Mot-clé - Morgan

Fil des billets

vendredi 26 mai 2017

Ashley Sportiva GT - 1961







ashley00.jpg



La société britannique Ashley Laminates a été fondée après guerre en 1955 par Peter Pellandine et Keith Waddington. C'était au départ une entreprise de fabrication de carrosseries et de châssis spécifiques jusqu'en 1962. Ils ont également offert une gamme de produits pour les constructeurs indépendants des radiateurs, des collecteurs d'échappement, des tubes en acier, des tôles d'aluminium, diverses pièces de suspension, des pompes à eau, des jantes et des pneus. La société a également fabriqué des capotes et des hardtops pour d'autres voitures de sport produites en série, y compris l'Austin Healey Sprite et même la Jaguar Type E ....





La firme Ashley initialement installée à Loughton dans le compté de l'Essex va y construire son tout premier modèle la petite Ashley 750 qui habillait des châssis Austin Seven d'avant-guerre, équipés d'un moteur de 747 cm3. Ce site deviendra finalement un hall d'exposition car la marque va s'installer plus au large dans la zone urbaine de Bush Fair dans le compté de Harlow. Elle proposera dans ce nouveau site le roadster Ashley 1172 sur un châssis Ford 8 ou 10 avec le moteur Ford Sidevalve ....





Il faudra attendre 1960 pour que la marque construise dans un nouveau local à Stortford dans le compté de Hertfordshire le modèle qui fait l'objet de cet article. L'étonnante et insolite Ashley Sportiva GT était une version améliorée de la précédente 1172, mais bien mieux finie et restylée tant à l'avant qu'à l'arrière. Elle était disponible avec une carrosserie de coupé mais aussi de cabriolet. Le châssis entièrement fabriqué en interne proposait deux empattements, un cour avec deux places et un long avec quatre places qui pouvait être équipé de roues à rayon ....





La carrosserie de la Ashley Sportiva GT pouvait aussi à la demande être adaptée sur un châssis de Morgan +4, mais également être équipée du moteur de la MGA ou celui de la " A series " de BMC ou enfin celui de l'Austin Healey. Il faut savoir qu'après-guerre, la pénurie de l'offre de voitures neuves était une réalité en Grande Bretagne comme dans la plupart des pays européens. Pour la jeunesse qui avait quelques moyens, la meilleure solution pour se faire plaisir consistait à acheter ce genre de voiture en kit à prix réduit qui proposait des performances et un look sympa ....





Le design de la carrosserie en fibre de verre ce cette étonnante Ashley Sportiva GT nous fait penser à une Peerless GT en raison du style de l'avant et du long capot mais avec des ailes arrière qui nous rappellent une MGA. Au final ce mélange insolite de divers style avec cette imposante lunette arrière est une tranche intéressante de l'industrie automobile britannique dans les années 1960, et force est de reconnaitre de nos jours que l'originalité de cette étonnante petite sportive est un modèle très peu courant et assez rare qu'il est important de conserver ....





L'habitacle de la petite Ashley Sportiva GT appartient plus particulièrement au monde de la sportivité et ne fait donc que très peu de concession en matière de finition dite de luxe et de confort. Ici tout est calculé uniquement pour ce qui est du confort du pilote et la firme n'a fait que respecter au mieux les impératifs d'efficacité pure pour la conduite sportive. Le tableau de bord propose cinq petits compteurs et deux gros qui permettent de surveiller au mieux tout ce qui concerne la mécanique. Un lecteur de cartes flexible est même monté de série pour ceux qui envisageraient de faire du rallye. La seule concession au confort est un modeste poste de radio, mais on peut trouver un peu de moquette au sol et du cuir sur les sièges avec un élégant et pratique volant en aluminium cerclé de bois ....





Pour ce qui est de la mécanique, l'insolite Ashley Sportiva GT était le plus souvent disponible équipée d'un moteur Ford d'une cylindrée de 1500cc alimenté par un double carburateur SU qui développait une puissance de 75 chevaux au régime de 5500 t/mn avec un couple maxi de 135 Nm. Accouplé à une boite manuelle à quatre vitesses, cette motorisation permettait d'atteindre une vitesse de pointe d'environ 170 km/h car l'engin ne pesait qu'environ 800 kilos. Malheureusement elle fut victime dès 1962 de l'effondrement de la demande pour ces kit cars et après seulement quelques dizaines d'unités la production de ce modèle original cessait définitivement ....







Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : Ford 4 cylindres
  • Cylindrée : 1500 cm3
  • Puissance : 75 ch à 5500 t/mn
  • Couple : 135 Nm
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : manuelle à 4 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Ashley




La Ashley Sportiva GT - 1961 ...








JPBlogAuto

lundi 21 novembre 2011

Morgan Plus 8 - 1968



MORGAN PLUS 8 ….







« Morgan Motor Company » est un constructeur automobile britannique spécialisé dans la production de voitures sportives, dont le style évoque encore aujourd'hui pour beaucoup de passionnés les années 1940 et 1950 . La société a été créée en 1910 par H.F.S. Morgan, un ingénieur du Great Western Railway . C’est une entreprise qui se caractérise par son aspect très familial et qui n'utilise pas de chaîne de montage . En effet une large partie de la fabrication se fait encore de nos jours à la main . En 1936, la société lança son premier Four-four (4/4), c'est-à-dire un véhicule doté de quatre roues et de quatre cylindres qui ne fut pas un grand succès, mais la Plus-Four qui le remplaçait en 1950 fit de brillants débuts en rallye . En 1959, HFS mourut, laissant l'entreprise à son fils Peter qui continua l'activité en maintenant la tradition familiale . Après son décès en 2003, son fils Charles assure la continuité de la direction de la firme "Morgan" ….



Lancée au salon d’Earl’s Court en octobre 1968, la Morgan Plus 8 constitue la première grande nouveauté de l'histoire moderne de Morgan . Sous ses airs de docile cabriolet, la Morgan Plus 8 cache bien son jeu . Par rapport à la Morgan 4, elle montre très peu de différence de l'extérieur . Pourtant, on peut remarquer qu'elle est légèrement plus large et qu'à l'avant, cet élargissement se traduit par un agrandissement de la partie entre l'aile et le capot . On peut constater également que les roues sont plus larges pour transmettre la puissance au sol et encaisser les performances en hausse . Ayant pris de l'ampleur par rapport aux modèles à quatre cylindres grâce à l'élargissement de l'intervalle situé entre les ailes et la calandre, la Plus 8 offre une silhouette extrêmement plate, très suggestive de l'idée de performances . Par ailleurs, le cockpit de la Morgan Plus 8 est réalisé en aluminium, les ailes étant en acier ou en aluminium sur option ….



Afin de rappeler le passé glorieux de ses propulsions d'antan , le châssis de la Morgan Plus 8 reprend la même architecture que sa devancière et surtout son poids réduit de l’ordre de 900 kg . Quant au freinage, il est assuré par des disques Girling à l’avant et des tambours à l’arrière . Ce très insolite petit roadster est un classique deux places doté d’une direction à crémaillère et d'un pont autobloquant qui participe au bon comportement général de la voiture . Équipée d'amortisseurs télescopiques, la voiture saute beaucoup moins sur les irrégularités de la chaussée . Le confort s'en trouve nettement amélioré et cette qualité fait de la très étonnante Morgan Plus 8 une voiture plus douce, plus moderne et plus civilisée que les Morgan à quatre cylindres ....



En fait, sur la Morgan Plus 8, c'est la mécanique qui change tout . En 1968, l'élégante et sage Morgan reçoit le V8 de la Rover 3500 hérité de chez Buick, à arbre à cames central, qui transforme la voiture en petite voiture de sport . Le rapport poids/puissance est assez étonnant, mais cette débauche de puissance est toutefois compensée par l'extrême souplesse du V8 Rover . Si les sorties de virages doivent être abordées avec circonspection de manière à éviter les dérobades du train arrière, le moteur permet de ne pas jouer trop souvent du levier de vitesse . Dès 1972, la Plus 8 obtient la boite à 4 rapports Rover, puis la boite 5 rapports de la Rover SD1 . Le V8 suivra toutes les évolutions que Rover lui donnera, que ce soit l'injection électronique Lucas qui porte alors la puissance à 190 chevaux . Sur la route, la forte présence du moteur s'impose au conducteur par ses qualités musicales, qu'elle doit à la sonorité grave et chaleureuse du V8 et à la poussée qui est extraordinaire et aussi aux reprises impressionnantes . Le plaisir de conduire au volant du roadster Morgan Plus 8 atteint son paroxysme ....



Toutefois, le couple énorme de la Morgan Plus 8 demande une vigilance accrue en virage serré . Et sur route mouillée, le risque de tête-à-queue est permanent pour peu que l'on sollicite trop les ressources de la mécanique . Si la Plus 8 déborde de puissance, elle n'est en rien brutale . L’abondance des chevaux à tous les régimes confèrent à cette voiture un exceptionnel agrément de conduite . La boîte de vitesses à cinq rapports se révèle agréable et les reprises en quatrième constituent un vrai régal . Les roues en alliage léger constituent la monte standard du modèle, alors que des roues à rayons chromées représentent une option . En 1997, le V8 Rover sera porté à 4,5 litres et la puissance va atteindre les 220 chevaux pour un couple de 35 mkg . Avec cette puissance plutôt élevée, les performances sont importantes et la vitesse de pointe dépasse alors les 200 km/h . Finalement, la Morgan Plus 8 est arrêtée en 2003 car elle n'a pas pu résister aux nouvelles normes antipollution . Elle est remplacée en 2004 par une version Roadster V6 de 3 litres fourni par Jaguar ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 4.5 Litres
  • Puissance : 220 chevaux
  • Couple : 35 mkg
  • Vitesse : 200 km/h







La « Morgan Plus 8 », c'est ça ...



La « Morgan Plus 8 », c'est ça ...





JPBlogAuto

lundi 19 septembre 2011

Gilbern GT - 1967



GILBERN GT ….







Si l'on peut dire que la Seconde Guerre Mondiale a eu des conséquences sur l'industrie automobile britannique, les raisons qui ont présidé à la création de la marque « Gilbern » sont plutôt insolites et originales . Bernard Friese est un soldat allemand qui est fait prisonnier pendant le conflit et qui, à la libération, resta vivre dans le Kent . Sans cette "mésaventure", peut être que jamais les voitures Gilbern n'auraient pu voir le jour . Au cours de sa vie anglaise, il rencontre un boucher fortuné qui rêve de construire sa propre voiture de sport en fibre de verre . C'est ainsi que Giles Smith et Bernard Friese fondent la marque « GILBERN » en associant les premières syllabes de leur prénom . Smith s'occupant plutôt de l'aspect financier de l'affaire, c’est Friese qui va prendre en charge la conception de la voiture . Les deux associés construisirent leur première voiture dans un garage attenant à la boucherie de Giles mais quand la production a démarré l'entreprise déménage vers un nouvel emplacement à l'ancienne mine de charbon Red Ash, à proximité Llantwit Fadre ….



Le premier coupé 2 + 2, la Gilbern GT, sort en 1959 . En mai 1960 la GT était testée par le journal Autosport et la réaction des journalistes fut très favorable . Selon l'habitude des petites marques anglaises de cette époque, la vente pouvait se faire au choix du client sous forme de voiture complète, ou en kit que l'acheteur devait assembler lui-même, afin d'économiser les lourdes taxes qui pesaient sur les voitures prêtes à rouler . En 1961, première année de production, onze exemplaires sortirent de la petite usine, la nouvelle entreprise comptait alors cinq salariés . La carrosserie de cette sportive était en matière plastique et fibre de verre . Sa longueur était de 391 cm, sa largeur de 152 cm, sa hauteur de 133 cm, et son poids de 825 kg. En 1962, la production atteignait une voiture par semaine, et l'équipe était alors composée d'une vingtaine d'employés . Un moteur MG de 1,6 litres, d'origine MGA, fut proposé en complément des modestes moteurs BMC . Dès 1963, il fut remplacé par un moteur MGB . L'auto prenait alors la nouvelle dénomination de Gilbern 1800 GT, et bénéficiait au passage d'une finition plus soignée . Cette version se différenciait de l'extérieur par l'adoption de déflecteurs de portes ….



Des tentatives de ventes sur les marchés étrangers furent entreprises à cette époque. Ainsi quelques rares exemplaires ont été vendus aux USA, mais la plupart du temps les affaires demeurèrent concentrées sur le marché intérieur . En 1965, Gilbern fut admis parmi les vrais constructeurs au Salon de Londres, et disposa de son propre stand, en tant que membre de la Chambre syndicale des constructeurs (SMMT). Une toute nouvelle version de la Gilbern GT y fut exposée avec en outre le moteur MG B (1.8 litre, 96 ch), et une motorisation Ford Zephyr 4 cylindres en V (2 litres, 95 ch) était commercialisée . Le châssis été fabriqué à partir de tubes d'acier carrés et la suspension avant qui provenait de l'A35 Austin était beaucoup améliorée . La qualité et le soin apporté à la finition et à la conception de la voiture en font une véritable voiture à vocation sportive, sans renier les incontournables standards anglais en matière d'équipement, le cuir et le bois traditionnels . Grâce à sa carrosserie en matière plastique, la voiture accuse à peine plus de 825 kg sur la balance, et donc la Gilbern GT n'est pas encore tout à fait une sportive mais affiche déjà un caractère joueur ....



Ce qui range à coup sur la Gilbern GT dans la catégorie des Vintage Classic, c'est son charme très british allié à son tempérament assez sportif . Exploitant la mécanique de l'Austin A35, puis celle de la Morris Minor 1000 . Plusieurs moteurs peuvent être installés, celui de la Sprite (BMC 948cc amélioré) ou un Conventry Climax 1098cc . Le moteur MG A 1598cc est adopté en version standard en 1961 . En 1963, sort le modèle GT1800, presque identique au précédent mais équipé du moteur MG B 1800cc, d'abord à 3 puis à 5 paliers . Une voiture équipée d’un moteur 1600 cc (ex MGA) a été testé par les Britanniques « Le magazine Motor » en 1961 et s'est révélé avoir une vitesse maximale de 170 km/h et pourrait accélérer de 0 à 100 km/h en 13,8 secondes . Une consommation de carburant de 8,1 L/100 km a été enregistrée, de jolis chiffres pour l’époque . Jusqu'en 1967, la GT est vendue au compte-gouttes malgré une tentative de percée sur le marché américain . L'adoption du V4 Ford de 2 litres n'y fit rien, les ventes ne décolèrent pas et seuls 4 voitures équipées de moteur seront vendues . En 1966, elle est remplacée par une nouvelle voiture de la marque, la « Genie » . La Gilbern GT, quant à elle aura été écoulée à seulement 277 exemplaires ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 1.8 Litres
  • Puissance : 100 chevaux
  • Vitesse : 170 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 13’’8








La « Gilbern GT », c'est ça ...



La « Gilbern GT », c'est ça ...





JPBlogAuto

mercredi 15 décembre 2010

Fun Car Twintech - 2006



FUN CAR TWINTECH ….







Voici un engin assez méconnu qui mérite d’être découvert et dont le billet justifie pleinement sa place dans cette rubrique . Il est le fruit de trois ingénieurs américains, Jay Novak, Dave Piontek et Kip Ewing, qui sont passionnés de roadsters anglais du genre Morgan Super Sport ou plus récent comme les Lotus Seven et autres Caterham ou plus récent encore l’Ariel Atom . En 2006, ils fondent la société « Fun Car » dans le Michigan aux Etats-Unis pour construire leur propre voiture Twintech, un genre d’hybride mi moto mi auto, une bonne façon de se démarquer des légions de kit cars britanniques ….



La Fun Car Twintech, c’est son nom, nous emmène faire un tour dans les années d’avant-guerre par son look, pour nous ramener immédiatement dans le 21ème siècle par ses performances . L’engin est construit sur un châssis tubulaire de 1,75 pouce en acier très rigide contemporain et moderne, qui repose sur quatre roues munies de jantes en aluminium forgé de marque Kosel de 17 pouces équipées de pneus Goodyear F1 . La suspension est entièrement réglable par des bras ovales tous indépendants dont le contrôle est facilité car tous le système est apparent et hyper facile d’accès . Plusieurs autres éléments, y compris les étriers de freins, sont usinée dans la masse ce qui garantie une solidité à toute épreuve . La voiture bénéficie d'une parfaite répartition du poids 50/50 . Pour ce qui concerne la carrosserie, l’engin est muni du strict minimum, une baignoire baquet mais en carbone et quatre mini protections de roues ….



Question mécanique, les habitués des manifestations d’ancêtres connaissent les pétarades des Morgan Super Sport qui posaient leur moteur bicylindre en avant du capot, une idée que reprend la Fun Car Twintech . Le fabricant étant américain, le moteur utilisé est pour l’instant un S&S de 125 chevaux, mais il n’est pas interdit d’imaginer de plus grosses mécaniques avec ou sans compresseur de suralimentation . Ce moteur installé en porte à faut avant fait le contrepoids à un pont arrière Volkswagen accouplé à une transmission à boîte Hewland séquentielle . Compte tenu que la voiture pèse moins d’une demi tonne, vous devinais facilement que le rapport poids/puissance est très favorable . Les performances sont donc à la hauteur avec un 0 à 100 km/h en seulement 4,5 secondes, et une force centrifuge latérale qui peut atteindre 1.1 G . Le freinage est lui aussi performant et peut passer de 100 km/h à 0 en moins de 80 mètres ....



Si la Fun Car Twintech est un engin plutôt orienté pour la piste et le sport, il est toutefois utilisable et homologué pour la route . A ce titre il est équipé de tous les accessoires de signalisation et d’éclairage nécessaires et indispensables . Phares, clignotants, feux stops, même réduit au strict minimum, tout est bien présent, même deux rétroviseurs . Le tableau de bord est complet et bien lisible, la position de conduite est idéale et les sièges Sparco Evo offrent un bon soutien pour la conduite sportive sur et en dehors de la piste . L’engin est mis à prix à 50.000 dollars et est principalement destiné à la piste . Il y affrontera sans doute l’Ariel Atom à laquelle il ressemble fort pour ce qui est de la philosophie motorisation exceptée . Pour rester dans la tradition britannique, une version en kit à bas prix de la voiture pourrait même apparaître assez vite ....







Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V Twin
  • Cylindrée : 2 cylindres
  • Puissance : 125 chevaux
  • Accélération : Le 0 à 100 en 4’’5


  




La « Fun Car Twintech », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 3