Mot-clé - 2 CV

Fil des billets

vendredi 21 décembre 2018

Chevronnés Magazine









Chevronnés est un magazine automobile français grand public, totalement indépendant, spécialisé et exclusivement dédié à la marque Citroën. Comme l’indique son nom « Chevronnés » s’adresse à tous les passionnés de la marque aux chevrons et ils sont nombreux avec pas moins de 140 clubs et 8.000 adhérents en France. Lancé en Novembre 2013 par Thierry Astier, ancien journaliste automobile amoureux de la marque du Quai de Javel, et sa femme Katel Riou photographe et graphiste de talent, la revue et édité par la société Post Scriptum Éditions à Trégourez dans le département du Finistère en Bretagne ....





Chevronnés Magazine est donc un magazine spécialisé qui veut fédérer les amateurs de Citroën cette marque populaire et avant-gardiste à part dans le paysage automobile mondial. C'est en fait le seul magazine de langue française vendu en kiosque qui fait la part belle à la riche histoire du constructeur français mais propose également toutes les dernières nouveautés systématiquement présentées à l'essai, et même de gros dossiers thématique, sans oublier le côté sportif de la marque ....





Chevronnés Magazine est un bimensuel de 84 pages plutôt luxueux avec une maquette moderne, claire et dynamique qui va plaire à tous les "Citromaniaques" car il revisite la riche histoire de la marque mais tout en étant tourné vers l'avenir. Sans pour autant oublier les nombreux passionnés de tous les anciens modèles, la revue est aussi à l'écoute de l'évolution du public et des nouveaux jeunes clients de cette marque mythique faisant la part belle à la technique et à l'innovation ....





Chevronnés Magazine est le premier magazine consacré à la marque qui ose s'éloigner du triptyque des Traction, 2 CV et DS. Parce que tous les "Citroënistes" ne se ressemblent pas et que les Visa, BX, ou XM valent mieux que leur image de modèles ringards, le magazine ambitionne de renouveler le genre sous une forme plus élégante et qualitative que ses prédécesseurs. En cette ère du tout numérique et des magazines consultés sur tablette, Thierry Astier et Katel Riou ont voulu créer un "bel objet qui se conserve", un outil de référence pour les amateurs et les collectionneurs d'anciennes ....





Chevronnés Magazine propose une véritable recherche iconographique très riche censée mettre en valeur l'esthétisme des carrosseries signées Bertoni ou Opron, aussi bien que l'avant-gardisme des intérieurs modelés par Harmand. Le tout ramené à la vie par la plume alerte de Thierry Astier et de ses collaborateurs talentueux comme Stéphane Barré, Johann Kucera, Eric Davene, ou Julien Cosso. De quoi proposer un magazine avec du fond et une forme appétissante, ce qui n’est pas toujours le fort des «mono-marques» ou mono-modèles, trop souvent rédigés avec une passion aveugle ....





Chevronnés Magazine est finalement une revue joliment ficelé et en plus intéressante pour le néophyte. On retiendra un coin bibliothèques, qui traite des nouveautés, mais aussi des incontournables avec verve et doit permettre à l’ignorant de devenir érudit de la marque aux chevrons à la recherche d’une information de qualité. Le guide d’achat, les dossiers thématiques, les essais routiers complets, les dernières nouveautés, les comptes rendus d’enchères, la côte utile et précise, les petites annonces, apportent à ce magazine un vent de fraîcheur et prouve que le média papier a encore toutes les raisons d’exister quand il est bien fait ....





Chevronnés Magazine est donc un magazine qui revisite la riche histoire de la marque en étant tourné vers l’avenir et qui ambitionne aussi de lever le voile sur des pans méconnus de l'histoire de Citroën de ces quarante dernières années. Les concepteurs souhaitaient également que le magazine soit agréable à parcourir, et d'une lecture aisée et conviviale, avec un design moderne et attrayant, car Citroën l’a été durant toute son histoire ....





Chevronnés Magazine est finalement une douce sensation promise à tous ceux qui osent s'écarter du dogme de la Citroën ancienne pour ouvrir leurs horizons aux voitures modernes sans oublier les toutes dernières Citroën de la gamme classique et celles, plus bourgeoises, de la griffe DS conçues sous l'ère Peugeot ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Citroën © - Autonews



Thierry Astier du magazine Chevronnés et la Citroën C4 Cactus ...






JPBlogAuto

mardi 8 novembre 2016

Citromania Magazine






citro00.jpg


Citromania est un ancien magazine généraliste automobile aujourd'hui disparu qui avait été créé en 2003 et publié par les éditions " Presse Pixel Multimédia ". Cette belle revue était gérée par Alexandre Suissa, son fondateur, qui cumulait également les rôles de Directeur Général de la publication et de Rédacteur en Chef ....


citro43.jpg


Le magazine Citromania était uniquement et exclusivement consacré en totalité à une seule marque, Citroën. Sa devise affichait très clairement la teneur sous le titre sur la couverture, "La revue de tous les passionnés de la marque au double chevron". Sa parution trimestrielle en faisait un genre de bible de cette célèbre marque ....





Le magazine Citromania dont le tout premier numéro trimestriel est sorti en Juin - Juillet - Août 2003 était au format classique A4 d'environ 210 x 300, imprimé sur 60 pages et une couverture en papier glacé assez luxueux, tout en couleur, avec une maquette claire aérée et moderne, pour un prix plutôt limité de 5 €uros ....





Le magazine Citromania offrait des textes qui étaient le fruit d'un travail " sérieux, documenté et soigné ", selon son directeur. Avec le recul du temps, force est de reconnaître la qualité des textes de ce magazine. La présentation faisait la part belle aux photos avec une mise en page très "fun". il entrait en concurrence directe avec un autre magazine bimestriel consacré lui aussi à Citroën, Citro Passion ....





L'iconographie du magazine Citromania était assez exceptionnelle. Les photos dans chaque numéro étaient très bien choisies pour mettre en valeur le modèle de voiture auquel elles faisaient référence. La publicité restait essentiellement cantonnée sur quelques pages de début et de fin, sans venir polluer la lecture des articles. Les passionnés appréciaient tout particulièrement le poster central biface détachable tout en couleur au format géant double A3 qui était placé au milieu de la revue ....





Le magazine Citromania proposait toutes les rubriques classiques de ce genre de revue, les actualités de la marque, des articles se présentation de modèles rares ou méconnus, des essais, le courrier des lecteurs, le calendrier des manifestations de la marque, des petites annonces pouvant bénéficier de photos couleurs jusqu’à 1/10 de page. Tous les modèles étaient passé en revue de la 2CV à la Traction en passant par la DS ou la Méhari et la XM ou aussi la SM et la CX ou encore la Visa et la GS ....





Dans le magazine Citromania, même les plus anciennes avaient leur place comme les Rosalie, B14, C4, 5HP, AC4, C6, ou B12, mais aussi les utilitaires comme par exemple les 46CDU, U23, G Boulangère, Taxi Landaulet, Type HW, Type HY, T46, Type HZ, AZU, ou Type G. Mais les positions sont difficiles à acquérir et à conserver sur le marché de la presse automobile consacrée à une seule marque. Le modèle économique est fragile, et Citromania n'échappera pas à ces contraintes. Faute d'un lectorat insuffisant en nombre, ce magazine de niche réservé aux vrais passionnés, aux fanatiques, aux amateurs pointus de la seule marque Citroën peine à survivre. Toujours est-il que ce numéro 38 de Septembre - Octobre - Novembre 2012 sera le dernier d'une série qui n'aura duré que seulement neuf ans. Après bien d'autres, il était victime de la concurrence et des aléas du difficile métier de l'édition papier car ce titre s'ajoutait à la multitude des magazines de divers éditeurs consacrés à la marque du Quai de Javel, Citropolis, Citroscopie, Citroën Revue, Chevronnés ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Citromania






JPBlogAuto

samedi 14 novembre 2015

Flaminio Bertoni







bertoni00.jpg



bertoni01.jpg



Flaminio Bertoni, né le 10 janvier 1903 à Varèse en Italie et mort le 7 février 1964 à Antony en France, est un célèbre sculpteur et designer industriel italien. Cet homme hors du commun et aux talents multiples est issu d’une famille modeste. Bon élève, il grandit sans histoires, passant ses examens primaires avec succès. A la mort de son père, Flaminio qui a alors quinze ans, entre en apprentissage à la carrosserie de la société des frères Macchi. Il débute à l’atelier de menuiserie puis à celui de ferblanterie apprenant ainsi le travail de la tôle. Parallèlement, il suit aussi les cours de l’école des beaux arts de Varese, pour se perfectionner en dessin ....


bertoni02.jpg


En 1922 les talents de Flaminio Bertoni sont remarqués par une délégation française en visite aux ateliers Macchi et il se voit offrir un voyage d’étude en France à Paris. En arrivant dans la capitale,il se fait embaucher comme menuisier chez le carrossier Felber, puis chez Manessius et enfin une année entière chez les Rothschild ou il fera grâce à Lucien Rosengard la connaissance d’André Citroën. Il est ensuite engagé chez Citroën en tant que dessinateur en carrosserie, entre janvier et avril, mais souffrant du mal du pays il repart encore en Italie. Pour gagner sa vie, il travaille de nouveau chez Macchi, mais enfin avec un emploi plus valorisant de dessinateur ....





En 1929, Flaminio Bertoni démissionne de chez Macchi, car il juge l'entreprise trop conservatrice et qu'il a le sentiment de ne pas être reconnu à sa juste valeur. Finalement il ouvre alors son propre bureau de style personel, le " Studio tecnico di carrozzeria Flaminio Bertoni ", d'où sortent plusieurs modèles de carrosseries. Mais la France et son style de vie particulier l’attire toujours autant et avec son épouse, il décide donc de regagner Paris et travaille pour la " Société Industrielle de carrosserie de Levallois Perret ". Cette société est un sous traitant de Citroën, ce qui devait arriver arrivas, en 1932 il rejoint le Quai de Javel, l'histoire débute ....


bertoni04.jpg bertoni07.jpg


A son arrivée chez Citroën dans le service de carrosserie dirigé par l’ingénieur Cuinet il participe à la modernisation de la gamme Rosalie et Mathis. Le projet « V » était techniquement déjà avancé, la future Citroën sera monocoque tout acier sans châssis, et tractée par ses roues avant, en totale avant garde sur son temps, mais personne n’a idée de la forme qu’elle aura. Flaminio Bertoni a le trait de génie, car au lieu de la dessiner il va la sculpter. André Citroën est immédiatement conquis et le projet est lancé. Les premières commandes doivent être livrées aux clients en mai. Jamais dans l'histoire de l'automobile on n'avait conçu, réalisé et construit une carrosserie de série avec une telle rapidité. Sur le plan esthétique, la Citroën Traction Avant révolutionne l'automobile, avec ses formes basses et sa caisse sans marchepied. La nouvelle reine de la route était née et régnera pendant 23 ans ....


bertoni06.jpg bertoni05.jpg


Fort de ce succès, Flaminio Bertoni obtient le droit de « relooker » le projet TPV et le transforme en 2CV. Présentée au grand public lors du Salon de l’Auto de 1948, la voiture fait l'objet de moqueries en raison de son esthétique originale mais les carnets de commandes se remplissent sans discontinuer, encore un succès. En 1955 la Traction a pris quelques rides, et donc Bertoni dessine la sublime DS, la dernière reine de la route. L'idée est alors de concevoir le modèle qui puisse remplacer la Traction Avant, il repart sur des bases entièrement nouvelles et il donne encore libre cours à son talent de sculpteur. Puis même succès pour la DS surnommée « la bombe » présentée au Salon de l’Auto de 1955. Une ligne audacieuse et futuriste jamais imaginée pour l’époque, issue d’un " morphisme " entre un poisson et une voiture. Deux années plus tard, Citroën reçoit le prix d’honneur à la Triennale d’art et d’esthétique de Milan. Une véritable consécration pour Flaminio Bertoni ....





Lors de sa présentation au Salon de Paris en octobre 1955, la DS constitue une véritable provocation à la tradition de l'industrie automobile. Flaminio Bertoni la conçue avec des lignes fluides sans rainurage sur les flancs, un capot plongeant, un toit en matière légère fixé sur une charpente assez révolutionnaire, un volant monobranche, un système hydraulique, etc ... Elle semble avoir quelques années-lumière d'avance sur ses concurrentes du moment comme la Simca Versailles, la Peugeot 403 ou la Renault Frégate. C’est en 1961 que Bertoni dessinera celle qu’il coïnciderait comme sa plus belle réussite, l’AMI 6. Le stylisme maniéré de l'Ami 6 surprend le public, avec son dessin du pavillon en forme de pagode débordant au dessus des portières, son étrange lunette arrière inclinée vers l'habitacle, ses larges optiques rectangulaires, son capot moteur au dessin tortueux et les flancs de sa carrosseries légèrement sculptés, l'ensemble reflète bien ses idées originales ....





C’est des mains de Flaminio Bertoni, promu Chevalier des arts et des lettres par André Malraux, en juste récompense de son amour pour la France et de son travail immense, que naquirent ces carrosseries présentes dans nos esprits, voire dans nos cœurs et qui émerveillent toujours « petits et grands ». A une époque ou seules les performances comme la vitesse ou la puissance comptaient, Citroën à été le premier a introduire la notion de style et de design. Flamio Bertoni à été le premier styliste de la marque et au final citroën lui doit beaucoup. Bertoni a laissé derrière lui une œuvre artistique conséquente et en 1999, un jury réuni à Londres a élu la Citroën DS " Meilleur Objet Design Mondial du XXème siècle ", quelle consécration ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Caradisiac - © Carcatalog




Flaminio Bertoni - Sa vie et son travail ...



L'autobus de Flaminio Bertoni ...



Conférence sur Flaminio Bertoni ...





JPBlogAuto

vendredi 22 octobre 2010

Citroën C-Cactus - 2007



CITROEN C - CACTUS ….







En 1919, « André Citroën » fonde à Paris, au célèbre Quai de Javel, une ambitieuse entreprise de construction automobile qui est censée adapter sur le continent Européen les techniques de standardisation américaines mais aussi essayer d’en inventer d’autres nouvelles . C’est ce que la firme n’aura de cesse de faire au fil des ans avec par exemple la coque autoporteuse, la traction avant ou la suspension hydraulique et c’est aussi cet esprit d’innovation qui la conduira par deux fois à la faillite . Aujourd’hui tombée sous le contrôle de Peugeot (PSA), la marque Citroën ne s’ait pourtant pas réellement assagie, et ça bouge toujours pour la marque au double chevron . Respectueuse de l’environnement et citoyenne, la marque s’engage et a même participé au Salon Planète Durable en 2009, car ses dernières innovations sont du domaine de l’environnement et du développement durable ….



Alors que le "créateur d'automobile" Renault prône désormais des valeurs plus pragmatiques avec sa sage Laguna III, et que Peugeot capitalise sur ses points forts (style, comportement routier...), Citroën préfère jouer la carte de l'originalité stylistique et de l’innovation en présentant la Citroën C-Cactus qui conjugue respect de l’environnement, justesse du contenu et du prix ainsi que flamboyance du look . Un bel exemple de pragmatisme automobile sans renoncer au plaisir . Le C-Cactus privilégie la technologie écologique et le style, et ne conserve que les équipements essentiels au bien-être des occupants . Une concrétisation visible au travers du choix des matériaux et de la rationalisation de sa conception qui a permis de réduire le nombre de pièces utilisées . Ainsi, à peine plus de 200 pièces composent son habitacle dépouillé, soit près de deux fois moins que pour une berline traditionnelle de taille identique . D'où de nouveaux concepts comme le volant à moyeu fixe associé à la console centrale qui permettent la disparition du tableau de bord . Plusieurs systèmes sont regroupés dans une seule pièce mais surtout Citroën a décidé de supprimer toutes les fonctions non essentielles à la marche du véhicule et au bien être des passagers . Les panneaux de portes sont composés de 2 pièces contre 12 sur une berline traditionnelle . Étonnamment, la présence d'une climatisation de dernière génération leur offre l'opportunité de supprimer les vitres classiques (inutiles selon eux) au profit d'un simple système coulissant . Les boucliers avant et arrière de la Citroën C-Cactus sont identiques et tout le bloc avant est fixe . Une trappe donne accès aux éléments de contrôle des niveaux du véhicule ….



Pour faire simple, la Citroën C-Cactus pourrait finalement être la 2CV du 3ème millénaire . En effet ce genre de "Deuche" du futur partage de nombreux points communs avec son ainée, en particulier son allure rondouillarde et sympathique, mais aussi son regard globuleux et hypnotique . C'est déjà suffisant pour tirer des plans sur la comète à propos d'une éventuelle résurrection . La recherche de la simplicité a donné un design extérieur fun et futé . Le Citroën C-Cactus dégage une personnalité unique, à la fois attachante, moderne et décalée grâce à des formes simples et une combinaison de lignes rondes et galbées . Son style original est aussi le fruit de partis-pris esthétiques ingénieux . Le capot surélevé doté de deux prises d’air contribue à l’aspect dynamique . Les lignes arrondies du véhicule se retrouvent sur son profil, dont le dynamisme est accentué par le pavillon de toit qui file vers l’avant et les portes asymétriques en acier brut . La découpe de ces dernières est inédite grâce au choix de vitres fixes qui a permis de lever de nombreuses contraintes dans leur conception en acier brut traité anticorrosion, sans peinture ni vernis . Elles confèrent ainsi à C Cactus un style musclé, tout en rondeurs et leur forme offre un accès facile à l’intérieur . L’arrière reprend les mêmes codes stylistiques, mélange de rondeurs et de tensions révélant le caractère dynamique et sympathique du véhicule . Le nom Cactus apparaît en relief sur le bas du hayon, dans une typographie à la fois jeune, moderne et douce . Les feux arrière rappellent la forme des phares et proposent une autre astuce avec leur plastique intérieur est découpé, ce qui permet au conducteur de voir au travers . Cette innovation accroît sensiblement le champ de vision de la Citroën C-Cactus et peut être particulièrement utile lors des manœuvres ....



Pour ce qui est de la motorisation, la aussi, la Citroën C-Cactus innove en proposant de l’hybride . Le C-Cactus hérite de ce qu'il y a de mieux en matière d'avant-gardisme technologique, une association entre un Diesel (le 1.4 HDi de 70 chevaux) et un moteur électrique de 30 chevaux, qui constituera à n'en pas douter la prochaine étape en matière d'hybridation . Capable de demeurer en mode 100 % électrique en ville, le C-Cactus offre des taux records en matière de consommation de moins de 4 litres/100 km) comme de rejets de C02 (78 g contre 90 pour le modèle le plus écologiquement correct du segment, la "Smart Fortwo CDI". Le mode ZEV commute l'auto en tout électrique pour les déplacements urbains et la vitesse maximale est limitée à 150 km/h . Les batteries sont rechargées soit en récupérant de l'énergie pendant les phases de décélération soit par le moteur thermique directement et donc, la consommation moyenne du moteur Diesel sera ainsi de 3,4 litres/100 km . De plus, une micro-hybridisation avec un système Stop&Start rendra cette version économique en consommation de carburant et elle restera attractive au niveau du prix d'achat car le coût du système Stop & Start n'excède pas 100 € pour le constructeur, alors que le gain énergétique est d'environ 5 % en conduite urbaine (60 % des trajets). Résultat, un habitacle volontairement minimaliste duquel ne subsistent que les effets utiles au bien-être des passagers comme la climatisation auto, le système audio ou encore le toit vitré panoramique qui ont ainsi été épargnés . La modularité n'est également pas en reste avec un coffre dont la capacité de chargement varie de 500 à 1.000 litres . Seule excentricité notable, des jantes de 21" uniquement là pour le show ! Pour finir, cette Citroën C-Cactus au style décalé et attachant, propose une autre vision du véhicule économique et écologique qui s’assume parfaitement par son originalité et son ingéniosité tout en offrant à ses occupants l’ensemble des prestations essentielles à leur bien-être . Elle semble avoir le look et le potentiel pour pouvoir devenir la "Deuche" du 21ème siècle ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : HDI hybride
  • Energie : Diesel-électrique
  • Puissance : 100 chevaux (70 cv + 30 cv)
  • Cylindrée : 1.4 litres
  • Vitesse : 150 km/h
  • Consommation moyenne : 3,4 litres/100 km
  • Rejets de C02 : 78 grammes










JPBlogAuto

- page 1 de 2