : 19,5 mkg à 1500 tr/mn





Cord 812 Beverly Sedan - 1937 ...



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Cord - © StubsAuto - © ConceptCarz




JPBlogAuto

vendredi 29 mai 2020

Talbot Lago T150C SS Figoni & Falaschi Teardrop Coupé - 1937











Talbot était un ancien constructeur automobile français d'origine anglaise dont l'histoire est assez mouvementée. La branche française, devenue indépendante grâce à Anthony Lago, fut vendue à Simca en 1958. Rachetée finalement par Peugeot, elle fut encore une fois revendue à Chrysler Europe vingts ans plus tard en 1978. En Grande-Bretagne, la marque vivra encore de façon étonnante jusqu'au milieu des années 1990, en commercialisant un unique modèle, l'Express, un utilitaire frère jumeau des Peugeot J5 et Citroën C25. Cette vénérable marque appartient depuis au Groupe PSA ....





La Talbot-Lago T150 est une automobile de luxe du constructeur automobile français Talbot-Lago, déclinée des Talbot T150C de course, produites à 69 exemplaires entre 1937 et 1939. L'ingénieur industriel italien Anthony Lago rachète alors la marque en 1934, et entreprend de la métamorphoser en marque de sportive d'exception, avec l'ingénieur motoriste en chef maison Walter Becchia. Ils conçoivent ensemble les Talbot-Lago T150 considérée comme un des fleurons de l'automobile française des années 1930, concurrente entre autres des prestigieuses Bugatti Type 46 et 57, Delahaye Type 135, 145, et 165, Delage D6 et D8, Alfa Romeo 8C 2900, ou Panhard et Levassor Dynamic ....





Devenue indépendante du groupe anglais STD, la marque française Talbot se lance dans un programme sportif dynamisé par son propriétaire Anthony Lago. Conçues par Walter Becchia, les nouvelles voitures se modernisent techniquement. Réalisées dans les ateliers de Suresnes, les voitures reçoivent une carrosserie de coach ou de cabriolet des plus élégantes et moderne pour l'époque. Question motorisation, la puissance varie de 140 chevaux sur les versions client à 155 chevaux sur les voitures compétition d'usine. En 1937, Talbot-Lago remporte le Grand prix de France et le Tourist Trophy. Au moment de l'entrée en guerre, en 1939, Tony Lago avait réussi à hisser la marque parmi les meilleures en Europe ....





Figoni & Falaschi, le célébrissime carrossier français, sera chargé par Talbot de carrosser la majorité des châssis de T150, principalement en berlinette ou en cabriolet. La première Talbot-Lago T150 carrossée par Figoni & Falaschi était présentée au Salon de l’Automobile de Paris en 1937. Le style de la voiture était impressionnant avec ses lignes courbes, l’inclinaison du pare-brise et la recherche de l’aérodynamisme, qui ont fait de ce modèle baptisé « Goutte d’eau » une référence dans le design automobile. Mais la version de la Talbot Lago T150C SS présentée au Salon de l’Automobile de New-York en 1937 est, au dire de tous les spécialistes, le chef d’œuvre incontesté de Joseph Figoni, styliste dans la célèbre firme « Figoni & Falaschi » ....





Le coupé Talbot Lago T150C SS Figoni & Falaschi Teardrop présenté au salon de New-York sera fabriqué en 11 exemplaires seulement. Ce sont donc uniquement 11 modèles qui avaient été commercialisés en 1939 lorsque la production fut arrêtée. Les carrossiers jouent maintenant avec les courbes, n’hésitent plus à pousser leurs idées à l’extrême, parfois jusqu’à l’outrance. Ils profitent aussi de la couleur tant pour l’extérieur des carrosseries que pour les garnitures d'intérieur. La créativité a, dans tous les domaines, atteint un sommet en 1937. C'était un dessin dépourvu de lignes droites, un décoré de courbes sensuelles qui annonçaient la vitesse sans même bouger. Ce style a été souligné par les ailes de ponton décroissantes, appelées «enveloppantes» par Figoni, et une extrémité arrière convergente qui pourrait être appelée de nos jours un fastback ....





L'habitacle intérieur de la Talbot Lago T150C SS Figoni & Falaschi Teardrop est lui aussi assez luxueux. La sellerie, de qualité tout à fait exceptionnelle est composée de cuir et de moquette. Les détails ont été particulièrement soignés, en particulier au niveau des finitions en tout point conformes à l'esprit que le patron souhaitait alors insuffler à ces voitures. Le tableau de bord est constitué d'un insert en aluminium bouchonné du plus bel effet ou prennent place tous les compteurs et boutons nécessaires à la conduite. Le volant à quatre branche lui aussi en aluminium est cerclé de bois précieux. le tout offre au regard un effet agréable et cossu ....





Sous le capot de la belle Talbot Lago T150C SS Figoni & Falaschi Teardrop se cache le moteur 6 cylindres en ligne de 3996 cm³ des modèles de course Talbot T150C implanté longitudinalement à l’avant et alimenté par 3 carburateurs Stromberg. Ce moteur délivre une puissance maxi de 170 chevaux à 4200 t/mn et un couple maxi de 19,5 mkg à 1500 tr/mn. Le nouveau moteur a été couplé à une boîte de vitesses à quatre vitesses produite par Wilson, une société également détenue par Lago. Avec un poids d'environ 1500 kilos, la voiture été capable d'atteindre une vitesse de pointe d'environ 180 km/h plutôt remarquable pour l'époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 6 cylindres en ligne
  • Cylindrée : 3996 cm3
  • Puissance : 170 chevaux à 4200 t/mn
  • Couple : 19,5 mkg à 1500 tr/mn



Sources : © Wikipédia - © Google Images
- © Talbot-Lago - © StubsAuto - © JP Echavidre




JPBlogAuto

- page 1 de 29