Mot-clé - Estate

Fil des billets

vendredi 12 novembre 2021

Le 70ème anniversaire des breaks Peugeot









Un break qui est un faux anglicisme se dénomme plutôt une familiale au Canada français, c'est en fait un type de carrosserie automobile similaire à une berline, mais avec un toit qui se prolonge jusqu'à l'aplomb de l'arrière du véhicule. C'est finalement une automobile dont le coffre peut communiquer avec l'habitacle en baissant le dossier de la banquette arrière amovible pour augmenter le volume utile. En anglais, il existe plusieurs termes selon les pays, « estate » au Royaume-Uni, « station wagon » aux États-Unis, au Canada anglophone et en Australie le terme « wagon » tout court est aussi parfois utilisé en Australie ....






Le terme « break » est principalement employé par les Européens francophones et parfois par les Britanniques à la place d'estate. Le nombre de places est au minimum de cinq, avec comme configurations possibles :

  • - 5 places (deux à l'avant et trois à l'arrière), le plus courant sur les voitures européennes ;
  • - 6 places (trois à l'avant et trois à l'arrière), fréquent sur les américaines jusque dans les années 1970 et sur quelques modèles européens jusque dans les années 1960 ;
  • - 6 places (deux à l'avant, deux à l'arrière et deux supplémentaires sur une troisième rangée), même s'il s'agit d'une configuration peu courante ;
  • - 7 places (deux à l'avant, trois à l'arrière et deux supplémentaires sur une troisième rangée) ....






Dans l’immédiat d’après la guerre, le constructeur national de Sochaux avait déjà osé lancer la Peugeot 202 U limousine commerciale qui était en fait un genre de woody break avant l'heure. Mais la naissance effective du véritable premier break Peugeot remonte à 1949, année de présentation de la Peugeot 203 break. A l’époque, le segment est encore embryonnaire et nul ne sait s’il existe vraiment une clientèle pour ce type de voitures. Mais la marque au Lion est sûre de son coup, tellement d’ailleurs qu’elle va proposer deux versions de son break, une Familiale et une plus rudimentaire Commerciale ....





Le succès sera au rendez-vous puisque la firme vendra environ 107 000 exemplaires de Peugeot 203 break jusqu’en 1960, année de fin de commercialisation du modèle. Le bon accueil réservé à la 203 break incite à Peugeot à développer son offre. Dès 1956, le constructeur lance une Peugeot 403 break, elle aussi proposée en version Familiale et Commerciale. Elle sera remplacée dès 1962 par la Peugeot 404 break, tandis que la 203 break évoquée plus haut attendra 1965 et l’arrivée de la 204 pour avoir une descendance ....





Le train est en marche et l’histoire est définitivement lancée avec de nouveaux chapitres qui s’ouvrent au fur et à mesure que le temps passe, les Peugeot 304 et 504 break dans les années 70, les Peugeot 305, 505 et 405 break dans les années 80, les Peugeot 306 et 406 SW dans les années 90. Au début des années 2000, la firme Sochalienne fait évoluer le genre avec deux propositions originales, une Peugeot 206 SW au gabarit particulièrement réduit pour un break, et une Peugeot 307 SW qui reprend certaines bonnes idées vues dans les monospaces ....





En 2021, un nouveau break entre en scène, la nouvelle Peugeot 308 SW. A l’image de la berline dont elle dérive, ce modèle est à coup sûr une des propositions les plus séduisantes de son segment. 608 litres de volume de chargement, et même 1634 litres avec la banquette complétement rabattue, il y a de la place dans le coffre de la 308 SW, beaucoup de place même ! Logeable, la Nouvelle 308 SW est également pratique, avec une banquette en 3 parties qui peut être rabattue directement depuis le coffre, via des commandes disposées sur les parois ....


Sources : © - Wikipedia © - Google Images © - Peugeot
© - AutoMania © - Hubauto © - AutoNews






JPBlogAuto

vendredi 18 août 2017

Les Buick anciennes des années 40, 50, 60






buick00.jpg


"David Dunbar Buick" simple mécanicien d’origine écossaise, fonde en 1903 la « Buick Motor Company » qui deviendra avec le temps l’une des marques américaines d’automobiles les plus connues encore aujourd’hui dans le monde . Le nom de « Buick » évoque l’image d’une voiture familiale de luxe, fiable, élégante et moderne et surtout d’un prix relativement abordable. David Dunbar Buick conçoit sa première automobile en 1903, mais en manque de capitaux, la Buick Motor Company est reprise en main par William Crapo Durant en 1904 et deviendra l'une des pièces maîtresses de la General Motors constituée en 1908. Avec Durant, la production de Buick démarre en flèche, de 750 voitures en 1905, elle atteint 4.641 exemplaires deux ans plus tard, et 8.820 unités en 1908. En 1915, Buick vend 43.946 voitures, et 124.824 en 1916 car l'essor de l'automobile aux États-Unis est extraordinaire ....


* LES BUICK DES ANNÉES 40 :

buick00.jpg





Dans les années 40, Buick devient le deuxième constructeur de la GM après Chevrolet. Pour ce nouveau millésime, la gamme se structure autour de six séries : 40 Spécial, 50 Super, 60 Century, 70 Roadmaster, 80 Limited et 90 Limited avec un empattement plus long que celui de la 80. Question look, les optiques sont totalement intégrées aux ailes avant, et la calandre propose un nouvel ensemble composé de larges éléments horizontaux chromés. En 1941, les lignes évoluent avec une calandre plus agressive et plus massive, et un nouveau dessin des ventilations latérales de capot. Le type fastback inédit apparait sur les Special 40A et Century. A partir de 1942, le designer Harley Earl va prendre en main le look des voitures et dessine des ailes avant qui sont à demi noyées dans les portières et subtilement unies aux ailes arrière dans un mouvement continue du plus bel effet. De fin 1942 à 1945, c'est l'arrêt de toute production automobile civile à cause de la préparation de la guerre. La production ne reprend qu'en octobre 1945 mais la structure de la gamme a été simplifiée, avec trois séries, 40 Special, 50 Super et 70 Roadmaster. Il n'y a plus ni Century ni Limited. La calandre devient légèrement plus discrète, et l'on découvre un nouvel ornement de capot. Les versions Estate ou style Woody avec des éléments de carrosserie en bois font leur apparition. En 1949, le style apparaît plus élégant et plus fin, et tous les nouveaux modèles à partir de cette année se distinguent par la présence de hublots latéraux sur les ailes avant, des " ventiports " comme on les baptise chez Buick ....





* LES BUICK DES ANNÉES 50 :

buick01.jpg





A partir de 1950, la structure de la gamme demeure identique avec trois séries, 40 Special, 50 Super et 70 Roadmaster. Seule la Special est retouchée en 1950 pour s'accorder à l'aspect des autres séries. C'est l'année de la décoration dite "hallebarde", un motif latéral chromé plongeant et courant tout au long du flan. La gamme adopte aussi une impressionnante calandre édentée, une espèce de gueule béante ouverte sur neuf dents meurtrières, prêtes à déchiqueter tout ce qui passe. En 1951, cette calandre sera considérablement adoucie. Au fil du temps, le terme pour désigner ces autos va évoluer en Utility Coupe, Business Sedan ou Fleet Special. Le style et la désignation Riviera un peu plus soignée et mieux finie s'applique à plusieurs modèles. Des roues fils chromées Kelsey-Hayes qui commencent à devenir très tendance chez tous les constructeurs apparaissent aussi chez Buick. En 1954, les caisses sont redessinées, elles sont plus longues et plus larges, et adoptent un pare-brise panoramique. En 1955, le style évolue et les ailes arrière s'envolent dans un logement pour les feux et la grille de calandre se fait plus discrète, alors qu'au contraire les pare-chocs s'épaississent avec deux gros obus proéminents. En 1956, seule la face avant bénéficie d'un léger lifting. En 1957, la marque qui Jusqu'à présent, ne proposait qu'un break 4 portes de forme classique, avec montant latéral entre les portes avant et arrière, adopte désormais une version sans montant, baptisée Caballero. La gamme propose aussi des carrosseries plus basses et plus longues. En 1958, la firme propose un nouveau design pour ce millésime. La grille de calandre est composée d'une multitude de petits carrés chromés, 160 exactement, appelés drawer pull, et elle est surmontée de deux doubles phares. Une décoration d'ailes et de portes arrière avec des variantes selon les modèles complète le nouveau design ....





* LES BUICK DES ANNÉES 60 :

buick02.jpg





En 1960, les dénominations des séries changent totalement. Les Special, Century, Super et Roadmaster cèdent leur place aux Skylark, Le Sabre, Invicta, et Electra. . Les lourdeurs de la saison précédente sont gommées. On remarque un bord des ailes avant relevé au dessus des phares, et des ailerons longs et fins qui contribuent à l'originalité du nouveau look. L'une des optiques est plus haute que l'autre, et une baguette fait astucieusement presque entièrement le tour de la voiture. Cette nouvelle décennie met un terme au style éclatant et prestigieux des années cinquante pour un retour à la simplicité et à une élégance un peu plus sobre malgré ces ailerons longs et fins du genre nageoire caudale de poisson. Une part importante de la clientèle américaine se lasse de ces mastodontes de plus en plus grands, de plus en plus lourds, de plus en plus gourmands et les ventes diminuent. Pour compenser cette chute des ventes, parallèlement aux productions 100 % made in USA, le réseau Buick vend depuis 1958 un nombre croissant d'Opel importées d'Allemagne. Par ailleurs, dans le plus grand secret, le bureau d'études de la marque prépare l'avenir, sous la forme d'une compacte, qui est planifiée pour un futur proche sur le modèle des voitures européennes. Au milieu des années 60, Buick produit près de trois fois moins de voitures qu'en 1955. Alors que ce constructeur avait acquis la troisième place du marché US, il se traîne désormais seulement à la septième position ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Buick - © GM - © Carcatalog



Buick 1940 ...



Buick 1950 ...



Buick 1960 ...





JPBlogAuto