Mot-clé - Mario Andretti

Fil des billets

vendredi 25 octobre 2019

Benoît Deliège - Artiste Peintre









Benoît Deliège est un artiste peintre Belge renommé très talentueux qui est né à deux pas du mythique circuit de Spa-Francorchamps dans la province de Liège en Belgique. Il vit actuellement à Polleur qui est une section de la commune belge de Theux située en Région wallonne dans la province de Liège ....





Ce haut lieu de la course automobile baptisé " Le Toboggan des Ardennes " a donc bercé l'enfance de Benoît Deliège et cette ambiance fascinante de la compétition automobile lui a tout naturellement donné le goût des belles voitures, de la vitesse et de la compétition. Toutes ces émotions et sensations fortes de l'adolescence ne seront jamais oubliées et serviront plus tard à raconter de merveilleuses histoires dans chacune de ses œuvres ....





Benoît Deliège a durant son adolescence suivi un parcours scolaire plutôt classique. Captivé très tôt pour le dessin en général, il à effectué des études supérieures artistiques d'Arts Graphiques qui le destine à une carrière dans la publicité, métier qu'il exerce toujours à l'heure actuelle au sein de son agence ....


note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif


Benoît Deliège dit de lui : « Depuis mon enfance, si loin dont je me souvienne, j’ai toujours été attiré par le dessin, les couleurs, l’image, l’illustration. Reproduire ce que mon cerveau a capté pendant une journée, un moment, une heure me plaît. L’image m’intéresse plus que tout car elle doit raconter un bout d’histoire, un moment, une atmosphère, une ambiance, une émotion. Et parce que le circuit de Francorchamps a baigné mon enfance et ensuite mon adolescence, le sujet d’illustration est devenu évident, dessiner puis peindre des automobiles en action. La vitesse devient un maître mot. Capter sur la toile ou le papier cet instant fugace devient une nécessité » ....


note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif


Les œuvres admirables de Benoît Deliège sont disponibles, en édition originale ou limitée. Ce n'est qu'au milieu des années 90 que l'artiste a créé sa propre maison d'édition afin de commercialiser ses créations au plus grand nombre de passionnés amateurs de compétition automobile. S'adonnant avant tout à la peinture par simple plaisir, Benoît Deliège honore aussi des commandes privées pour des particuliers ou des institutions ....





Chez Benoît Deliège, tout ce travail rentre dans le registre du logique, du banal puisque justement ce n'est plus un travail mais une passion. Pour le spectateur, c’est déjà plus troublant, car les œuvres produites sont vraiment inattendues tant elles sont variées et inhabituelles. De l’action, le spectateur passe directement à l’émotion car le sport automobile est d’abord une histoire d’homme avec ses joies et ses drames, cette vie qui peux basculer en une fraction de seconde. Le public aime l'artiste qui laisse vivre mon pinceau sur la toile pour raconter cette histoire ....


note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif



Combinant avec bonheur le réalisme et l'interprétation graphique, Benoît Deliège illustre des scènes de courses chargées d'émotion, nous faisant revivre ainsi l'aspect saisissant, dangereux voire tragique du sport automobile, avec toujours ce souci du décor naturel, son dada et ce rendu surprenant si particulier qu’il parvient à donner à l’aquarelle, à l’acrylique ou au crayon. C’est ici que la sensibilité de l’artiste se révèle, et qu’il restitue si bien ce sport que nous aimons tous. Benoît Deliège fait partie des tout grands artistes en ce domaine particulier et spectaculaire qu’est l’art automobile ....





Benoît Deliège compte parmi ses clients des noms prestigieux comme Paul Frère, Henri Pescarolo, Jurgen Barth, Jacky Ickx, Sirling Moss, Mario Andretti, Jochen Mass, Derek Bell ou encore Eric van de Poele et bien d'autres. Les œuvres de Benoît Deliège sont très régulièrement exposées dans des cadres bien adaptés comme par exemple les 24h du Mans, les 24h de Spa en passant par le salon Interclassics Brussels ou le salon EpoquAuto ou encore le salon Rétromobile ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - YouTube
© - Benoît Deliège © - Pinterest © - Vedia



"Les Héros de Francorchamps", de Benoît Deliège ...






JPBlogAuto

jeudi 18 janvier 2007

Pourquoi je préfère Prost



smile4.gif






Alain Prost sur sa Toyota a remporté ce week-end, à Super Besse, son premier titre dans le Trophée Andros . Auteur d'un carton plein vendredi, le quadruple Champion du Monde de Formule 1 a pu se contenter de gérer samedi, se permettant même d'offrir la victoire en course à son coéquipier, Olivier Panis . Alain Prost serait-il le meilleur pilote de tous les temps ?

A une époque si vous vouliez étalonner la valeur d’un pilote de F1 vous étiez obligé de le comparer à Juan Manuel Fangio . Moi qui suit assez friand de statistiques et de palmarès, je doit reconnaître que ce temps la est révolu et que maintenant la référence absolue en la matière s’appelle désormais Michaël Schumacher .

Donc pour connaître la véritable valeur d'Alain Prost on est bien obligé de comparer sa carrière à celle de Michaël . Au niveau du palmarès, y’a pas photo, c’est 7 titres pour l’allemand et 4 pour le français . Mais si Alain a effectué 13 saisons complètes de 1980 à 1993, Michaël lui en a effectué 15 de 1992 à 2006 soit 2 saisons de plus .





J’entends déjà vos commentaires oui 2 saisons de plus ça ne veut pas dire deux titres de plus ! Ok, c’est sur, surtout à l’époque d'Alain Prost ou il y avait une lutte acharnée avec 10 Champions du Monde sur la grille de départ d’un Grand Prix (Nelson Piquet, Alan Jones, Kéké Rosberg, Emerson Fittipaldi, Jody Scheckter, Mario Andretti, Nigel Mansell, Niki Lauda, Ayrton Senna, et Michaël Schumacher) .

Les choses ont du être plus facile pour Michaël qui lui n’en a côtoyé que 6 (Ayrton Senna, Mikka Hakkinen, Alain Prost, Damon Hill, Jacques Villeneuve, Fernando Alonso) . Le regretté Ayrton Senna n’ayant fait que quelques Grands Prix avant de trouver la mort et Alain Prost une seule saison avec Schumi, force est de constaté que Michaël a réalisé 14 saisons avec seulement 4 Champions du Monde comme adversaire, l'avantage est de taille . De plus si on se souvient que Fernando Alonso n'est arrivé que sur la fin, finalement Michaël n'avait que Hakkinen, Villeneuve et Hill pour lui faire de l'ombre . Cette concurrence beaucoup moins fournie fait qu’il aura fallu 5 saisons complète avant qu’Alain ne gagne son premier titre pour seulement 2 à Michaël qui a rencontré moins de résistance .


Alain et Michaël - Dessin de Jean Graton ....


Pour être plus complet encore, il faut aussi analyser les 7 saisons de Michaël chez Ferrari ou il était 1er pilote avec un coéquipier aux ordres (Rubens Barichello et Eddy Irvine) pour ne pas les nommer . Alain Prost lui n’a couru chez McLaren que 5 saisons complètes mais sans statut privilégié avec des partenaires comme Niki Lauda qui lui ravira 1 titre pour un demi point, ou Ayrton Senna qui lui ravira 2 titres dont un volé (Ayrton le déclarera plus tard) et un autre perdu de quelques points (malgré un total de points supérieur mais seulement 11 GP retenus) . Pour faire simple :

  • Michaël - 15 saisons contre 5 Champions du Monde – 7 titres gagnés
  • Alain - 13 saisons contre 10 Champions du Monde – 4 titres gagnés


L'avisé Jean Todt aurait retiré les deux Champions du Monde Ayrton Senna et Niki Lauda des pattes d’Alain Prost s'il avait été directeur technique chez McLaren en les remplaçant par des pilotes moins performants tels Rubens Barichello et Eddy Irvine aux ordres comme chez Ferrari pour éviter de partager les victoires, et vous auriez 7 titres gagnés comme Schumi mais en deux saisons de moins et avec le double de concurrence, voila ce qu’il fallait dire, et ça ce ne sont pas des suppositions ou des spéculations hasardeuses, ce n’est que la stricte réalité des chiffres et des faits ….

Pour confirmer la masse de chiffres et de dates que je vous annonce dans ce billet, vous pouvez vous reporter sur l’excellent site de statistiques sur la Formule 1 qui est ici et dont je me suis copieusement servi pour rafraichir ma mémoire viellissante ….

Pour conclure, j'avoue humblement que m'on esprit cocardier a un peu monté la mayonnaise, car si je le confesse j’adore Prost, je ne dénigre pas pour autant Schumi chez qui je reconnaît volontiers la rapidité et la constance des grands . Et même si Michaêl m’a moins donné le frisson (sauf son dernier Grand Prix au Brésil justement) qu’Ayrton ou qu’Alain (question de feeling sans doute), je reste admiratif devant un tel palmarès car ce n’est jamais le fruit du hasard .

Donc bravo Messieurs, mais quand même ….






JPBlogAuto