Mot-clé - Koenigsegg

Fil des billets

vendredi 22 mars 2019

Koenigsegg Jesko - 2019







jesko00.jpg



Koenigsegg est un constructeur automobile suédois spécialisé dans les modèles de voitures de sport de grand standing. La marque qui est installée à Ängelholm a été créée en 1994 par Christian von Koenigsegg, un tout jeune entrepreneur alors âgé de 22 ans seulement. La firme est aujourd'hui détenu à 49 % par Eker Group, et les autres actionnaires sont l'entrepreneur américain Augie Fabela et le constructeur automobile chinois Beijing Automotive. En 2013 est sortie de l'usine la centième voiture depuis la création de la marque qui emploie d'aujourd'hui 80 personnes et augmente sa production de quinze à trente voitures par an ....





Introduite au salon de l'automobile de Genève 2019, cette toute nouvelle voiture de sport à moteur central produite en série limitée par le constructeur automobile suédois Koenigsegg succèdera à la petite lignée des autres modèles emblématiques déjà produits comme la CCR, la CCX, la Agera, ou la Regera. Elle est baptisée Jesko en hommage au père du fondateur de la marque, Jesko Von Koenigsegg. Ce bolide dessiné par le designer David Craaford, dont la production sera limitée à 125 unités, sera disponible homologuée dans le monde entier ....





La course à la voiture la plus rapide homologuée pour la route ne concerne qu'une poignée de constructeurs comme McLaren, Hennessey ou Bugatti dont Koenigsegg fait partie. Avec sa superbe Koenigsegg Jesko, la marque a conçue, non plus une voiture de Grand Tourisme, mais une voiture de piste à hautes performances, axée sur une force d'appui aérodynamique très élevée et une tenue de route encore plus précise. Le but non avoué mais recherché est d'essayer d'atteindre une vitesse de pointe de 500 km/h ou au moins de flirter avec cette barre hallucinante ....





Le design de la superbe Koenigsegg Jesko reprend des lignes qui ne sont pas sans rappeler la marque, avec une surface vitrée panoramique autour de l'habitacle. Devant, une large lame de carbone permet à l'air de s'engouffrer et d'être redistribué vers les roues avant, de glisser vers les roues arrière, mais aussi de ressortir par une large ouïe sur le capot. L'air qui passe au-dessus est happé par un large aileron dont les montants sont fixés vers l'habitacle. Le flux d'air redirigé vers les roues arrière sort par un large diffuseur chargé de plaquer la voiture au sol, conjointement avec l'échappement central situé juste au-dessus, à l'image de la solution qui avait été adoptée sur la McLaren P1 ....





La coque carbone utilisée dans la Koenigsegg Jesko intègre une structure monocoque en aluminium pour une rigidité accrue. La Jesko est dotée d'amortisseurs Triplex à l'avant et à l'arrière, combinés à des amortisseurs Öhlins traditionnels. Un amortisseur arrière horizontal empêche l’arrière d’appuyer sur le sol pendant les fortes accélérations. Les amortisseurs avant stabilisent la voiture à haute vitesse, tandis que la direction arrière active assure une stabilité accrue à tous les niveaux. La voiture est équipée de série de roues à blocage central en aluminium forgé de 20 pouces de diamètre à l'avant et de 21 pouces à l'arrière. Les pneus sont des Michelin Pilot Sport Cup 2 R. Le système de freinage utilise des disques en carbone-céramique ventilés ....





L'habitacle intérieur de la superbe Koenigsegg Jesko a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. Bien que ce soit une stricte deux places, l'habitabilité intérieure est plutôt spacieuse est bénéficie d'un toit découvrable grâce à un système Targa. Le volant est placé devant un écran numérique tandis que la console centrale, épurée, affiche un écran tactile qui surplombe une finition chrome qui entoure notamment le levier de vitesses. Le confort n'est pas négligé car la voiture est toujours dotée d'équipements tels que la climatisation, un système d'info-divertissement avec écran de 9 pouces, Apple CarPlay et le chargement du téléphone USB. La voiture a un écran de 5 pouces monté derrière le volant affichant des informations vitales pour le conducteur. Les sièges en cuir sont munis d'une coque en fibre de carbone creuse mais sont réglables électriquement ....





Sous le capot, la belle Koenigsegg Jesko utilise le bloc bi-turbo V8 5.0 litres de la précédente Agera qui a été revu en profondeur. Avec de l’essence normale E10, le bloc fournit une puissance de 1280 chevaux, mais avec du E85 éthanol, la puissance monte à 1600 chevaux pour un couple de 5.100 tr / min. Grâce à un vilebrequin nouvellement développé et à des pistons plus légers et à l'injection multipoint, le nouveau moteur tourne à 8.500 tr/min. Pour éliminer le creux du moteur, un système spécial de compresseur envoie directement de l’air dans les turbos pour les rincer. Le moteur est couplé à une boîte de vitesses à embrayages multiples à 9 vitesses qui dispose de 21 combinaisons possibles grâce à sept embrayages offrant un temps de changement de rapport allant de 20 à 30 millisecondes. Il possède également un mode overdrive appelé "Ultimate Power On Demand". Bardée de toute cette technologie, la voiture offre des performances hors normes ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence normale E10 ou E85 éthanol
  • Moteur : V8 biturbo
  • Cylindrée : 5.0 Litres
  • Puissance : 1600 chevaux à 8.500 t/mn
  • Couple : 1573 Nm à 5100 t/mn
  • Vitesse : environ 500 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Koenigsegg - © Autonews - © Motor1




Présentation de la Koenigsegg Jesko au Motor Show de Genève - 2019 ...






JPBlogAuto

lundi 20 décembre 2010

Zenvo ST1 - 2009



ZENVO ST1 ….







Le monde des supercars est pour la majorité des gens peuplé des célèbres Ferrari, Porsche, Lamborghini, et des moins méconnues Koenigsegg CCX ou SSC Ultimate Aero . Celle qui fait l’honneur de ce billet est encore plus inconnue peut être parce qu’elle est plus récente . Peut être aussi parce qu’elle est fabriquée par un de ces constructeurs courageux (ou devrait-on dire intrépides, voire inconscients), qui en plus nous vient du Danemark . Si le pays est essentiellement connu par ses brasseries, son mobilier design ou son niveau de vie et de prospérité parmi les plus élevés d’Europe, par contre, son industrie automobile s’avère d’une discrétion extrême . Dans ce contexte peu favorable, la création d’une supercar semble assez extraordinaire . Et pourtant, Jesper Jensen, Troels Vollertsen et Christian Brandt, ont fondé la marque « Zenvo Automotive » dans le but unique de pouvoir concevoir et construire une supercar ….



L’étude et le développement commence en 2004 et cinq ans plus tard, ils ont réussi leur souhait et leur joujou baptisé Zenvo ST1 sera disponible en mini-série de 15 exemplaires dans le courant 2009 . Cette GT assez extraordinaire semble pouvoir soutenir aisément la comparaison avec les supercars les plus connues . Comme cahier des charges, ils ont sélectionné les standards techniques d’aujourd’hui tout essayant de préserver au mieux les sensations de conduite . C’est une vraie sportive qui lors de la dernière édition des célèbres 24 h du Mans, a participé à la parade dans les rues de la ville, aux côtés de ses concurrentes directes . Pour un coup d’essai, c’est un coup d’éclat car la voiture propose un design extrémiste . En fait, il est difficile d’aborder la question du style de la Zenvo ST1 sans être frappé par son dessin ultra sportif dont on peu penser qu’il suscitera toutes sortes de réactions lorsque l’engin débarquera sur les routes, une bonne carte de visite ! Elle a vraiment un look de tueuse, hyper sportif et très méchant ….



Entièrement construite au Danemark, la Zenvo ST1 à suivi une liste de critères précis pour s’assurer qu’elle ne soit pas seulement une supercar, mais aussi une voiture qui serait appropriée pour un usage quotidien . La ST1 même si elle est puissante est aussi en état de rouler au quotidien et elle donne même l’impression unique de conduire une sportive tout en offrant confort et sécurité . Le développement et la production se déroule dans des ateliers hyper moderne, avec une équipe de passionnés des sports automobiles qui réalise le travail à la main en liaison très étroite avec la plupart de leurs partenaires et fournisseurs locaux . Cela les rend capables de mieux communiquer et de suivre le développement de beaucoup plus près afin d'obtenir le meilleur résultat possible . En fait, la Zenvo ST1 ne souffre pas la critique pour ce qui est de la finition . Finie à la main, elle fait l’objet du plus grand soin pour le montage et sa qualité de fabrication est largement au dessus de la moyenne dans ce créneau . Au final, elle ne fait pas dans la dentelle avec son faciès mangeur de bitume aux prises d’airs acérées et, chose rare sur ce type d’auto, l’arrière qui a de l’allure malgré un extracteur d’air dantesque ....



Mais la caractéristique majeure de cette Zenvo ST1 demeure son moteur . La ST1 est propulsée par un V8 turbo maison « supercharged » de 7,0 litres de cylindrée à 16 soupapes (2 par cylindre) suralimenté par deux turbos secondés par un compresseur et développant pas moins de 1.104 chevaux à 6.900 tr/mn et un hallucinant 1.430 Nm de couple à 4 500 tr/min . La Buggati Veyron jusque la l’étalon mètre historique des supercars de plus de 1000 chevaux peut aller se rhabiller . La transmission se fait au roues arrière par l’intermédiaire d’une boîte manuelle à 6 rapports mais l’usine propose une option qui contient une boîte de vitesse automatique avec commande au volant . Bien sûr, les suspensions sont à roues indépendantes et les amortisseurs à gaz (Öhlins) sont réglables . Le système de freinage comprend 4 disques ventilés, à l’avant d’un diamètre de 380 mm et à l’arrière 355 mm, le tout avec des étriers comportant 6 pistons . Pesant seulement 1376 kilos ( soit un rapport délirant de plus de 800 chevaux à la tonne ! ), côté performances, c’est de la dynamite, la vitesse maxi se voit bridée électroniquement à 375 km/h (dieu sait jusque ou elle irait), le 0 à 100 km/h est pulvérisé en 3.2 secondes, le 0 à 200 km/ expédié en moins de 9 secondes . A l’intérieur, on retrouve un équipement complet comme un écran de 7,5 pouces qui permet d’afficher la navigation, lire un DVD ou encore pour la caméra de recul et d’autres gadgets comme le bouton de démarrage du moteur, le régulateur de vitesse et le verrouillage centralisé . Précisons que le prix de l'engin a été fixé à 850.000 € HTVA ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8 à 16 soupapes
  • Cylindrée : 7.0 Litres biturbo et compresseur
  • Puissance : 1.104 chevaux à 6.900 tr/mn
  • Couple : 1.430 Nm à 4 500 tr/min
  • Vitesse : 375 km/h limitée
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’2
  • Accélération : Le 0 à 200 en 8’’9






La « Zenvo ST1 », c'est ça ...



La « Zenvo ST1 », c'est ça ...





JPBlogAuto

mercredi 13 octobre 2010

Veno GT - 2008



VENO GT ….







Depuis quelques années, les Chinois ont démontré tout leur talent et leur compétence pour plagier ou du moins s'inspirer fortement des voitures venant d'Europe en droite ligne de constructeurs renommés . Mais aujourd'hui, il semblerait que ce sport ne soit plus uniquement réservé au continent asiatique, la preuve en est avec la nouvelle marque "Veno" . Des investisseurs anglais qui se rendent en Pologne afin de signer un partenariat avec une firme locale pour y assurer la production d’une supercar . Grosso modo résumée, voici la genèse de la marque issue d’un partenariat entre Private Equity Fund Heros Capital Ltd et Veno Automotive ….



Veno a l’intention de produire une supercar en nombre limité . Jusque-là rien de bien surprenant avec un fonds qui a de l’argent, anglais (puisque les Anglais sont passionnés d’automobile et sont souvent à l’initiative de voitures hors du commun), et qui décide d’aller produire ses modèles en Pologne, là où la main d’œuvre est moins chère . Bienvenue dans le monde contemporain de la rentabilité . Très fière de son projet, la firme a d'ores et déjà annoncé vouloir produire sa supercar baptisée « Veno GT » à raison de 15 exemplaires par an et compte rivaliser avec les plus grands comme Bugatti, Ascari, Koenigsegg ou bien Lamborghini . Le plus surprenant dans cette affaire c'est quand on découvre que la supercar en question a quasiment le look d’une Lamborghini Reventon . Apparemment, d'imaginer un nouveau design pour un véhicule sportif rare et haut de gamme semble trop difficile et peu rentable pour une entreprise qui cherche à faire des économies dans la création et la production . Donc, plutôt que de s'appuyer sur des experts en conception avec leurs degrés de fantaisie et des stylistes et ingénieurs aux connaissances indispensables, la société a préférer copier une référence déjà existante dans ce créneau, la célèbre Lamborghini Reventon ….



Mais si le design de cette Veno GT ressemble fortement à la belle italienne, les caractéristiques techniques s'en éloigne fortement . En effet, l'entreprise annonce avoir mis au point un châssis de haute technologie en aluminium mécano soudé capable d'encaisser une puissance de l'ordre de 1.000 chevaux . En outre, la supercar qui sera disponible en versions coupé et roadster comportera également une carrosserie en fibre de carbone . Un système performant de freinage basé sur des disques et des plaquettes en carbone-céramique fait aussi partie de l'ensemble ainsi qu'une gamme complète de gadgets comme par exemple une caméra de vision nocturne avec détection des piétons, un ordinateur de bord très sophistiqué avec accès à Internet et des portes qui s'ouvrent simplement avec le touché d'un simple bouton de la télécommande . Bien évidemment, l'habitacle est très soigné et complet et marie avec élégance le cuir, l'alcantara, les inserts en carbone et les tapis et moquettes épaisses . Les équipements et accessoires modernes ne sont pas oubliés sur la Veno GT, le tout pour un usage sportif mais avec le confort d'une GT moderne ....



Pour ce qui est de la mécanique, la aussi la Veno GT s'éloigne de la Reventon car la firme propose en fait deux types de motorisations . Les clients ont le choix entre plusieurs versions du bloc moteur V8 de 4.2 litres de cylindrée d’origine Audi qui suivant le degré de préparation peut délivrer 350, 450 ou 700 chevaux . Mais si cela n'était pas suffisant pour certains passionnés de performances pure, la firme propose aussi le bloc V8 LS2 de 6.9 litres de cylindrée de la Chevrolet Corvette qui boosté par deux turbo-compresseurs peut atteindre la puissance ahurissante de 1000 chevaux, de quoi satisfaire les plus exigeants et rivaliser avec des GT comme Ferrari, Aston Martin, ou Pagani . Enfin, pour les plus écolos, il faut savoir que la marque a également entamé des recherches sur une version à propulsion électrique de la Veno GT équipée de batteries performantes de dernière génération ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 4.2 ou 6.9 Litres
  • Puissance : 350, 450, 700 ou 1000 chevaux
  • Vitesse : 290 km/h








La « Veno GT », c'est ça ...





JPBlogAuto

lundi 4 octobre 2010

Vector Avtech WX8 - 2009



VECTOR AVTECH WX8 ….







Vector est une société américaine implantée en Californie . Gerald Wiegert, Directeur Général et fondateur de « Vector Motors Corporation » à bien fait connaître son entreprise dans les années 1990 en utilisant avec brio des moteurs Lamborghini . Ses préparations et notamment les W8 ou W12 l’ont rendu célèbre et chacun louait sa compétence dans le domaine . En 2009, Vector est de retour et débarque au salon de Los Angeles avec son dernier projet codé HPV (Hyper-Tech Performance Vehicle) . Cette nouvelle Vector ne va pas faire dans la dentelle puisqu’elle se positionnera comme "LA SUPERCAR", ni plus ni moins ! C’est de la dynamite ….



La Vector Avtech WX-8 affiche clairement ses origines aéronautiques et Gerald Wiegert prétend s’être inspiré du fameux chasseur supersonique "F22 Raptor" . Avec son look à la Lamborghini Reventon, le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle ne passe pas inaperçu . On sent bien au premier coup d’œil que sous ce carénage en flèche se cache la foudre, elle en impose vraiment . En fait elle a été conçue pour venir chasser sur les terres de redoutables tueuses comme la Bugatti Veyron, la SSC Ultimate Aero, la Koenigsegg CCX-R ou la Hennessey Venom GT, autant dire le gratin de la supercar, la tâche est rude mais côté look elle semble tirer son épingle du jeu . On l’aura bien compris l’essentiel est ailleurs, c’est dans la technologie embarquée que ce bolide trouve tout son potentiel . Le châssis semi-monocoque en aluminium et la carrosserie entièrement en fibre de carbone sont la garantie d’un poids total limité de 1200 kilos . L’ensemble est léger mais très résistant pour la sécurité car la voiture serait optimisée pour les meilleurs résultats possibles au crash-test DOT, en s’autorisant même à passer les crash-tests avant et arrière avec le même châssis, c’est dire ….



Question freinage, sur la Vector Avtech WX-8 on n’a pas plaisanté . En fait les ingénieurs ont la aussi vu large en choisissant quatre freins à disques ventilés de 380 mm pincés par des étriers à six pistons, de quoi envisager les freinages appuyés avec sérénité . Pour la tenue de route, l’esthétique faite d’éléments en fibres de carbone favorise grandement le refroidissement mécanique et l’appui aérodynamique . Les suspensions sont entièrement réglables comme d’habitude sur ce type de bolide et les pneumatiques montés sur les jantes de 19 pouces sont étudiés pour passer sans encombre des hautes vitesses . Mais la ou les choses deviennent vraiment folles c’est côté mécanique . En fait la Vector Avtech WX-8 recevra de base un moteur V8 de 7.0 litres de cylindrée made in USA qui développe 600 chevaux en atmosphérique ou 750 chevaux en turbocompressé, c’est déjà pas mal mais ça ne la positionne que dans le créneau des simples GT . Donc la firme propose aussi d’autres versions du moteur dont les puissances varieront selon les choix des clients . Un autre moteur V8 tout en aluminium de 10 litres de cylindrée et des préparations spéciales avec compresseurs, turbos et échangeurs thermiques spéciaux permettront d’atteindre de 1500 jusqu’à 2000 chevaux, la foudre entre les mains ....



Inutile de préciser que du côté des performances, avec un poids de seulement 1200 kg, c’est de la dynamite . En fait, la Vector Avtech WX-8 dans sa version de base à 750 chevaux, si j’ose dire, s’autorise le 0 à 100 km/h en 3.3 secondes, le ¼ de mile en 11.3 secondes et une vitesse maxi avoisinant les 420 km/h, des valeurs déjà supersoniques pour bon nombre de préparateurs . Mais dans ses versions à plus de 1000 voir 2000 chevaux, on passe sur une autre planète, on entre dans le domaine du surnaturel, je vous laisse imaginer, de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes et une vitesse de pointe de l’ordre de 450 km/h, du pur délire . Le concepteur Gerald Wiegert est si confiant dans son bolide qu’il a organisé un test de performance avec une boîte de vitesses plus longue pour tenter d’atteindre le record de 490 km/h sur le lac salé de Bonneville . Bingo, le test a était plus que réussit puisque la Vector Avtech WX-8 a brillamment atteint la vitesse de 500 km/h, un exploit qui a carrément cloué le bec à toute une cohorte de prétendants . Dans l’habitacle en cuir et moquette gris-bleu, l’ambiance s’inspire plutôt de l’univers aéronautique avec une finition du tableau de bord noire anodisée et divers commodos, contacteurs et voyants qui rappellent le "F-22 Raptor". C’est vraiment une supercar hors norme ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 7.0 Litres
  • Puissance : 750 chevaux
  • Vitesse : 420 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’3






L'ancienne « Vector W8 TwinTurbo », c'était ça ...



L'ancienne « Vector W8 TwinTurbo », c'était ça ...



L'ancienne « Vector W8 TwinTurbo », c'était ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 2